Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Soloy, Claude] Eteignez mes yeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis après lecture?

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Soloy, Claude] Eteignez mes yeux

Message par Cassiopée le Mer 1 Fév 2012 - 23:18



Titre : Eteignez mes yeux
Auteur : Claude Soloy
Éditeur :Krakoen
Collection : Forcément noir
Genre : Roman Policier
Date parution : Décembre 2011
Nombre de pages: 260

Quatrième de couverture
:

Contempler son portrait accroché au mur, c’est sympathique, à moins qu’on y reconnaisse sa propre peau. Un artiste fou, adepte de la peinture au couteau, est à l’œuvre pour extraire les sucs et la lumière si chère aux Impressionnistes. Deux étages à gravir et la toile prend vie, le temps que Karène H, la cinquantaine lumineuse et les yeux joliment bridés, vêtue d’un kimono rouge fourré d’astrakan, tienne la pose… Au fil des jours s’afficheront les visages des passants musardant dans le quartier des Brocantueurs où s’activent Marie-Antoinette, généreusement prostituée, et autres malfrats de petite envergure. Des têtes fraîchement coupées y trônent aux vitrines, entre deux chandeliers Napoléon III, tandis que Claude Monet et Marcel Proust conversent au sujet des saisons qui passent et de la neige qui tombe.

Mon avis :

Sur la corde raide ….

Tout au long de ce roman, l’écriture de Claude Soloy oscille entre …..

Entre quoi et quoi ?

Oh, non, il n’y a pas que deux choix, ce serait trop peu pour un joueur de mots, un passionné de la déstabilisation, un remueur de sens, un poète qui cache son âme sous une «couverture» parfois troublante …

Rien n’est lisse, linéaire, les sauts entre les mots, les mondes (réel, imaginaire), les sentiments (colère, dégoût; irritation mais aussi attraction, attendrissement, compassion …) vous bousculent, vous transportent à droite, à gauche sans que vous puissiez vous poser ….
Chaque fois que vous croyez vous être approprié son style, il vous échappe, vous ne savez plus ce qu’il en est (fantasme d’écrivain, réalité d’auteur?)…. Parallèlement, sa substance vous attire comme un fruit défendu que l’on souhaite goûter malgré tout, et alors, vous y revenez, vous replongeant avec un curieux mélange de sentiments dans cet océan de mots qui vous englobe sans tout à fait vous noyer …
C’est tour à tour, doux, violent, perturbant, apaisant, dérangeant ….
Chorégraphie des mots, mouvante, émouvante, muante, mutante, émuante (moi aussi j’aime à jouer avec eux …)
Sans arrêt, l’écriture saute d’une forme à une autre, à tel point que vous ne savez plus que penser … mais qui vous demande de penser ? Il suffit de ….

Eteindre pour mieux percevoir …
Se taire pour mieux écouter, entendre (même ce qui n’est pas dit …. Lire entre les lignes, écouter les silences …)
Passer au noir et blanc pour oublier les couleurs qui agressent et revenir à la pureté (regardez la photo de couverture … qui est de l’auteur et qu’il a, sans aucun doute, soigneusement choisie …) avant de se laisser embraser ….
Utiliser les mots différemment pour mieux s’exprimer, provoquant ainsi des émotions nouvelles, des sensations renversantes, des perceptions avec les cinq sens ….
Comme entre …..
1) Raphaël Dallih (tient quel drôle de nom ;-), l’artiste fou et son idéal féminin (pour une peinture). Leur relation occupe une grande place dans ce livre. Rencontre fortuite la première fois puis savamment orchestrée par la suite. Ambiguïté, quiproquo, tout peut être prétexte à équivoque, modifiant ce qui se construit entre le peintre et le modèle … ébranlant aussi le lecteur …
Le premier jouant de sa prétendue connaissance, de son supposé talent pour mieux malaxer la seconde et l’attirer là où il l’a décidé ….
La seconde, flattée, et qui se croit forte, persuadée qu’elle peut mener la danse, le ballet entre l’artiste et le modèle, souhaitant vivre quelque chose de fort, de beau, d’unique, ….

2) Peut-être aussi …comme entre …… l’auteur et son lecteur …

Genre : roman policier
Collection : forcément noir


Attention ! Ne vous attendez pas à une intrigue policière classique, un meurtre, un viol, un vol, une enquête, des prospections, une recherche de coupables, des indices semés ici ou là …
Non, rien de tout cela ou alors si peu …
L’essence du roman n’est pas là …elle est dans les sens (je n’ai pas fait exprès, c’est venu tout seul ;-) mais cela, je vous le laisse découvrir ….

Petite précision : même les personnes très rationnelles, (je pense en faire partie), peuvent apprécier cet auteur et sa façon d’appréhender l’écrit… pour peu que le jour où l’on ouvre son livre, on soit prêt pour la rencontre ….
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8808
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Soloy, Claude] Eteignez mes yeux

Message par zazy le Lun 6 Fév 2012 - 0:05

Très belle chronique, mais, je ne sais pas si je pourrais lire ce livre
avatar
zazy
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1926
Age : 68
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : lecture, broderie, sport
Genre littéraire préféré : A peu près tout sauf la S.F.
Date d'inscription : 05/04/2010

http://zazymut.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum