Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Le Bail, Stéphanie] Un seul corps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avez-vous aimé cette oeuvre?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Le Bail, Stéphanie] Un seul corps

Message par Natou le Mar 28 Fév 2012 - 19:34


Présentation de l'éditeur
En pleine nuit, Emie quitte la maison familiale et disparaît.
Quelques heures plus tard, on apprend que Mazeppa, le cheval
qu'elle possède depuis l'enfance, a disparu lui aussi. "La jeune
fille et le cheval : partis ensemble ? Pour aller où ? Il faut faire
vite, car Emie est gravement malade. Sans ses médicaments,
elle est condamnée. Ce livre est l'histoire d'une disparition et
des efforts déployés pour retrouver une jeune fille. Mais c'est
surtout l'histoire d'une quête insensée qui met les proches au
défi d'accepter l'impensable. Une histoire que raconte un arbre
planté en face de la vaste demeure. Emie a quelque chose à
accomplir qui l'amènera à se hisser au-dessus d'elle-même et
du monde. (Amazon)

Biographie de l'auteur
A contre-courant des idées reçues, Stéphanie Le Bail explore
une passion muée en religion, une tragédie aux relents de
conte philosophique. Dans ce livre où la nature tient le premier
rôle, elle interroge la part de sauvagerie que l'on porte en nous.
Elle questionne notre rapport au corps et à la mort, n'hésitant
pas à braver les tabous. Un seul corps est son premier roman.


Mon avis :
A travers le regard du cèdre bleu qui est dressé devant la maison, on pénètre dans la vie de cette famille. Il nous raconte, il nous partage ses commentaires. C'est ainsi que nous apprenons la disparition de cette jeune fille et de son cheval. Tout nous est conté avec simplicité et amour. Je me suis surprise à verser une larme à deux reprises. L'auteure connaît les chevaux et nous transmet cet amour qu'ils échangent avec une telle sensibilité que l'on à peine à croire qu'il s'agit d'une connexion entre un humain et un cheval. Le contenu est lourd au regard du contexte, l'histoire peu banale et la sensibilité omniprésente.
Une belle oeuvre. Merci à Stéphanie pour cette magnifique découverte.


Ma note : 4/5
avatar
Natou
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 722
Localisation : France
Emploi/loisirs : Traductrice/interprète assermentée/Pro du système D/Euh.... la lecture? Humpf
Genre littéraire préféré : Un peu de tout mais pitié épargnez-moi la SF pure et dure !!
Date d'inscription : 10/09/2010

http://voyance-lumiere.centerblog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Le Bail, Stéphanie] Un seul corps

Message par kokhaba le Mar 28 Fév 2012 - 20:10

natou a écrit: L'auteure connaît les chevaux et nous transmet cet amour qu'ils échangent avec une telle sensibilité que l'on à peine à croire qu'il s'agit d'une connexion entre un humain et un cheval. Le contenu est lourd au regard du contexte, l'histoire peu banale et la sensibilité omniprésente.


Dernière édition par kokhaba le Mar 28 Fév 2012 - 22:56, édité 1 fois
avatar
kokhaba
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 252
Localisation : Sous les oliviers de Provence
Emploi/loisirs : Photographie et voyages // Végétarisme et cause animale
Genre littéraire préféré : Histoire des religions - Origines du christianisme - Philosophie - Psychologie - Esotérisme - Biographies - Récits de voyages - Histoires insolites - Polars - SF - etc.
Date d'inscription : 25/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Le Bail, Stéphanie] Un seul corps

Message par kokhaba le Mar 28 Fév 2012 - 20:17

[quote]
bon, j'ai voulu citer un passage de la critique de Natou mais j'ai fait ma bulle Embarassed faut pas m'en vouloir "suis blonde !"
Je voulais seulement mettre en évidence le fait que ce livre doit être émouvant, abordant la sensibilité des chevaux...
avatar
kokhaba
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 252
Localisation : Sous les oliviers de Provence
Emploi/loisirs : Photographie et voyages // Végétarisme et cause animale
Genre littéraire préféré : Histoire des religions - Origines du christianisme - Philosophie - Psychologie - Esotérisme - Biographies - Récits de voyages - Histoires insolites - Polars - SF - etc.
Date d'inscription : 25/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Le Bail, Stéphanie] Un seul corps

Message par Piou Piou le Mar 28 Fév 2012 - 20:23

Il m'intéresse aussi Smile Je me le note.
avatar
Piou Piou
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2089
Age : 32
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : littérature, musique, cinéma, voyager, dormir
Genre littéraire préféré : fantastique, thrillers, aventure, historique, romance
Date d'inscription : 29/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Le Bail, Stéphanie] Un seul corps

Message par Natou le Mar 28 Fév 2012 - 20:26

Il est carrément bouleversant surtout la scène où le cheval et elle se découvrent.... c'est... comment dire.... ce contact avec le cheval et cet esprit... ouh lala....
avatar
Natou
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 722
Localisation : France
Emploi/loisirs : Traductrice/interprète assermentée/Pro du système D/Euh.... la lecture? Humpf
Genre littéraire préféré : Un peu de tout mais pitié épargnez-moi la SF pure et dure !!
Date d'inscription : 10/09/2010

http://voyance-lumiere.centerblog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Le Bail, Stéphanie] Un seul corps

Message par stephanie-plaisir de lire le Mar 17 Avr 2012 - 19:25

Le sujet était intéressant (une disparition), plein de suspens (une jeune fille malade qui risque de mourir si on ne l’a retrouve pas rapidement), et original (raconté par un arbre témoin de quotidien des protagonistes). J’étais intriguée et surtout très intéressé par le ton que pouvait donner un tel point de vue. Je sais que Stéphanie Le Bail n’est pas la première à l’avoir fait, car Didier Van Cauwelaert avait déjà traité la chose avec Le journal intime d'un arbre, mais n’ayant pas lu ce livre, c’était pour moi une première. A la fin de ma lecture, je suis assez partagée. Loin d’être séduite, je l’ai trouvé parfois incohérent et peu crédible mais j’ai tout de même apprécié le style de Stéphanie Le Bail.

L’écriture est agréable, à la fois prenante et poétique. L’auteure tient en haleine jusqu’au bout : tension et désarroi vont crescendo. On est très vite pris par cette disparition, angoissé quant au sort de la jeune Emy. Stéphanie Le Bail transmet également très bien sa passion pour les chevaux. Ce texte simple dégage énormément de sensibilité et d’amour pour ces bêtes. Une mention spéciale pour le passage où le cheval et la jeune fille se découvrent. J’ai été très touchée par la relation tellement respectueuse qu’elle connaît avec son cheval Mazeppa (la rencontre, l’échange…). Cependant, je n’irai pas jusqu’à dire que j’ai été bouleversée par leur histoire car malheureusement j’ai une grande peur des chevaux et j’ai, pour le coup, trouvé la fin déplacée. Les amoureux des étalons et des autres mammifères de cette espèce y verront sans aucun doute un texte empli de sensibilité et dont le comportement animal est magnifiquement et amoureusement décrit.
« Personne n’avait encore jamais vu aucun cheval regarder son cavalier comme il le faisait. Et elle le lui rendait bien. Ils se regardaient tous les deux comme les amoureux se regardent, à s’en donner al à la tête. Ils se tenaient par les yeux » page 87.
« Les chevaux ont la retenue de la femme prude qui ne se livre pas avant d’avoir éprouvé la patience de son amant. Ils sont la réserve de la jeune fille qui sonde le cœur de son prétendant, en essayant de deviner ce que le ballet de ses mains trahit de ses intentions profondes » page 111.

La disparition est le point de départ pour évoquer l’histoire de la famille. Elle est racontée au présent par un cèdre, et est entremêlée de récits au passé qui expliquent et tentent de justifier le fait central. Le père d’Emie a quitté le domicile familial du jour au lendemain il y a des années et n’est plus jamais revenu. Emy est très affectée par ce manque, d’autant qu’elle semblait proche de lui. Solitaire, elle se crée petit à petit un monde imaginaire peuplé de chimères, proche de la nature. Comme pour palier à ce manque et pour renouer les liens avec son enfant, Isabelle décide de lui offrir un poney mais son destin lui fait croiser la route de Mazeppa. Plus que symbolique pour Emy, le cheval devient peu à peu sa raison de vivre. Alors quand, devenu adulte, elle disparait en pleine nuit avec son cheval, sa mère ne peut qu’imaginer le pire…ou le meilleur. On découvre très vite que la jeune fille est gravement malade (sans plus d’explication, car son mal n’est pas déterminé) et que ses médicaments lui sont indispensables pour vivre et qu'elle ne les a pas avec elle. Ce détail apporte une dose de suspens et ajoute un cran supplémentaire dans la détresse et le désarroi des proches. Détail tout de même assez étrange : un traitement pour un mal inconnu…

Seules et fragiles, les deux personnages féminins sont touchants, mais pas suffisamment développées à mon goût. Les deux personnages masculins sont un peu plus en retrait : le médecin de famille (dont le relation avec Isabelle est floue) et le frère, qui ne sert à rien si ce n'est amplifier l'idée que l'on se fait d'Isabelle : elle est désespérément seule. Je n'ai pas bien compris l'état d'esprit de cette mère : on l'a voit tout au long du récit prête à tout pour retrouver sa fille, puis soudain résignée et pleine d’acceptation.

Pour continuer dans le genre tatillon : le grand cèdre bleu devient à la fin un grand sapin bleu. Je sais qu’il s’agit de deux arbres de la même famille (celle des conifères) mais je doute qu’il s’agisse exactement de la même chose. Enfin, je ne suis pas experte mais tout de même j’ai trouvé que pour une amoureuse de la nature comme Emy, l’utilisation du mot sapin n’était vraiment bien choisie.

Pour conclure, le résumé me laissait espérer un peu plus de ce livre. J’attendais une enquête, d’avantage de recherches… mais même si je comprends mieux le titre : Un seul corps, la fin m’est apparue finalement assez brutale, ça m'a dépassé.
avatar
stephanie-plaisir de lire
Apprenti
Apprenti

Féminin
Nombre de messages : 81
Age : 38
Localisation : pas loin de la capitale
Genre littéraire préféré : vaste, j'aime les belles découvertes
Date d'inscription : 02/03/2012

http://stef93330plaisirdelire.blog4ever.com/blog/index-522250.ht

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Le Bail, Stéphanie] Un seul corps

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum