Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Goby, Valentine] Banquises

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis après lecture?

25% 25% 
[ 1 ]
25% 25% 
[ 1 ]
25% 25% 
[ 1 ]
25% 25% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 4

[Goby, Valentine] Banquises

Message par Cassiopée le Jeu 8 Déc 2011 - 22:58



Titre : Banquises
Auteur : Valentine Goby
Éditions : Albin Michel
Nombre de pages : 246

Quatrième de couverture :

En 1982, Sarah a quitté la France pour Uummannaq au Groenland. Elle est montée dans un avion qui l’emportait vers la calotte glaciaire. C’est la dernière fois que sa famille l’a vue. Après, plus rien. Elle a disparu, corps et âme. Elle avait vingt-deux ans. Quand Lisa, vingt sept ans plus tard, se lance à la recherche de sa sœur, elle découvre un territoire dévasté et une population qui voit se réduire comme peau de chagrin son domaine de glace. Cette quête va la mener loin dans son propre cheminement identitaire, depuis l’impossibilité du deuil jusqu’à la construction de soi. Roman sur le temps, roman sur l’attente, roman sur l’urgence et magnifique évocation d’un Grand Nord en perdition. Valentine Goby signe ici un grand livre sur la disparition d’un monde.

Mon avis :

Une couverture blanche, blanche comme la banquise, cette banquise où il fait si froid….
Ce froid qui vous prend l’âme et le cœur, lorsque l’être aimé disparaît … Car c’est comme ça, lorsqu’un être cher n’est plus près de nous, on a froid, toujours, même au soleil, plus rien n’a le pouvoir de nous réchauffer et il faut du temps, beaucoup de temps, pour qu’un jour la chaleur pénètre à nouveau notre cœur, notre corps et que notre âme se réveille….
C’est encore pire si on ne sait pas ce qu’est devenu celui ou celle qui a disparu. Le froid reste, s’incruste, c’est l’impossible deuil….

L’absente c’est Sarah, disparue il y a vingt-sept ans…Disparition volontaire, accident, meurtre ? La famille ne sait pas et attend… Ne pas déménager, ne pas s’absenter, ne pas bouger, des fois que … arrêter le temps et se dire que demain, tout sera à nouveau comme avant…
La mère ne vit pas, elle survit, seule l’espérance d’un retour la tient debout.
Le père essaie d’être fort, d’apprivoiser sa douleur, il ne dit rien, souffre-t-il moins pour autant ? « Et s'il avait moins mal qu'elle, en effet ? S'il pouvait vivre avec cette douleur au lieu de vivre en elle ? »,
Lisa ; la sœur, part sur les traces de Sarah, plus de vingt après. Elle refait le même voyage, essaie de rencontrer les mêmes personnes … Elle va à la rencontre de …. sa sœur, elle-même, les autres ?
Une fois encore, la question est posée : faut-il aller à la rencontre des autres pour mieux se connaître ? Ne peut-on exister par soi-même ?

Cette œuvre évoque des thèmes chers à Valentine Goby :
- l’absence (« ça prend de la place l’absence »),
- le deuil, ici impossible (Vous avez un corps, vous pouvez faire le deuil…. Vous n’en avez pas, vous pouvez espérer…. Espérer jusqu’à quand ? Quand faut-il se résigner ? Un père, une mère peuvent-ils se résigner ? Et que deviennent les autres enfants ? ….)
- les corps, celui de la mère, de la fille encore vivante qui souffre un temps d’anorexie, celui des gens vivants, si chauds, si doux lorsqu’on les touche ….

La construction de ce livre peut désarçonner, des flash back, des informations (la vie des pêcheurs au Groenland), les parents face à eux-mêmes, la vie maintenant (l’euro alors que la disparue avait des francs) et en filigrane la quête de Lisa…. On peut avoir l’impression de ne pas suivre, de partir dans plusieurs directions sans aboutir …

Heureusement, il y a l’écriture de Valentine Goby, son phrasé haché, où les mots semblent se bousculer tant elle veut en dire …. A tel point que parfois, les verbes ne sont pas présents ….
Finalement il est peut-être là, le bémol de ce roman, elle a voulu trop en dire, trop exprimer de choses, d’émotions différentes, d’où un récit morcelé qui de ce fait perd un peu en « substance ».

Banquises, avec un « s », pourquoi ?
Pour cette banquise qui, à cause du réchauffement climatique, se découpe en morceaux et devient des banquises (comme le livre, elle est morcelée).
Pour cette banquise extérieure, celle qu’on voit, où on a froid au corps, et celle, intérieure (« Le Nord n’est pas un lieu géographique. C’est un lieu intérieur ») où on froid à l’âme ?
Ou pour toutes autres raisons que seule, Madame Goby, pourra nous dire …..
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9132
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby, Valentine] Banquises

Message par Véronique M. le Ven 9 Déc 2011 - 0:21

Très belle critique Cassiopée! Je viens de commencer ce roman et je sais déjà que je n'en sortirai pas indemne!!
avatar
Véronique M.
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1657
Age : 48
Localisation : 04
Emploi/loisirs : prof d'écoles/ lecture randonnée jeux de société, puzzles
Genre littéraire préféré : un peu de tout, romans en tous genres,biographies, essais mais pas trop la science fiction.
Date d'inscription : 12/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby, Valentine] Banquises

Message par ChaK_ le Ven 9 Déc 2011 - 10:54

beau resumé, mais le monde actuel n'est il pas déja assez triste pour en plus se miner le moral avec de tel livre? ma réponse est trouvée en tout cas Wink
avatar
ChaK_
Apprenti
Apprenti

Masculin
Nombre de messages : 11
Localisation : Tarbes
Date d'inscription : 06/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby, Valentine] Banquises

Message par Piou Piou le Ven 9 Déc 2011 - 15:39

Une lecture qui m'a l'air intéressante, je me le note !
avatar
Piou Piou
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2089
Age : 32
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : littérature, musique, cinéma, voyager, dormir
Genre littéraire préféré : fantastique, thrillers, aventure, historique, romance
Date d'inscription : 29/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby, Valentine] Banquises

Message par Véronique M. le Jeu 22 Déc 2011 - 12:57

Je pose "banquises" à l'instant et je n'ai qu'un mot à vous dire: c'est un énorme coup de coeur!!

Quel style que celui de Valentine Goby! Une écriture dense, rythmée de nombreuses virgules et de peu de points. Une écriture comme une respiration, qui laisse à chaque lecteur l'opportunité de donner son tempo. Certaines phrases se sont donc imposées à moi comme devant être relues, pour mieux m'en imprégner.
Des sujets graves: la disparition d'un être cher et la décrépitude de notre planète, mis en parallèle. Des sujets graves mais l'idée que l'issue est possible, que la douleur est là, incontournable mais que chacun peut trouver sa voie, différente. Certes, rien ne sera plus jamais pareil mais tant qu'il y a de la vie...

Magnifique roman que ce texte qui nous décrit un même drame vécu par trois individus, si proches et si dissemblables. Trois douleurs, inqualifiables, inclassables mais qui ne s'expriment pas de la même façon. Trois douleurs qui isolent. Et la double peine pour le père qui ne parvient plus à atteindre son épouse, devenue mère, exclusivement; mais aussi pour la cadette, Lisa, qui perd sa mère en plus d'avoir perdu sa soeur. "Banquises" où la longue route d'un coeur qui saigne et de sa convalescence. L'histoire d'une pré-ado blessée qui va devoir trouver un langage pour se construire, pour devenir quelqu'un à part entière, pour être reconnue vivante.
"Banquises" est l'histoire d'une famille qui a failli perdre son ultime enfant pour n'avoir pas voulu admettre la mort de leur fille aînée. Un texte sur le deuil et sa nécessité pour continuer, le deuil comme une page qu'on accepte de tourner.

Pour répondre à ton commentaire ChaK_, je dirais que oui "Banquises "est un livre triste mais ce n'est pas un livre pessimiste. C'est un livre qui montre la complexité des êtres face aux épreuves de la vie et par conséquent la multiplicité des réponses à trouver car il y en a!!
avatar
Véronique M.
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1657
Age : 48
Localisation : 04
Emploi/loisirs : prof d'écoles/ lecture randonnée jeux de société, puzzles
Genre littéraire préféré : un peu de tout, romans en tous genres,biographies, essais mais pas trop la science fiction.
Date d'inscription : 12/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby, Valentine] Banquises

Message par adtraviata le Ven 6 Jan 2012 - 14:15

Deuxième livre de Valentine Goby, je continue ma découverte avec ce dernier titre paru lors de la rentrée littéraire 2011, et pourtant je n'ai toujours pas lu Qui touche à mon corps je le tue, dont les billets lus sur des blogs avaient déclenché mon envie de découvrir cette romancière !

On retrouve ici le thème du corps cher à Valentine Goby, mais il se décline sur le mode de l'absence, de la disparition. Et quelle disparition : celle d'une fille brillante, passionnée de musique et de sons, brûlée d'absolu et qui va se perdre, à vingt-deux ans, dans la blancheur absolue de la banquise groenlandaise. On comprendra au fil de la lecture ce qui l'a poussée à partir ainsi.

Mais le roman n'est pas centré sur elle, finalement. Alors qu'elle tenait une place primordiale dans la vie familiale (d'ailleurs c'était l'aînée), sa disparition prend d'autant plus de relief : la mère se replie, s'enroule autour de ce "trou dans son ventre", tandis que Lisa, la "petite soeur", qui avait quatorze ans quand Sarah est partie, doit se construire sur les bords de ce trou, où il reste peu d'espace.

"Tant d'efforts pour se débarrasser de ton absence, Sarah. Pour contourner le trou de toi. Tu avais disparu c'est Lisa qui s'est effacée, peu à peu reléguée aux marges de ton vide dévorant : on n'avait vu que toi, on n'a plus vu que lui. Regarde, ton père, ta mère, les yeux braqués sur la béance. Et Lisa, sur le bord, toutes ces années, vacillante dans l'espace accordé, le bord exigu de l'abîme." (p. 36)

Le père, spécialiste mondial des oignons, fera d'abord corps avec sa femme, sa famille, et s'autorisera ensuite à être heureux par intermittences. Lisa fera un chemin bien plus rapide et lucide : pour grandir, pour trouver sa place, elle doit décider que sa soeur est morte, même si ses parents ne l'admettent "officiellement" que vingt-sept ans plus tard.

C'est à ce moment-là que Lisa part à son tour sur les traces improbables de Sarah. Le Groenland où elle atterrit ne ressemble plus à celui de 1982. La banquise fond trop vite, les pêcheurs subissent de plein fouet les conséquences du réchauffement climatique. Même si elle a parcouru des milliers de kilomètres, Lisa sera contrainte à un voyage intérieur pour tenter de redonner vie à Sarah.

"Etrange coïncidence qui place côte à côte cet homme et cette femme, dans le même avion, l'été 1982 et la fonte des glaces pesant du même poids sur leurs deux existences, en ayant infléchi le cours et les pliant encore, simultanément : une terre qui s'efface, une femme qui disparaît." (p. 47)

Une autre disparition, un autre vide : étrange parallèle entre le trou de l'absence de Sarah et le trou de pêche qui ne donne quasiment plus de poisson, entre la glace qui fond trop vite, laissant transparaître les déchets, la crasse enfouie et une jeune femme disparue dont on devine les failles, les contours flous. Que reste-t-il de lui quand un coeur gelé par l'absence, la douleur, se réchauffe lentement ?

Le roman est construit en flash-backs permanents, et on retrouve la langue hâchée, coulant à flots de Valentine Goby. Petit bémol, j'avoue que je me suis sentie parfois submergée par l'abondance de détails (par exemple sur les inlandsis ou les cultures d'oignons). Certes ils donnent du réalisme et de la chair aux personnages, sans doute pour "compenser" le vide laissé par Sarah, personnage fantôme, mais ils me semblaient noyer parfois la finesse de l'analyse psychologique. Il faut reconnaître à l'auteur une empathie pour chacun de ses personnages, elle décline avec une justesse évidente la manière dont chacun traverse le deuil et tente de vivre malgré tout.

C'est pour cela que je continuerai à explorer l'univers étonnant, bourré de vie et d'énergie, de Valentine Goby !

P.S. J'ai adoré l'hommage à Glenn Gould.
avatar
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby, Valentine] Banquises

Message par Brigit le Mar 24 Mar 2015 - 14:42

Sarah est passionnée de musique classique. Elle pense qu'en matière d'acoustique chaque musique correspond à un lieu bien défini et elle a décidé de visiter les conservatoires des plus grands pays. Lorsque son amie Diane avec qui elle partageait cette passion, meurt, elle tombe en dépression, puis décide de partir quelques semaines au Groenland. Sa famille n'aura jamais aucune nouvelle ; elle disparaît sans laisser de traces. Elle laisse derrière elle ses parents, désespérés et incapables de faire leur deuil, et sa petite soeur Lisa âgée de quatorze ans. Vingt sept ans plus tard, Lisa est mariée et mère de deux enfants ; elle décide de partir à son tour à Uummanaq sur les traces de Sarah.

C'est le premier roman que je lis de Valentine GOBY : je l'ai acheté parceque je trouvais la couverture magnifique : ces montagnes, cette glace, cela me faisait rêver.......Le récit, lui, n'a rien à voir avec un rêve, c'est plutôt un cauchemar. Il s'agence autour de la disparition inexpliquée de Sarah : comment faire son deuil quand un enfant - même s'il est majeur- disparaît sans qu'on sache ce qui lui est arrivé et qu'on imagine tout et n'importe quoi : accident ? suicide ? enlèvement ? disparition volontaire ? Toutes ces questions auxquelles personne ne peut répondre rongent les parents, surtout la mère qui refuse de croire que sa fille ne reviendra jamais. Que doit faire Lisa pour que ses parents, malgré leur chagrin, s'aperçoivent qu'elle est là, elle, bien vivante, et en quête d'attention et de tendresse? La souffrance de cette mère l'empêche de vivre, la mène au bord de la folie. Lisa, après une période d'anorexie, arrivera à retrouver une vie normale ; elle voyagera beaucoup : une manière comme une autre de fuir la souffrance et le déni de ses parents. C'est plus de vingt ans après la disparition de sa soeur, que son souvenir revient la hanter. Ou plutôt, c'est le Groenland qui vient à elle : des photos dans la vitrine d'une Agence de Voyages, un festival sur la culture nordique, une émission sur le réchauffement climatique. Lisa part à Uummannaq  pour tenter de revivre les derniers jours de Sarah. Hébergée par une femme médecin elle va partager pendant quelques semaines la vie de ces villageois du nord dont l'existence est menacée par la fonte des glaces. Plus de glace, les poissons migrent vers le nord, donc plus de pêche, plus de déplacements possibles en traîneau ; il faut abattre les chiens devenus inutiles, on ne peut plus les nourrir.

Le récit alterne entre le passé : la disparition de Sarah et le présent : le séjour de Lisa au Groenland. J'ai préféré de beaucoup cette dernière partie ;  j'ai été beaucoup plus touchée par la détresse de ces hommes dépouillés de leur vie par les conditions climatiques que par celle des parents suite à la disparition de leur fille. Je n'ai pas vraiment réussi à éprouver de l'empathie pour eux, surtout pour la mère qui se contente de pleurer et d'attendre.

J'ai eu aussi un peu de mal avec le style de l'auteure, haché, des phrases souvent très longues, des passages ennuyeux.

En bref

Mon avis reste un peu mitigé devant cette lecture. Le sujet et les thèmes abordés sont intéressants : comment survivre à la disparition inexpliquée d'un proche, au changement radical de notre environnement, à la perte de nos repères. Les personnages sont très bien campés, les descriptions très belles, mais le style de l'auteure et des longueurs dans le texte m'ont un peu dérangée.
avatar
Brigit
Apprenti
Apprenti

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 71
Localisation : Bourgogne
Emploi/loisirs : Lecture, scrapbooking, randonnée,
Genre littéraire préféré : Thriller, policier
Date d'inscription : 07/02/2015

http://lecturesdebrigt.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby, Valentine] Banquises

Message par louloute le Mar 24 Mar 2015 - 17:06

Merci Brigit et les autres pour vos critiques   Very Happy
avatar
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 10378
Age : 49
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby, Valentine] Banquises

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum