Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Ninh, Bao] Le chagrin de la guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Ninh, Bao] Le chagrin de la guerre

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Ninh, Bao] Le chagrin de la guerre

Message par lalyre le Ven 27 Jan 2012 - 20:43

[Ninh, Bao]
Le chagrin de la guerre
Ed.Picquier poche janvier 2011
296 pages

Quatrième de couverture
Un homme de trente ans revient après dix années de guerre. Il essaie de recoller les morceaux épars de son existence. A la lueur d’une petite lampe à pétrole, nuits après nuits, feuillets après feuillets, il écrit sa vie, la guerre, l’amour. L’écriture le repousse de plus en plus loin, de plus en plus profondément dans le passé, la boue, le sang, la violence, les atrocités. Et les feuillets s’entassent pendant que la vie de tous les jours se délite, pendant que la mémoire, comme un fleuve à la dérive, à travers mille méandres, l’ensevelit dans les pages cachées de son passé. Pour qu’il écrive ce chagrin de la guerre, cette tristesse de l’amour, « les pages les plus folles dans une douleur née de la passion de vivre ».

Résumé et avis
C’est le récit de Kiên, un ancien guerrier et survivant de la guerre Vietnam-Amérique, il hésite à écrire ce qu’il a vécu. Mais dès qu’il a commencé son roman, la mémoire, comme un fleuve en délire, l’a enseveli dans la jungle. Il se souvient du fleuve Sa Thây, le col de ThangThiên, la terre des Ames Hurlantes, le lac aux crocodiles...des lieux perdus dont le nom évoque l’enfer, Car comment raconter dix ans de guerre ? Difficile aussi de parler d’un amour interrompu et sans doute perdu pour lui. Il revoit ses compagnons de combat disparus, les souffrances d’une vie de combattant. Le roman se fond dans le retour lorsque la guerre terminée, la peur est toujours là, mais naturellement tant qu’on vit, il faut tout de même vivre, vivre, il n’y a que cela à faire, vivre tout simplement.. Les brouillons de son roman semblent être les derniers détails qui le retiennent à la vie et pourtant....Les nuits blanches, les cauchemars, les voix des blessés mourant, une douleur pire que la douleur, qui ignore l’ivresse, qui imprègne les entrailles, puissante, envahissante sont les uniques sources de son inspiration qui l’entrainent dans les profondeurs de son imagination. Une histoire complexe ou le regard sur la guerre de celui qui l’a vécue et qui maintenant commente les faits revisités en font un roman d’une réalité violente par les combats absurdes auxquels il a participés. 4,5/5
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5838
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum