Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Oksanen, Sofi] Les vaches de Staline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

50% 50% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
25% 25% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
25% 25% 
[ 1 ]
 
Total des votes : 4

[Oksanen, Sofi] Les vaches de Staline

Message par Aaliz le Mar 18 Oct 2011 - 12:35



Quatrième de couverture :

Les « vaches de Staline », c’est ainsi que les Estoniens déportés désignèrent les maigres chèvres qu’ils trouvèrent sur les terres de Sibérie, dans une sorte de pied de nez adressé à la propagande soviétique qui affirmait que ce régime produisait des vaches exceptionnelles. C’est aussi le titre du premier roman de Sofi Oksanen, dont l’héroïne, Anna, est une jeune Finlandaise née dans les années 1970, qui souffre de troubles alimentaires profonds. La mère de celle-ci est estonienne, et afin d’être acceptée, cette femme a tenté d’effacer toute trace de ses origines, et de taire les peurs et les souffrances vécues sous l’ère soviétique. Ne serait-ce pas ce passé qui hante encore le corps de sa fille ?
Sofi Oksanen fait preuve d’une grande puissance d’évocation quand elle décrit les obsessions de ces deux femmes. Il y a la voix d’Anna qui tente de tout contrôler, son corps, les hommes, et le récit plus distant de la mère qui se souvient de la rencontre avec « le Finlandais », à Tallinn, dans les années 1970, sous un régime de terreur et de surveillance.


L’avis de Aaliz :

Pour vous donner un léger aperçu du style déroutant dans lequel est écrit ce roman, Aaliz va, de façon un peu exagérée, tenter de l’imiter. Pour cela, Aaliz va parler d’elle à la troisième personne. Rassurez-vous, Aaliz n’a pas pris la grosse tête. Aaliz va seulement essayer de vous montrer à quel point elle a pu être agacée par le personnage principal du roman de Sofi Oksanen : Anna.

Anna est une jeune femme qui souffre de boulimarexie (boulimie et anorexie). Mais Anna est superficielle et prétentieuse. En plus de sa boulimarexie, Anna est donc victime de ce qu’on pourrait appeler le « syndrôme Alain Delon ». Anna se croit plus intelligente et plus belle que tout le monde. Anna croit qu’elle comprend tout là où les autres ne comprennent rien. Anna croit tout savoir. Et pour bien montrer cette facette de sa personnalité, l’auteur a lourdement insisté sur la récurrence du prénom Anna.
En fait, Sofi Oksanen utilise plusieurs narrateurs. Les chapitres sont courts, 7 pages maximum, et alternent entre la vie d’Anna, celle de sa mère lorsqu’elle était jeune, celle de sa famille à l’arrivée des Russes en Estonie.
La majorité des chapitres sont écrits à la troisième personne. Seuls ceux concernant Anna et sa maladie le sont à la première. Ce qui n’empêche pas quelques incursions de la troisième personne dans ces chapitres-là. D’où l’agacement de Aaliz. Car Aaliz n’aime pas les gens qui parlent d’eux à la troisième personne et Aaliz sent qu’elle ne va pas aimer sa chronique tout comme elle a eu du mal à aimer Anna.
La construction est, quant à elle, intéressante bien qu’étrange. Les chapitres sont regroupés en 3 parties totalement inégales en taille. La première est la plus longue et construite de façon à boucler la boucle en ce qui concerne la famille et plus particulièrement la mère d’Anna. Les deux parties suivantes ne comptent qu’une dizaine de pages et ne se concentrent que sur Anna.

Aaliz a beaucoup apprécié les chapitres sur la famille d’Anna. Aaliz a aimé que Sofi Oksanen lui apprenne des choses sur la vie quotidienne en Estonie pendant la période soviétique et qu’elle fasse la comparaison entre les modes de vie occidental (à travers la Finlande) et oriental (à travers l’Estonie). Beaucoup de détails sont donnés non seulement sur la réalité vécue par les Estoniens mais aussi sur la vie des déportés de Sibérie. La transition et le passage à l’économie capitaliste suite à l’effondrement du bloc soviétique sont aussi remarquablement décrits.

A l’inverse, Aaliz a trouvé la lecture des chapitres sur Anna et sa boulimarexie très pénibles. Non seulement par l’emploi de ce style particulier mais surtout par le sujet. Anna est à l’image du régime soviétique. De même que le régime communiste mis en place en URSS veut tout contrôler et avoir tout pouvoir sur tout, Anna veut tout contrôler aussi dans sa vie et principalement son corps mais aussi ses relations avec les autres. Anna se conduit comme une gamine capricieuse avec son petit ami. On la sent froide et insensible. Pour cacher ce qu’elle est réellement, Anna mise tout sur son corps. On ne doit plus voir que lui. D’où son obsession. Une jolie façade pour cacher l’inavouable. Tout comme le pouvoir communiste cachait ses crimes par une propagande et une image positives qu’il affichait en apparence. Aaliz a perçue Anna comme déshumanisée, comme dépouillée de sa personnalité, comme le reflet des conséquences résumées en une personne des horreurs et des mensonges de l’époque soviétique.

En même temps, Anna a des excuses : victime d’attouchements sexuels dans son enfance, tiraillée entre deux pays dont sa préférence va à celui qu’elle a du quitter, contrainte par sa mère de dissimuler ses origines estoniennes, un père absent et infidèle, une vie sous surveillance des services secrets … Il y a de quoi fragiliser le plus solide des caractères.
Alors voilà, Aaliz est agacée mais en même temps horrifiée. Sofi Oksanen ne ménage pas son lecteur. La maladie d’Anna et comment elle la vit sont racontés en détails et de façon poignante. On se retrouve désemparé, choqué et impuissant. Sentiments très désagréables.

En conclusion, si vous n’aimez pas les aller-retours incessants entre différentes époques et différents espaces, si vous avez une tendance à la déprime, si vous n’aimez pas l’utilisation de narrateurs multiples, rebroussez chemin.
Dans le cas contraire, foncez.
D’une façon globale (et là j’abandonne Alain Delon, il est trop lourd pour moi), j’ai trouvé ce roman dérangeant, poignant, ce fut une lecture qui m’a mise mal à l’aise. Malgré les aspects positifs que j’ai déjà mentionnés, j’ai ressenti trop d’antipathie pour le personnage d’Anna et le style m’a vraiment paru trop pénible. Certains passages m’ont semblé longs surtout sur la fin et j’ai tourné la dernière page avec soulagement.
Je n’avais pas lu Purge et ne peux donc pas faire la comparaison. Et de toutes façons, je ne pense pas que je le lirai.
J’espère néanmoins que mon avis ne vous découragera pas trop car je ne regrette nullement ma lecture, ce fut une expérience très intéressante.

Un extrait :

« En s’habillant à la finlandaise derrière la frontière orientale, Anna se sent de plus en plus bizarre. Là-bas aussi elle veut garder ses habits, ceux dans lesquels on se retourne sur elle pour sa propre forme […] Et une fois qu’elle s’est habituée, derrière la frontière, à être suivie et regardée sans cesse, comme une princesse finlandaise, elle ne peut plus se passer de ces regards dans la petite ville finno-finlandaise. […] C’est pourquoi Anna doit se faire un corps de princesse qui retourne les têtes, mais qui puisse en même temps servir de protection, comme le fait d’être finlandaise derrière la frontière, le genre de protection qui empêche les gens de voir à l’intérieur du corps d’Anna, de voir Anna elle-même. Anna échappe donc à l’invisibilité et à l’inexistence sans pour autant propager l’information interdite – son sang étranger - , simplement en se procurant ce qu’il y a de plus précieux : un corps féminin parfait.
Anna ne retournera plus jamais dans ce corps qui attirait l’attention pour une autre raison que sa beauté charnelle.
Un an n’a pas encore passé qu’Anna a déjà atteint son objectif : la visibilité. S’étant fait un nouveau corps, Anna l’idolâtre et s’en occupe à grand renfort de masques, crèmes et huiles. Quand éclosent les boutons des autres filles, Anna a déjà un maintien de femme adulte, et elle ne trébuche plus sur ses membres dépareillés. »

avatar
Aaliz
Membre assidu
Membre assidu

Féminin
Nombre de messages : 108
Age : 37
Localisation : Paris
Genre littéraire préféré : Contemporain, Classique, Historique
Date d'inscription : 28/07/2011

http://booksandfruits.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Les vaches de Staline

Message par Cassiopée le Lun 24 Oct 2011 - 23:10

Un roman à plusieurs voix, sur différentes époques, un va et vient entre les unes et les autres, une écriture qui vous « prend aux tripes », qui vous interpelle, vous secoue ….
Une histoire qui donne à réfléchir sur la place de l’être humain loin de ses racines, qui ressent le besoin de se forger une identité, de se faire une place, d’exister ….

Katariina, la mère.
Anna, la fille.
Liées, reliées par leur corps dès le départ, ne serait-ce que par ce fameux « cordon ombilical » … entre mère et enfant ….
Liées, reliées par leur histoire commune de déracinées (la mère interdisant à sa fille de dire d’où elle vient et faisant en ce qui la concerne « comme si »…)
Liées, reliées par les hommes qu’elles ne savent pas forcément aimer….

Anna qui se regarde, qui parle d’elle-même à la troisième personne … Pourquoi ?
Peut-être parce qu’elle n’a pas le droit de « vivre », elle, la fille de « nulle part » …
Peut-être parce qu’elle est à l’extérieur, dominatrice de son propre corps ….
Son corps, qui a souffert, qui n’a pas toujours désiré ce qui lui est arrivé …
Par la boulimarexie, Anna est toute puissante, forte, elle a le pouvoir sur son corps, il lui appartient …
Les passages sur les troubles alimentaires sont remarquablement bien écrits, on voit vraiment la « satisfaction » d’arriver à se faire vomir, de trier les aliments qu’on rejettera, la volonté de s’imposer une ou plusieurs séances par jour, comme d’autres font une pause cigarette …. L’addiction est là, volontaire …. Est-ce qu’agir sur son corps permet à Anna de réaliser qu’elle en a un donc qu’elle a une identité ?
« Anna est devenue une fille qui n’a honte de rien, elle qui n’était que honte et silence, silence de la honte et honte du silence. »


Katariina, qui, une fois installée en Finlande, fera tout pour « gommer » sa part estonienne.
Par son intermédiaire, nous aurons une très légère approche historique de la vie en Finlande et en Estonie dans les années 70 et avant (les années 40 lorsque son enfance sera évoquée).

J’ai beaucoup aimé la construction de ce livre, fait de chapitres courts, la trame déstructurée, l’écriture parfois hachée mais puissante et révélatrice de nombreux ressentis …

Un livre coup de poing, un livre coup de cœur …..

NB:J'ai lu aussi "Purge" et j'ai préféré "Les vaches de Staline"
PS pour Aaliz: j'ai beaucoup apprécié ton avis ...
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8815
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Les vaches de Staline

Message par Astazie le Mar 25 Oct 2011 - 15:19

Sofi Oksanen a écrit ce premier livre avant " Purge". Celui-ci fut traduit ensuite. Elle met en scène deux femmes, Katarina et Anna, dont les histoires se passent soit en Estonie, soit en Finlande. Ce livre se décompose en trois parties, avec des flasbacks entre présent et passé.

Katarina , Estonienne est mariée à un finlandais . Elle le suit en Finlande. Son mari part travailler en Russie. ils ont une fille, Anna . Katarina veut que sa fille soit une " vraie finlandaise".
Elle souffre de déracinement, elle vit dans un pays riche alors que sa famille est encore en Estonie, dans un pays où toutes les denrées ne sont pas accessibles. Quand elle peut, elle passe des produits cachés en Estonie.

Anna est une adolescente complexée, qui souffre de graves troubles alimentaires, la "boulimarexie", terme qu' elle utilise pour son état. Elle est obsédée par ses kilos. L'état d'esprit d' Anna , ses moindres faits et gestes ,sont décrits avec minutie. Entre ses crises de boulimie, et ses vomissements, la vie d' Anna s'écoule.
Le lecteur n'est pas épargné par ses ressentis.
La souffrance d' Anna est perceptible.L'adolescence est là, ses premières amours , ses premiers rapports sexuels, toujours cette recherche sur elle-même. Sa mère ne veut pas qu'elle apprenne l' estonien, et pourtant elle contourne cet interdit.

" Est-ce que c'était de la peur que provenait la honte, quand tout ce qui m'était limpide et naturel devait être caché sans que j'en comprenne véritablement la raison?"


Sofi Oksanen aborde dans ce roman, des thèmes qui lui sont chers sur l'identité, les femmes, et l' Histoire. J'ai apprécié ce roman, plus que "Purge".Je continuerai de suivre cet auteur, qui nous relate également une partie de l' Histoire de pays , comme l Estonie ou la Russie que nous ne connaissons pas.

PS: j'ai lu " Purge" , mais je préfère ce livre-ci

merci à Aaliz pour ta critique !!
avatar
Astazie
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1748
Age : 62
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : lectures et autres !
Genre littéraire préféré : Lectures diverses
Date d'inscription : 23/01/2010

https://livresdunjourblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Les vaches de Staline

Message par Lisalor le Mer 18 Jan 2012 - 14:56

Mon avis : Parce que j'avais beaucoup apprécié Purge, j'ai décidé de lire le premier roman de Sofie Oksanen. J'ai complétement perdu pied dans cette histoire confuse et bien trop brouillon et je me suis arrêtée à la page 76 !! donc ce sera mon premier abandon de l'année et elle commence juste ..

On suit Katariina, une jeune maman Estonienne et sa fille Anna anoréxique !! Pendant 76 pages Katariina parle de sa rencontre avec un Finlandais, des horreurs de la prostitution en Estonie, de la honte qu'elle avait quand elle revenait dans son pays, de l'interdiction qu'elle donnait à sa fille de ne jamais parler sa langue maternelle ... et Anna avec ses problémes à l'égard de la nourriture. Elle se fait vomir réguliérement ... et tout cela dans un style télégraphique horrible.

J'ai craqué, je ne me sentais pas continuer cette histoire .. un jour peut-être je la reprendrai mais vraiment peut-être.
avatar
Lisalor
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 977
Age : 46
Localisation : Haute-Loire
Date d'inscription : 20/11/2008

http://lisalor.loulou.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Les vaches de Staline

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum