Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Cook, Kenneth] Cinq matins de trop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis :

25% 25% 
[ 1 ]
75% 75% 
[ 3 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 4

[Cook, Kenneth] Cinq matins de trop

Message par yaki le Jeu 8 Sep 2011 - 16:56

Cinq matins de trop / Kenneth Cook
Ed. Le Livre de Poche, 224 p.



Présentation de l'éditeur : Jeune instituteur dans l’Outback, au coeur de l’Australie, John Grant doit passer la nuit à Bundanyabba avant de s’envoler pour Sydney. Il dépose ses valises à l’hôtel, va boire un verre et jouer dans l’un des nombreux pubs de cette petite ville torride et poussiéreuse, où tout le monde s’ennuie... Cinq matins de trop nous fait vivre le cauchemar éveillé d’un homme ordinaire, qui devient peu à peu accro à l’alcool, au jeu, au sexe, à la violence, jusqu’à l’autodestruction.

Mon avis : Kenneth Cook nous raconte dans ce court roman l’histoire d’une descente aux enfers. Celle d’un jeune instituteur, sa première affectation est un trou paumé d’Australie, il a économisé toute l’année de quoi passer ses vacances à Sidney et qui va en une soirée, à cause d’un malheureux concours de circonstances, perdre toutes ses économies et commencer à sombrer. On le voit faire, presque comme si on y était, et l’on se demande quand cela va-t-il s’arrêter… C’est sombre, brutal, violent, noir et très efficace ! J’ai beaucoup aimé !
avatar
yaki
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1612
Age : 40
Localisation : Yvelines
Emploi/loisirs : Lecture, scrapbooking, balades,...
Genre littéraire préféré : Romans contemporains
Date d'inscription : 10/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cook, Kenneth] Cinq matins de trop

Message par Pinky le Jeu 8 Sep 2011 - 20:01

je l'ai lu il y a quelques années...

mon ressenti
Ce
n'est pas les vacances pour tout le monde, le personnage part en
vacances mais c'est une tout autre réalité qui va s'abattre sur lui...
un roman étouffant, poussiéreux comme le sable de là-bas... et une
descente aux enfers... un peu comme "Cul-de sac" de Douglas Kennedy....
une descente aux enfers...

A lire quand le moral est bon.... mais c'est magistralement écrit...

A découvrir absolument, un écrivain australien très reconnu dans son pays.
avatar
Pinky
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5801
Age : 54
Localisation : Les Sables d'Olonne (85)
Emploi/loisirs : Educatrice spécialisée, peinture, dessin, bricolage, ballade, baignade, tricot, couture
Genre littéraire préféré : Je lis de tout en littérature mais j'ai beaucoup de mal avec les policiers... j'en lis 1 ou 2 dans l
Date d'inscription : 04/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cook, Kenneth] Cinq matins de trop

Message par Pistou 117 le Dim 28 Oct 2012 - 21:23

Un presque coup de coeur pour moi. (trop noir pour être un coup de coeur)

J'ai envie de lire tous les livres de cet auteur.

Une descente aux enfers, en effet. Et en même temps, une visite éclair au fin fond du bush australien. Les endroits et les gens que les touristes ne rencontreront pas. Un Crocodile Dundee à l'envers.
Une chasse au kangourou monstrueuse. Des gueules de bois carabinées. Pas possible autrement, c'est du vécu... En lisant certains passages, je me sentais patraque moi-même.

J'ai retrouvé dans ce roman l'amour ambivalent, mêlé de crainte et d'incompréhension que l'auteur éprouvait pour l'outback australien, qui est également le sujet de "Le Koala Tueur et Autres Histoires du Bush".

Surtout, ne vous fiez pas à la 4ème de couverture : "homme ordinaire, qui devient peu à peu accro à l’alcool, au jeu, au sexe, à la violence, jusqu’à l’autodestruction." Ca n'est pas ça du tout. Enfin, je ne l'ai pas ressenti comme ça.


avatar
Pistou 117
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2650
Age : 52
Localisation : LILLE
Genre littéraire préféré : De tout, partout...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cook, Kenneth] Cinq matins de trop

Message par viou1108 le Lun 20 Mai 2013 - 15:56

« Le choix entre se tuer ou ne pas se tuer. Il n’avait que cette décision à prendre. »
Sous des allures shakespeariennes, voilà l’alternative extrême qui s’offre à John Grant au bout des 200 pages de ce court roman écrit vers 1960, devenu un classique en Australie.
Roman court mais intense et fulgurant, qui nous plonge, le temps d’un cauchemar éveillé, en plein Outback, dans le « Cœur mort » de l’Australie. Le titre original « Wake in fright » (S’éveiller dans l’effroi) en dit long et s’accorde mal avec le cliché du blond surfeur bronzé sable chaud des plages de Sydney. Vous voilà prévenus.
John Grant est instituteur récemment diplômé, et Tiboonda, sa première affectation, ressemble à une punition, entre ennui mortel, fournaise et élèves pas concernés. Mais ouf, arrivent les vacances d’été comme une bouffée d’air climatisé, et Grant savoure à l’avance les six semaines qu’il va passer à Sydney. Bientôt la quille, donc, juste une nuit à Bundanyabba avant de prendre l’avion.
Mais quelle nuit…elle se prolongera 3, 4, 5 jours… ? Difficile à dire pour Grant, qui s’abîme dans le jeu puis l’alcool, « comme s’il avait délibérément décidé de se détruire ; et pourtant les événements semblaient s’être enchaînés naturellement ». C’est ce qui est sidérant dans cette histoire : comment un jeune gars plutôt respectable se laisse emporter sans pouvoir résister par la vague de la déchéance, malgré les sursauts de lucidité de sa conscience. Une glissade inexorable sur une pente rendue instable par la bière : « une seule intrusion tolérée du progrès, enracinée sur des milliers de kilomètres à l’est, au nord, au sud et à l’ouest du Cœur mort empêche la population de sombrer dans la démence la plus absolue : la bière est toujours fraîche ».
En route vers l’autodestruction, Grant pariera son dernier sou, s’embarquera dans une chasse nocturne aux kangourous totalement hallucinée en buvant jusqu’à plus soif, et c’est par la « grâce » de cette ivresse extrême qu’il refoulera l’épisode orgiaque qui s’ensuivra (et dont nous ne saurons rien ; tout est dans la suggestion).
J’avoue fantasmer depuis longtemps sur l’Australie (pas seulement sur les surfeurs blonds précités), j’ai donc commencé cette lecture avec un apriori favorable. C’est évidemment subjectif, mais je pense qu’on frôle le chef-d’œuvre. Ce livre m’a fait une forte impression, assez indescriptible, presqu’un choc. C’est grandiose, magistral, brûlant, violent, et terrible de voir à quelle promiscuité morale mènent l’ignorance et l’ennui dans un environnement hostile. Ce roman, sans avoir l’air d’y toucher, a la brutalité d’un coup de poing inattendu dans la solitude de la nuit, là où seule la lune pourrait compatir si elle n’était si froide et distante. Et on a du mal à croire que, même s’il y a un dieu pour les ivrognes, il puisse se trouver une bonne étoile pour les désespérés.
avatar
viou1108
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 40
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 10/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cook, Kenneth] Cinq matins de trop

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum