Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Réda, Jacques] Les Ruines de Paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qu'en avez-vous pensé ?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Réda, Jacques] Les Ruines de Paris

Message par antibiok le Sam 3 Sep 2011 - 8:00



Les Ruines de Paris
Jacques Réda
Poésie/Gallimard



Avis
Tout à la fois poète, éditeur et chroniqueur de jazz, Jacques Réda explore les lointains et les banlieues en bus, train, à pied ou à solex. Éminemment sensible aux odeurs et aux ambiances, c’est le monde de la petite vitesse qui le fascine, mû par les incidents les plus minuscules. Son écriture résulte bien souvent d’une déambulation urbaine et ainsi, tel un photographe à la recherche des recoins secrets, déserts, marchant à l'aventure, il provoque la chance et découvre quelque chose d'anodin en apparence qui se révèle soudain merveilleux : un tout petit square, là-bas, au fond d'une rue, une maison abandonnée, le soleil couchant sur les Tuileries. Quant aux personnages, c’est surtout des vagabonds superbes, chats retournés à l'état sauvage, très modestes. Du reste, il aime bien comparer son travail à celui d'un éboueur qui s'efforce, sans zèle, mais avec application, de remettre un peu d'ordre dans la ville en la préservant de la déliquescence absolue. Oui, on peut voir quelque chose en lui de la Folle de Chaillot, traînant, errant dans Paris, un vieux Polaroïd à son cou. Un petit «clic-clac» en avant-goût ? Et c'est parti :

« Vers six heures, l’hiver, volontiers, je descends l’avenue à gauche, par les jardins, et je me cogne à des chaises, à des petits buissons parce qu’un ciel incompréhensible comme l’amour qui s’approche aspire tous mes yeux. Sa couleur à-peu-près éteinte n’est pas définissable : une turquoise très sombre, peut-être, l’intense condensation d’une lumière qui échappe au visible et devient le brûlant-glacé de l’âme qu’elle envahit. Sur des lacs filent sans aucun bruit les convois de nuages, sans aucun bruit. la foudre surprendrait moins que cette explosion de silence qui ne finit plus. »

[…]

« Le désespoir n’existe pas pour un homme qui marche, à condition vraiment qu’il marche, et ne se retourne pas sans arrêt pour discutailler avec l’autre, s’apitoyer, se faire valoir. Longtemps l’autre en effet vous écoute et paraît vous donner raison. Et puis avec son air inoffensif et navré de victime, tôt ou tard il vous coince et vous accroche au premier clou. C’est pourquoi je vais vite et droit devant moi vers la rase campagne à fourrés qui règne autour des Invalides. Déjà rue de Babylone il arrive qu’on croise un lapin. Des cloches tintent derrière les gros murs que j’effleure au passage ; leur contact me soulage et me dispose à réfléchir. Mais réfléchir à quoi quand le ciel se bouscule du fond des plaines, et que le vent cogne dans la figure avec sa charge de terre molle et froide comme un croquenot ? Je rentre. Il y a des œufs, du fromage, du vin, beaucoup de disques où, grâce à des boutons, on peut mettre en valeur la partie de la contrebasse. Ainsi je continue d’avancer, pizzicato. Est-ce que je suis gai ? Est-ce que je suis triste ? Est-ce que j’avance vers une énigme, une signification ? Je ne cherche pas trop à comprendre. Je ne suis plus que la vibration de ces cordes fondamentales tendues comme l’espérance, pleines comme l’amour. »


avatar
antibiok
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 236
Localisation : Alphaville
Date d'inscription : 26/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Réda, Jacques] Les Ruines de Paris

Message par Cassiopée le Sam 3 Sep 2011 - 9:22

Tu n as pas voté!
Sinon, belle écriture...
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9130
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Réda, Jacques] Les Ruines de Paris

Message par antibiok le Sam 3 Sep 2011 - 9:27

Ok, merci, Cassio.
C'est fait.
Wink
avatar
antibiok
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 236
Localisation : Alphaville
Date d'inscription : 26/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Réda, Jacques] Les Ruines de Paris

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum