Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Rivera Letelier, Hernan] Malarrosa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VOTRE AVIS

0% 0% 
[ 0 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Rivera Letelier, Hernan] Malarrosa

Message par Aaliz le Mar 6 Sep 2011 - 1:34



Quatrième de couverture :

Elle devait s’appeler Malvarrosa mais, à cause d’une erreur de l’officier de l’état civil ou parce que son écervelé de père était trop soûl en allant la déclarer, elle finit par s’appeler Malarrosa.
Cette petite fille marquée par le destin dès sa naissance accompagne son père dans les bouges où se déroulent ses parties de cartes et parcourt avec lui les hameaux environnants au gré des rencontres pugilistiques entre Oliverio Trébol et les “champions” locaux.
Elle vit au milieu de personnages hauts en couleur, campés avec une truculence toujours teintée de tendresse : Saladino, père irresponsable et joueur poursuivi par la guigne, Oliverio Trébol dit Tristesburnes, le gros bras au cœur tendre, sans oublier Isolina del Carmen Orozco Valverde, l’institutrice d’âge canonique qui ne désespère pas de ramener tout ce beau monde dans le droit chemin.
Au fil des mois, ses vêtements masculins ne peuvent plus dissimuler les rondeurs naissantes de Malarrosa. Alors, avec une lucidité et une détermination extraordinaires, ce sera elle qui, pour la première fois, décidera de son destin.
Fidèle à sa vocation de chantre du désert et de l’épopée du salpêtre, Hernán Rivera Letelier a choisi pour toile de fond l’agonie de Yungay, un de ces innombrables villages du Nord qui ont disparu comme autant de mirages.

Mon avis :

Avec Malarrosa de Hernan Rivera Letelier, on plonge au cœur des villages miniers du désert d’Atacama au Chili riche en salpêtre.
Le salpêtre entre dans la composition de la poudre et des explosifs, abondamment utilisé au XIXème et au début du XXème, son emploi se fait plus rare au lendemain de la première guerre. La chute de la demande en salpêtre conduisent à la fermeture progressive des mines et parallèlement à la disparition et l’abandon des communes ouvrières.
On découvre dans ce roman la vie difficile des ouvriers des mines de salpêtre, on assiste à la vie puis à la mort d’un de ces villages miniers, victime des contraintes naturelles extrêmes et du cours de l’Histoire.
On accompagne ainsi Malarrosa, fille d’un de ces ouvriers victime de la fermeture de sa mine. Privée de mère, elle suit son père dans les bordels où ce dernier ne pense qu’à jouer le peu d’économies qu’ils ont et à assister à des combats de boxe clandestins.
Je pensais lire le récit de la vie entière de Malarrosa mais le roman se cantonne à la période de ses 13 ans avec quelques évocations de son enfance. Le reste de sa vie n’est que superficiellement évoqué (présenté sous forme de simples rumeurs) dans le tout dernier chapitre (qui ne fait qu’une page).
J’ai donc été déçue, je m’attendais à autre chose. En fait, il ne se passe pas grand chose dans ce roman, les évènements sont relativement insignifiants (d’un autre côté, comment pourrait-il en être autrement au fin fond du désert ?) et j’ai parfois eu l’impression de me retrouver en plein western. Tous les éléments rappelant le western sont réunis : le désert, le bordel qui évoque le saloon où on joue au poker, où ceux qui gagnent trop se font descendre, où les filles se déhanchent avec leur boa en plumes, le policier du village qui évoque le sheriff, sans oublier le croque-mort fidèle à sa caricature : vêtu de noir, aux allures de vautour etc…
L’auteur nous présente également un aperçu de la politique du pays à l’époque, il dénonce les épisodes très durs des massacres des ouvriers de San Gregorio qui avaient voulu se révolter contre la fermeture de leur mine et les exactions commises par l’armée et approuvées par les dirigeants au pouvoir.

Le roman est trop court pour qu’on puisse s’attacher aux personnages malgré les figures sympathiques de Oliverio Trebol et Morgano, et j’ai trouvé ça dommage. L’histoire en elle-même m’a paru trop fade pour m’émouvoir et, malgré le nombre restreint de pages, j’ai eu beaucoup de difficulté à avancer dans ma lecture. Je lisais une dizaine de lignes et reposais le livre. Ma lecture s’est donc étalée sur plus d’une semaine alors qu’elle n’aurait du me prendre qu’à peine 2 jours. Le style est pourtant simple, le langage courant. J’ai apprécié les passages descriptifs sur le soleil et son ardeur, sur le vent et le désert. J’ai trouvé ces passages très bien écrits, avec de jolies métaphores, l’ensemble est assez poétique. Les oiseaux sont un élément récurrent tout au long du récit. Tout comme les oiseaux dans leur cage, les hommes sont prisonniers du désert :
« Voilà ce que le désert était pour eux - et pour tous - une sorte de prison ouverte. »
La figure du mirage revient souvent aussi symbolisant la disparition prochaine du village.
Au final, une lecture qui ne m’a pas forcément déplu, j’ai beaucoup apprécié certains passages …trop rares hélas, mais je ne l’ai pas trouvée exaltante non plus.
Je souligne enfin que l’objet livre en lui-même est très beau avec une magnifique couverture ( tout comme Malarrosa j’adore aussi les oiseaux).



avatar
Aaliz
Membre assidu
Membre assidu

Féminin
Nombre de messages : 108
Age : 37
Localisation : Paris
Genre littéraire préféré : Contemporain, Classique, Historique
Date d'inscription : 28/07/2011

http://booksandfruits.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rivera Letelier, Hernan] Malarrosa

Message par lalyre le Lun 26 Sep 2011 - 15:29

Mon avis
C’est une histoire dramatique mais l’écriture de l’auteur empreinte de poésie, d’ironie, d’humour et de dérision allège considérablement l’atmosphère du roman. Malarrosa a perdu sa mère très jeune, son père est un joueur invétéré qui emmène sa fillette âgée de dix ans avec lui. L’enfant évolue dans un monde de bistrots et de prostituées, celles-ci la rendant heureuse par leurs attentions et leur amitié. Elle grandit, elle croit n’avoir plus rien à apprendre de la vie, la voici face au destin qu’elle a choisi....Beaucoup de personnages dont la plupart sont attachants et loufoques, des combats de boxe à mains nues et des paris sont tenus, de la tricherie, les jeux de cartes, les beuveries, les prostituées font le quotidien des rares habitants de ce petit village du désert, de plus en plus déserté car les mines de salpêtre ont fermé les unes après les autres. J’ai beaucoup aimé ce livre qui m’a attirée par sa couverture, une histoire triste oui....mais qui souvent prête à sourire. 4,5/5
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5705
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rivera Letelier, Hernan] Malarrosa

Message par AnaïsP le Lun 26 Sep 2011 - 15:30

Je le note, merci pour cette découverte!
avatar
AnaïsP
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1500
Age : 30
Localisation : Haute-Garonne
Emploi/loisirs : Mandataire judiciaire
Genre littéraire préféré : Littérature, Bandes dessinées indé
Date d'inscription : 19/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rivera Letelier, Hernan] Malarrosa

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum