Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Evangelisti, Valério] Tortuga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A propos de Tortuga

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
50% 50% 
[ 1 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Evangelisti, Valério] Tortuga

Message par marsiho le Sam 26 Nov 2011 - 22:52



Quatrième de couverture

En 1685, les jours des pirates regroupés dans la confrérie des Frères de la Côte, aux ordres du roi de France, sont comptés. Louis XIV a fait la paix avec son traditionnel ennemi, l’Espagne, et les menées des flibustiers des Caraïbes à partir de l’île de la Tortue (d’où le titre du livre : Tortuga), désormais sous la coupe d’un nouveau gouverneur, ne sont plus les bienvenues. C’est dans ce contexte qu’un ancien jésuite portugais au passé mystérieux, Rogério de Campos, va faire le dur apprentissage de la vie. Capturé par les pirates sur le vaisseau espagnol où il s’est enrôlé, il est contraint de jouer les maîtres d’équipage pour le capitaine Lorencillo, avant de passer aux ordres du cruel et diabolique capitaine De Grammont. Sa passion pour une esclave africaine l’entraînera dans une véritable descente aux enfers, au contact d’une société dont il découvrira, non sans une certaine fascination et horreur, la barbarie et les codes rigides. Devenu l’un des leurs, il participera à la dernière grande aventure des Frères de la Côte : la prise sanglante et audacieuse de la ville de Campeche sur la côte sud-est du Mexique.

Véritable roman d’aventure en haute mer bruissant du fracas des abordages et des batailles, le livre dépeint sans fard et sans indulgence une société à son crépuscule. Dans une tentative pleinement réussie de « déboulonnage » d’un mythe romantique si complaisamment exploité au cinéma comme en littérature, Valerio Evangelisti restitue la noirceur de l’âme pirate à travers des héros tourmentés dont aucun n’apparaît comme positif. La critique italienne a vu en Tortuga un des romans les plus aboutis et maîtrisés de Valerio Evangelisti.

Ma critique

J'avoue, je reste sur ma fin après la lecture de cet ouvrage au thème peu courant, du moins en littérature, parce qu'au cinéma... Pourtant le souffle épique avait sa place sur ce décor de caraïbes. Surtout en croisant des personnages comme Laurent de Graff et Michel De Grammont, ou Exquemelin, personnages qui ont marqués l'histoire de la flibuste, notamment la française. Mais il semble que l'ouvrage soit en fait un travail paru pour démontrer que les boucaniers n'étaient que cruels et sans vergogne. Vivant au jour le jour, sans volonté aucune de retrouver la société "normale", faisant preuve d'un cynisme absolu, et portant le carnage au titre de la philosophie quotidienne... Sans doute vrai. Comme le paradoxe de la démocratie qui tranchait complètement avec les moeurs de l'époque. Et c'est peut-être là que ce roman pouvait trouver plus d'ampleur.

Vue à travers les yeux d'un "jésuite", dont le profil est assez caricatural, et la chute prévisible, on ne sait que penser de ses hommes pour qui l'aventure, qui se faisait aux dépends des autres, avait plus de sens que l'accumulation de richesses. Brutaux, violents, violeurs ; mais au service de la France contre l'Espagne, ils en firent une partie de la richesse et de la puissance maritime. Et au final, étaient-ils plus cruels que les soldats et marins réguliers ? Les massacres de la colonisation semble prouver que non.

Au final un roman très bien documenté, qui fait revivre un univers peu commun, mais qui manque de souffle. Dommage.

Edité chez Rivages ; 2011 ; 426 pages. Ma note : 6/10
avatar
marsiho
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 124
Age : 52
Localisation : Béarn
Emploi/loisirs : Responsable d'un foyer de l'enfance. Loisirs : sport, montagne, moto, musique...
Genre littéraire préféré : Tout
Date d'inscription : 29/09/2010

http://www.politique-jeunesse.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Evangelisti, Valério] Tortuga

Message par Opaline le Lun 28 Nov 2011 - 4:23

J'ai abandonné, malgré que j'ai bien aimé l'aspect historique du roman, j'ai fini par trouver leur menu quotidien de débauches-carnages assez répétitif et la tentative de justification philosophique à leur cruauté et absence de scrupules m'a tombé sur les nerfs! No
avatar
Opaline
Membre assidu
Membre assidu

Nombre de messages : 112
Age : 44
Date d'inscription : 15/07/2011

http://biblimaginaire.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum