Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Bordage, Pierre] L'enjomineur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur "L'enjomineur"

0% 0% 
[ 0 ]
75% 75% 
[ 3 ]
25% 25% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 4

[Bordage, Pierre] L'enjomineur

Message par Saphyr le Lun 20 Fév 2012 - 20:35



Genre : Uchronie
Editions : l’Atalante - Collection La dentelle du cygne
ISBN : 2841722877 - 2841723188 - 2841723539
413 + 409 + 477 soit 1299 pages

    Tome 1 - 1792
    Tome 2 - 1793
    Tome 3 - 1794
Quatrième de couverture :

« Ta qu'as appris à lire, Milo, te pourrais trouver bérède meu qu'un failli travail de commis. » Émile ne l'entend pas ainsi ; lui qu'on dit l'enfant d'une fée, élevé par un prêtre ouvert aux idées nouvelles, s'engage comme saisonnier dans une ferme de la plaine de Luçon.
Nous sommes en 1792. Dans le bocage vendéen ulcéré par la Constitution civile du clergé, agité par une aristocratie crispée sur ses privilèges, la révolte couve... Cornuaud, lui, rentre au pays. Deux ans qu'il s'est embarqué sur un négrier. La Guinée, le Bénin, puis Saint-Domingue. Retour à « la Fosse » auprès d'une pègre nantaise qui s'investit désormais dans le club révolutionnaire Saint-Vincent. Les temps ont changé. Lui aussi, d'ailleurs. Une sorcière vaudoun l'a enjominé pour avoir violé une captive africaine...
À Paris, la rue est en ébullition. Mais derrière les affrontements œuvre une société secrète, la secte de Mithra, dont les maîtres demeurent dans l'ombre. La trilogie de L'enjomineur s'inscrit entre Paris, Nantes et la Vendée, de 1792 à 1794. Au roman historique se mêle la fantasy, à l'engrenage des événements la quête et le combat contre les forces du mal.
Mon avis :

Pierre Bordage, d’ordinaire plus tourné vers la Science Fiction spéculative ou les planet opera, nous offre ici un très joli morceau d’uchronie, toujours fidèles aux principes qui sont sa marque de fabrique.

Son décor, la France révolutionnaire, est bien loin des images grandioses enseignées à l’école, images d’un peuple éclairé par les Lumières, dressé contre le tyran Capet et animé par les mots de Liberté-Egalité-Fraternité. Sans remettre en cause la réalité des injustices et la beauté des idéaux ayant conduit au soulèvement, il en dresse un tableau plus réaliste, plus nuancé, assombri par des luttes d’influence et des intérêts particuliers entraînant le pays vers un chaos qui en arrange plus d’un. Sans avoir besoin de lire bien profondément entre les lignes, le culte de Mithra ou la sorcière vaudoun de Cornuaud ne sont que la matérialisation de cet égoïsme, de cette soif de pouvoir, de cette peur du lendemain qui peut envahir chaque homme et le transformer en monstre pour ses semblables. Eclairage peu courant sur une période clef de notre histoire, mise en garde contre la peur de l’autre et de son corollaire, la haine, l’univers et son traitement m’ont réellement séduite.

En revanche, j’ai été un peu déçue par les personnages et par le déroulement de l’intrigue. Pierre Bordage m’a habituée à des héros plus ambigus, dont la force ou la grandeur ne se révèlent qu’au fil des rencontres, en sursaut douloureux. Or, s’il faut reconnaître que les personnages évoluent - Emile, Cornuaud, Armande, Angélique de Bejarre - les mécanismes de leurs prises de conscience ne sont pas toujours ni très clairs ni très cohérents. Ils se groupent d’ailleurs frileusement vers la fin du troisième tome, avec l’impression que l’auteur a donné un coup d’accélérateur pour boucler l’histoire sans grande considération pour sa cohérence interne. Cela reste toutefois un péché véniel, rattrapé par une narration très lisible au rythme justement dosé qui rend la lecture addictive.

Le style est très soutenu, en accord parfait avec le thème et l’ambiance, fourmillant de mots spécifiques à l’époque, à la révolution, ou au bocage vendéen, dont je ne connaissais pas le tiers (prévoir un dictionnaire à proximité, ça peut aider). Gros point fort du livre : les dialogues en patois vendéen, savoureux petits bijoux qui donnent un relief rafraîchissant à l’ensemble.

Bref, une œuvre profonde et bien tournée, que je recommande sans réserves (ou si peu...).
Ma note : 8/10
avatar
Saphyr
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3910
Age : 38
Localisation : Amiens
Emploi/loisirs : Ingénieur
Genre littéraire préféré : Beaucoup de SF, pas mal de Fantastique et de Policiers... et un peu de tout le reste !
Date d'inscription : 06/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bordage, Pierre] L'enjomineur

Message par capumpum le Dim 8 Juin 2014 - 12:10

On voit à travers les yeux des 2 principaux protagonistes que sont Cornuaud le Nantais et Emile le vendéen, tous les 2 ensorcelés, les massacres perpétrés au nom des Républicains qui ne veulent plus de la Monarchie. Le premier est enjominé par une noire vaudou dans la cale d’un négrier après violé une jeune esclave. Quant au deuxième, on le dit fils de fée élevé par un prêtre et protégé par la sirène Mélusine qui aidera celui-ci à combattre la secte Mithra.

Ce livre pourrait être classé dans les romans historiques. Pierre Bordage nous décrit à merveille l’histoire révolutionnaire de notre pays sans parti pris. Il est indéniablement un excellent conteur. On se laisse emporter par la description des évènements. On perçoit la peur voire la terreur, la haine voire la soif de sang, la faim, le froid et j’en passe que peuvent ressentir chacun des personnages ainsi que le peuple français. Dans cette trilogie, rien n’est tu sur la colonisation de Saint Domingue et sur les monstruosités qui ont pu se produire à cette période-là.

Finalement, la partie « fantasy » reste secondaire. Les aficionados de ce genre de lecture risque d’être déçu.

Lorsque l’on se lance dans la lecture de ce livre, il ne faut pas oublier de garder un dictionnaire à portée de main. L’auteur utilise un vocabulaire très étoffé et nous fait découvrir le patois vendéens ce qui ajoute une touche non négligeable de réalisme.

J'ai dévoré cette histoire et voté "beaucoup apprécié".
avatar
capumpum
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 319
Age : 46
Localisation : nantes
Genre littéraire préféré : aime tous les styles de livre sauf les romans classiques
Date d'inscription : 26/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bordage, Pierre] L'enjomineur

Message par Invité le Dim 8 Juin 2014 - 16:13

Je partage sans la moindre réserve les deux critiques postées ci-dessus. Ce conte est palpitant à lire. J'ai donc beaucoup apprécié.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bordage, Pierre] L'enjomineur

Message par Pistou 117 le Sam 14 Juin 2014 - 13:00

J'ai voté apprécié.

J'ai en effet beaucoup aimé la partie historique, tout spécialement le 2ème tome, dont l'action se déroule principalement à Paris. J'ai presque le coup de coeur pour ce tome 2, d'ailleurs. La plongée dans l'univers des prisons, des sans-culottes ; la  vie quotidienne sous la Terreur m'ont fascinée et complètement emportée.  J'ai moins aimé les tomes 1 et 3, qui traitent des chouans et de la guerre de Vendée. J'ai eu l'impression qu'il se passait toujours la même chose, une succession de bagarres, batailles et massacres, un peu au petit bonheur. Avec quelques combats en moins, le roman aurait été plus court et aurait gagné en cohésion.

Je n'ai pas tellement apprécié les 2 personnages principaux, Emile et Cornuaud que je n'ai pas réussi à  bien cerner. Je les considérais un peu comme des  guides qui m'ont baladée entre Paris et Nantes sous la révolution, tels des prétextes à découvrir cette période. J'ai largement préféré la kyrielle de personnages secondaires, tous très bien campés, particulièrement le marquis d'Ambreuil, aristocrate fauché et opportuniste, totalement désenchanté qui fait son petit bonhomme de chemin parmi les horreurs sans en paraître particulièrement affecté.

J'ai aimé aussi les maîtresses de Cornuaud, tellement humaines, femmes seules qui résistent comme elles le peuvent au tourbillon révolutionnaire qui emporte tout  ; Schwarz le policier qui veut rester intègre ; Bellerive, le vrai méchant de chez méchant ; la jeune magicienne qui fait traverser Paris à Emile et  garde tout son mystère ; Angélique, héroïne style Cape et Epée ; et enfin Becquette et Perrette, les prêtresses de la nature. Je ne ferai que nommer Qu'une Dent, Fleur de Pied, le Père des Pères, Marie-Antoinette, Danton et tant d'autres...

A mes yeux, ce sont tous ces personnages qui font la richesse du roman. Dommage qu'il ne soit pas plus court... cela m'aurait peut-être évité l'impression très dérangeante d'une fin bâclée :
Spoiler:
allez hop, les héros se retrouvent vite fait, seront heureux et auront beaucoup d'enfants.


Donc, un très bon roman, bien écrit, agréable à lire et enrichissant. Quelques bémols au niveau de la construction, dommage. Vous allez peut-être penser que j'ai la dent dure. En fait, je regrette juste que cette série ne soit pas le chef d'oeuvre qu'elle aurait pu être... Je recommande donc cette lecture  Very Happy
avatar
Pistou 117
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2735
Age : 52
Localisation : LILLE
Genre littéraire préféré : De tout, partout...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bordage, Pierre] L'enjomineur

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum