Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Jenni, Alexis] L'art Français de la guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

29% 29% 
[ 2 ]
14% 14% 
[ 1 ]
29% 29% 
[ 2 ]
14% 14% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
14% 14% 
[ 1 ]
 
Total des votes : 7

[Jenni, Alexis] L'art Français de la guerre

Message par Le motard le Lun 2 Jan 2012 - 11:19



Alexis Jenni
L'art Français de la guerre
Gallimard 630 p


Présentation de l'éditeur

J'allais mal; tout va mal; j'attendais la fin. Quand j'ai rencontré Victorien Salagnon, il ne pouvait être pire, il l'avait faite la guerre de vingt ans qui nous obsède, qui n'arrive pas à finir, il avait parcouru le monde avec sa bande armée, il devait avoir du sang jusqu'aux coudes. Mais il m'a appris à peindre. Il devait être le seul peintre de toute l'armée coloniale, mais là-bas on ne faisait pas attention à ces détails. Il m'apprit à peindre, et en échange je lui écrivis son histoire. Il dit, et je pus montrer, et je vis le fleuve de sang qui traverse ma ville si paisible, je vis l'art français de la guerre qui ne change pas, et je vis l'émeute qui vient toujours pour les mêmes raisons, des raisons françaises qui ne changent pas. Victorien Salagnon me rendit le temps tout entier, à travers la guerre qui hante notre langue.

Biographie de l'auteur

Alexis Jenni vit et travaille à Lyon. L’art français de la guerre est son premier roman.

Mon avis:

Un coup de cœur et un chef d'œuvre. Un des meilleurs romans que j'ai jamais lu. Un de ces livres qui vous oblige à penser et laisse une marque dans votre réflexion.
C'est un roman à plusieurs facettes. L'histoire du narrateur, personnage qui se cherche après avoir été un membre conforme des classes moyennes supérieures et qui un jour a décidé de tout lâcher mais sans avoir un but. La vie du personnage principal qui passe à travers la grande histoire avec sa défroque de soldat et qui va être l'instrument de l'art de la guerre Français en suivant la deuxième guerre mondiale, puis l'Indochine et enfin l'Algérie. La relation aux femmes qui, bien que finalement quelque peu anecdotique dans le roman, rythme le récit et montre la face cachée de ces hommes que l'on pourrait prendre pour des monstres et qui finalement sont si humains. La peinture enfin qui fait se rencontrer les deux personnages et qui amène des pages sublimes sur l'art de la peinture à l'encre de Chine.
Il me semble difficile de résumer un tel bouquin, il est si riche et dense avec tellement de coups de projecteur sur notre société, sur la politique actuelle vis à vis du maintien de l'ordre, sur la notion de race, sur la vision de la société vue de l'extrême droite mais aussi d'une gauche bien pensante et enfin sur l'histoire de nos échecs en Indochine et Algérie.
Ce que je trouve vraiment passionnant c'est qu'émergent des écrivains qui osent aborder les grands sujets de notre histoire récente avec des yeux qui commencent à ne plus être trop influencés par les interdits.
Je mets ce livre dans le même registre que « Les bienveillantes » de J Littel.
Juste pour terminer, je ne sais pas si un lectorat plus jeune sera sensible à ces thèmes. Ayant vécu adolescent dans un milieu ou la deuxième guerre, celle d'Indochine et l'Algérie avaient été vécues, ou on connaissait des pieds noir qui avaient fui, toute cette histoire m'est connue et j'ignore si ce qui est évoqué dans ce livre aura la même résonance sur un lecteur plus jeune.


Dernière édition par alexielle63 le Lun 2 Jan 2012 - 15:46, édité 1 fois (Raison : Correction sondage)

Le motard
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Masculin
Nombre de messages : 252
Age : 61
Localisation : 92
Emploi/loisirs : aquarelle, moto, sport
Genre littéraire préféré : roman, policiers, BD
Date d'inscription : 02/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Jenni, Alexis] L'art Français de la guerre

Message par Astazie le Lun 2 Jan 2012 - 11:26

Je n'ai pas lu ton commentaire, car ce livre fait partie de la sélection du comité de lectures. J'ai juste regardé ton avis ( coup de cœur, pas lu ton texte). Il rejoint les avis des deux premières lectrices.
avatar
Astazie
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1767
Age : 63
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : lectures et autres !
Genre littéraire préféré : Lectures diverses
Date d'inscription : 23/01/2010

https://livresdunjourblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Jenni, Alexis] L'art Français de la guerre

Message par Astazie le Lun 30 Jan 2012 - 13:16

Un livre un peu particulier construit avec d'un côté " le roman, " avec six chapitres aux titres variés , ( le premier ; la vie des rats - et le dernier la guerre en ce jardin sanglant). l’histoire de Victorien Salagnon, peintre et vétéran des guerres coloniales françaises, formé aux armes pendant la Seconde guerre mondiale puis passé par l’Indochine et l’Algérie. De l’autre, les " commentaires " du narrateur, jeune lyonnais, qui vit enfermé sous les toits. Il regarde à la télévision les images de la guerre du Golfe. Le récit se situe en 1991. Il rend visite à Salagnon, qui lui apprend l'art de manier le pinceau avec de l'encre de Chine. Entre ces deux êtres , se noue une relation étrange ; celle de la transmission du savoir – l'art de peindre – et de l'expérience – celle des conflits coloniaux.
Un roman tout en longueur, parfois pesant, mais où il y a nombreuses réfèrences aux récits fondateure, ( Homère) et aussi des allusions à ce qui a été l'oeuvre de De Gaulle. Il propose un récapitulatif de cet " art français de la guerre" de 1943 à aujourd'hui en s'attaquant à certaines valeurs: le fascisme, l'intégration. Tous les mots appellent à la réflexion. L’amour du verbe chez l’auteur est aussi fort que l’amour du pinceau et de l’encre de Chine chez le héros Salagnon. Nous sommes donc invités à un tango de la mort entre ces deux voix qui rêvent toutes deux de plus d’humanité. Certes Salagon a les mains couvertes de sang mais son pinceau de martre trace l’indicible. Apprendre son art à ce jeune désœuvré vivant de certificats médicaux qu’est le narrateur, sera sa rédemption.
Le narrateur s'interroge aussi sur l'armée, du maintien de l'ordre dans un pays non en guerre, mais où règne" la guerre" dans les banlieues.

Les minorités sont-elles considérées comme des citoyens à part entière ou comme des sujets? C’est là où l’histoire de la guerre devient actualité brûlante.

Voici ,un roman riche en interrogations!!
Quelques extraits :

" Dans le dessin , les traits les plus importants sont ceux que l'on ne fait pas . Ils laissent le vide , et seul le vide laisse la place : le vide permet la circulation du regard , et ainsi de la pensée ."

" - Mais vous, qu'est-ce que vous faîtes là ?
- Auprès de vous ? Je prends de vos nouvelles. Je vous aime bien, jeune Salagnon.
- Je veux dire en Indochine.
- Je me bats comme vous.
- Vous êtes allemand.
- Et alors ? Vous n'êtes pas plus indochinois que je ne le suis, que je sache. Vous faîtes la guerre. Je fais la guerre. Peut-on faire autre chose une fois que l'on a appris ça? Comment pourrais-je vivre en paix maintenant, et avec qui ? En Allemagne, tous les gens que je connaissais sont morts en une seule nuit. "

Ce livre avait été choisi pour le comité de lectures, avant qu'il n'obtienne le prix Goncourt.







avatar
Astazie
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1767
Age : 63
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : lectures et autres !
Genre littéraire préféré : Lectures diverses
Date d'inscription : 23/01/2010

https://livresdunjourblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Jenni, Alexis] L'art Français de la guerre

Message par chimène le Lun 5 Nov 2012 - 22:40

Quels beaux résumés! Je partage également vos commentaires.

J’ai assez bien aimé ce livre même avec ces longueurs que j’ai trouvé un peu inutiles et qui rallongeait le texte pour pas grand-chose et aussi les répétitions dans une même page des mêmes phrases qui étaient assez agaçantes à la longue…

Je pense que le livre vaut la peine d’être lu même si je ne l’ai pas lu avec passion. Le plus intéressant réside dans les réflexions de fond, celle de « l’art » français de la guerre qui transparait tout au long du livre, les réflexions du narrateur dans ses «commentaires» et surtout celles qu’inspirent la vie de Victorien Salagnon.

Néanmoins, j’ai eu un peu de peine à m' intéresser au personnage principal qui vit plutôt comme un observateur alors que la vie de militaire de Salagnon, à défaut d’être agréable, comporte beaucoup de questions de fond sur la guerre, qu’est ce qu’être soldat, comment revenir à la vie civile, comment se sauver par la peinture… qui valent la peine d’être lu pour en mesurer toute la portée.

Il me semble, mais je peux me tromper, que peu de livres traitent à la fois de la résistance, de la guerre d’Indochine et de la guerre d’Algérie et toute cette vie de militaire retracée raconte un peu de notre histoire et de notre héritage d’aujourd’hui, en cela le roman nous apporte cette vision inédite, cette histoire qui est aussi la nôtre et que nous avons tendance à occulter.


avatar
chimène
Apprenti
Apprenti

Féminin
Nombre de messages : 85
Age : 31
Localisation : RP
Genre littéraire préféré : Un peu de tout, un peu moins les policiers, thrillers
Date d'inscription : 06/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Jenni, Alexis] L'art Français de la guerre

Message par christa noel le Lun 20 Jan 2014 - 16:35

Je suis a la moitié de ce livre et, après un départ un peu laborieux, je suis bien accrochée et trouve ce récit très prenant et superbement écrit. Un grand plaisir de lecture.
avatar
christa noel
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 535
Age : 77
Localisation : St. Dizier Leyrenne
Emploi/loisirs : jardin, chiens, musique et lecture
Genre littéraire préféré : romans anglais, historiques et polars
Date d'inscription : 04/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Jenni, Alexis] L'art Français de la guerre

Message par Moulin-à-Vent le Mer 5 Nov 2014 - 17:27

Ouf! Quel coup de coeur!
Même avant de l'avoir terminé je l'avais acheté afin de le donner en cadeau à mon ami Pépéjos.
En quelques pages on passe du surhomme de Friedrich Nietzsche à l'ultranationalisme de Jean-Marie Le Pen.
C'est un livre de guerres. C'est un livre d'amour. C'est un livre d'horreurs. C'est un livre d'art. C'est un livre de philosophie. Et j'ai apprécié chacun de ces thèmes.
Au Québec, au Canada, en Amérique du Nord nous sommes également en pleine crise identitaire alors qu'avec ces «nous» et ces «eux» nous éprouvons maintes difficultés à décrire notre propre identité.
L'auteur, comme la majorité des Français nous plaisons-nous à croire, aime le paradoxe; il décrie (de «décrier» et non de «décrire») tellement la France qu'il mérite le prix Goncourt. Je sais, je sais, comme disait quelqu'un, vous allez me dire qu'il la décrie parce qu'il l'aime...
Il y a bien quelques erreurs de typographie, mais ça n'altère en rien le plaisir de la lecture.
Ma cote: 9,5/10... et puis non, tiens: 10/10. J'avais pensé enlever un demi-point pour l'horreur de certains passages, mais si cette horreur n'y était pas, ça "fesserait" (de "fesser" = battre, brasser) moins.
Quel roman! Quel bon roman! Je suis presque certain de m'en souvenir pour des années si ces dernières me sont accordées.
Citations

"... le cataclysme le plus terrifiant, le plus destructeur est bien celui-ci: l'absence que l'on ne remarque pas."


"«... la santé est le silence des organes...»"


"-... ça a mal fini; par le massacre, le renoncement et l'abondon. Vu votre âge, vos parents vous ont conçu sur un volcan. Le volcan tremblait, menaçait d'exploser, et de vaporiser tout le pays. Vos parents devaient être aveugles, ou alors optimistes, ou bien maladroits."


"Ils ne contrôlent pas au hasard, ce serait de l'incompétence."


"... les gens sont leur environnement."


La priorité des sciences appliquées au corps est non pas de guérir mais de soulager. On aide celui qui se plaint à supporter ses réactions. On lui conseille la patience et le repos; on lui administre des atténuateurs en attendant. On résoudra le mal; mais plus tard."


J'entends le français qui est moi-même en un version maltraitée, dégradée, à peine compréhensible. C'est pour cela qu'il faut employer les bons mots, car c'est à l'oreille que l'on juge. Et à l'oreille, il est bien clair que nous ne sommes déjà plus chez nous. Ecoutez. La France se replie, elle se déglingue, on en juge à l'oreille..."


"La vien en France est un long dimanche qui finit mal."


"«... Alors que leurs villes sont un tel ramdam, leurs campagnes sont un cauchemar de silence. Des fois on se frappe les oreilles pour vérifier qu'elles fonctionnent...»"


"Mariani venait le voir, il s'était sorti intact de l'évacuation. Il lui apportait des journaux, il commentait les nouvelles.
«Une violente contre-offensive des troupes franco-vietnamiennes, lisait-il, a permis d'arrêter la progression de l'ennemi dans la Haute-Région. On a dû évacuer une ligne de postes pour renforcer la défense du Delta. L'essentiel tient bon. Nous voilà rassurés. Tu sais qui c'est?
-Qui?
-Les troupes franco-vietnamiennes.
-C'est peut-être nous. Dis, Martini, on ne se mélangerait pas un peu? Nous sommes l'armée française, et nous menons une guerre de partisans contre l'armée régulière d'un mouvement qui mène une grérilla contre nous, qui luttons pour la protection du peuple vietnamien, qui lutte pour son indépendance.
-Pour se battre, on sait faire. Pour ce qui est du pourquoi, j'espère qu'à Paris ils savent.»"


"Il fit asseoir Salagnon dans le fauteuil, balaya le sol d'une petite brosse, et posa les rouleaux à ses pieds. Il en dénoua les liens, les déhoussa et, penché avec grâce, les déroula lentement par terre.
«C'est ainsi qu'on regarde les peintures de la tradition chinoise. Il ne convient pas de les accrocher aux murs une fois pour toutes, il faut les dérouler comme se déroule un chemin. On voit alors apparaître le temps. Dans le temps de les regarder se rejoint le temps de les concevoir et le temps de les avoir faites. Quand personne ne les regarde, il faut les laisser non pas ouvertes mais roulées, à l'abri des regards, à l'abri d'elles-mêmes. On ne les déroule que devant quelqu'un qui saura en apprécier le dévoilement. Elles ont été conçues ainsi, comme se conçoit le chemin.»"


"«... l'art est un état plus subtil que le talent. Il se situe au-delà. POur se transformer en art, le talent doit prendre conscient de lui-même, et de ses limites, et être aimanté d'un but, qui l'oriente dans une direction indiscutable...»"


"«La mort! Enfin qu'elle vienne! Je suis las de cette immortalité. Je commence à trouver cette solitude pesante. Mais ne le dites pas à Eurydice. Elle compte sur moi.»"


"Nous mourons à petit feu de ne plus vouloir vivre ensemble."


"«... la vie de la peinture est non pas le sujet mais la trace de ce que vit le pinceau.»"


"Elle était tous les âges ensemble, comme le sont les vrais gens, le passé qu'elle porte, le présent qu'elle danse, le futur dont elle ne se soucie pas."


"«-... On n'apprend pas impunément la liberté, l'égalité et la fraternité à des gens à qui on les refuse.»"


"-... Quand elle va bien, la colonie permet à des gens très humains, très respectueux, habités des meilleurs sentiments du monde, de regarder avec gentillesse un petit peuple coloré auquel ils ne se mélangent pas. La colonie permet juste un paternalisme affectueux, assuré par le plus simple des critères: la ressemblance héréditaire. Voilà à quoi l'on parvient quand tout le monde y met du sien: bien s'entendre avec sa femme de ménage, et les enfants l'adorent, mais on l'appellera toujours par son prénom."


"L'émeute qui vient se fera de même au nom des valeurs de la république, valeurs un peu dissoutes, rongées qu'elles sont par la prise en compte de la lignée, par l'inégalité illégale, mais valeurs toujours souhaitées par ceux qui, plus que toute chose, veulent vivre ici. Ici comme là-bas se fait la guerre entre nous qui nous ressemblons tant, et nous cherchons furieusement tout ce qui pourrait nous séparer."


(Alexis Jenni, "L'art français de la guerre")
avatar
Moulin-à-Vent
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 1952
Age : 65
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Retraité
Genre littéraire préféré : Roman historique
Date d'inscription : 07/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Jenni, Alexis] L'art Français de la guerre

Message par Mevlânâ le Lun 10 Nov 2014 - 14:18

Eh bien, je dois avouer que je ne l'ai pas terminé. Je m'arrête à 200 pages.

Je n'ai rien compris à l'histoire et les longueurs n'arrangent rien. J'ai l'impression d'avoir été perdue dès le début.

J'ai un peu honte, du coup, après l'excellente critique et l'enthousiasme de Moulin-à-Vent mais vraiment, ce n'est pas un livre pour moi.

_________________
Lecture en cours :



Mes listes et mon challenge 2012/2013 (17/17) et le Challenge Libido Sciendi

"Tout est impossible jusqu'à ce que quelqu'un le fasse" Nelson Mandela
avatar
Mevlânâ
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2649
Age : 32
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi/loisirs : Kinésiologue, maître Reiki
Date d'inscription : 05/02/2012

http://www.kinesiologue-reiki-69.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Jenni, Alexis] L'art Français de la guerre

Message par Moulin-à-Vent le Lun 10 Nov 2014 - 18:45

Mevlânâ a écrit:Eh bien, je dois avouer que je ne l'ai pas terminé. Je m'arrête à 200 pages.

Désolé Mevlânâ. On dirait que c'est un livre qui se laisse mériter. Les thèmes se déplient dans la seconde moitié du roman et c'est là que l'intérêt se décuple et que ça s'embrase. La première moitié m'a également paru un peu statique bien que pas désagréable.

Salutations à Toi. flower
avatar
Moulin-à-Vent
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 1952
Age : 65
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Retraité
Genre littéraire préféré : Roman historique
Date d'inscription : 07/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Jenni, Alexis] L'art Français de la guerre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum