Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Maïakovski, Vladimir] Le Nuage en Pantalon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avez-vous aimé ce livre?

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 0

[Maïakovski, Vladimir] Le Nuage en Pantalon

Message par AnaïsP le Lun 24 Oct 2011 - 23:03



Titre: Le nuage en pantalon
Auteur: Maïakovski
Editeur: Mille et une nuits
Date de parution: janvier 2010
Nombre de pages: 50 pages

4e de couverture:
Lorsqu'il achève Le Nuage en pantalon en 1915, Maïakovski vient d'avoir vingt-trois ans. Il se trouve au coeur de l'art moderne naissant, intimement lié à l'entreprise futuriste. De ce Nuage, né d'un dépit amoureux, Maïakovski dira: "Je le considère comme le catéchisme de l'art moderne: A bas votre amour, à bas votre art, à bas votre société, à bas votre religion - ce sont les quatre cris des quatre parties."

Mon avis:
Une poésie en chapitres, (d)étonnante, subversive et, comme le fut cet auteur méconnu, futuriste. On retrouve Apollinaire dans sa déconstruction, avec nettement plus de sens que Rimbaud à ses heures les plus sombres.
Il y parle d'amour, de Jésus, de société... Tout aussi vif et acéré que l'était sa vie -anti puis pro communiste, en ménage à trois, ancien petit ami d'Elsa Triolet future Madame Aragon, suicidé-.
La force de Maïakovski est de savoir soupeser chaque mot, de leur rendre toute leur puissance, de creuser, ponctuer le rythme.
On s'en fiche que les Ovides et les Homères
soient vides
de gens comme nous,
grêlés par la suie des industries.
Car je le sais
- le soleil serait terni
devant les filons d'or que nos âmes recèlent!

Une vraie réussite, une superbe découverte.
A ne pas manquer, l'analyse et la verve de W. Berelowitch et L. Trotsky sur ce tétraptique.

Ma note: 8/10
avatar
AnaïsP
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1500
Age : 30
Localisation : Haute-Garonne
Emploi/loisirs : Mandataire judiciaire
Genre littéraire préféré : Littérature, Bandes dessinées indé
Date d'inscription : 19/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum