Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Wilson, Robert Charles] Julian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A propos de Julian

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Wilson, Robert Charles] Julian

Message par marsiho le Sam 24 Sep 2011 - 23:58



Quatrième de couverture

Il s'appelle Julian Comstock ; il est le neveu du président des Etats-Unis. Son père, le général Bryce Comstock, a été pendu pour trahison (on murmure qu'il était innocent de ce crime). Julian est né dans une Amérique à jamais privée de pétrole, une Amérique étendue à soixante Etats, tenue de main de maître par l'Eglise du Dominion. Un pays en ruine, exsangue, en guerre au Labrador contre les forces mitteleuropéennes. Un combat acharné pour exploiter les ultimes ressources naturelles nord-américaines. On le connaît désormais sous le nom de Julian l'agnostique ou (comme son oncle) de Julian le Conquérant. Ceci est l'histoire de ce qu'il a cru bon et juste, l'histoire de ses victoires et défaites, militaires et politiques. Fresque post-apocalyptique, western du XXIIe siècle, fulgurant hommage à l'oeuvre de Mark Twain, Julian est le plus atypique des romans de Robert Charles Wilson. Une réussite majeure et une critique sans concession des politiques environnementales actuelles.

Ma critique

L'auteur de Spin nous entraine dans un futur qui ressemble fort au XIXe siècle, plus exactement en pleine guerre de Sécession. Car cette Amérique privée de pétrole semble s'être recroquevillée sur elle même, oubliant jusqu'à son passé, et obligée de bégayer. Inutile donc d'imaginer une lecture post apocalyptique "classique", nous sommes plutôt ici dans un romantisme à la Mark Twain. Ceci dit, c'est finalement de la vie d"Adam Hazzard, son biographe, dont nous en saurons le plus, personnage un tantinet pusillanime et désespérément naïf. Trop à mon goût, cela nuisant à la lecture. Dans cette Amérique plus que jamais ancrée dans la religion et le puritanisme, même le Président n'a que peu de pouvoir face à un clergé proche de l'Inquisition espagnole. L'intrigue tourne donc autour de la notion de pouvoir et de comment il transforme ceux qui le prenne. Mais il manque un véritable souffle épique à ce roman, car les évènements se suivent sans que l'auteur, à mon avis, ne sache en tirer la quintessence. Avec de ci de là quelques phrases boursouflées de style. Bref, un ouvrage quelque peu décevant...

Edité chez Denoël, 594 pages. Ma note : 5/10


Dernière édition par alexielle63 le Dim 25 Sep 2011 - 12:30, édité 2 fois (Raison : Correction sondage)
avatar
marsiho
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 124
Age : 52
Localisation : Béarn
Emploi/loisirs : Responsable d'un foyer de l'enfance. Loisirs : sport, montagne, moto, musique...
Genre littéraire préféré : Tout
Date d'inscription : 29/09/2010

http://www.politique-jeunesse.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum