Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quel est votre avis sur "Parce que la vie est un risque"?

13% 13% 
[ 1 ]
25% 25% 
[ 2 ]
13% 13% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
49% 49% 
[ 4 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 8

[Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par lalyre le Mar 27 Mar - 19:56

[Danglade, Laure]
Parce que la vie est un risque
Kyklos Editions janvier 2012
ISBN 978-2918406228
198 pages

Présentation de l'éditeur
Des années 30 au début de la Seconde Guerre Mondiale, une jeune femme écrit, voyage, souffre et se bat. Moins contre un ennemi extérieur, le fascisme galopant, qu'aux fins d'ordonner son propre chaos. « Journal non intime » : la formule de l'écrivain suisse Annemarie Schwarzenbach pourrait qualifier ce récit à la première personne, d'autant plus qu'elle ne lui est pas étrangère. Sa silhouette costumée se devine dans ces pages, mais se devine seulement. Car, bel et bien, il s'agit d'une fiction, de libertés prises avec la justesse biographique ; d'un être considéré comme archétype d'une jeunesse consciente, de ce fait souffrante, lequel, à ce titre, se déploie au-delà de lui-même, jusqu'à nous permettre de humer l'air d'une époque.

Mon avis
De ce livre je ne dirai pas que c’est un roman mais plutôt le récit d’une jeune bourgeoise désenchantée. Cela commence lorsqu’elle est de retour en Europe ou lui semble t-il ce continent ressemble à une fête sur le point de mal tourner. Lesbienne et ne sachant vivre sans drogue, cette jeune femme fait un long périple, elle a rejoint une mission archéologique sur un front de sable qui sécrète des ruines et toujours selon ses explications, ce sont des débris émouvants de crânes, de vases, de morceaux de céramique ouvragée. Mais son long voyage ne s’arrête pas là, la voici au bord de ce qui fut la plus ancienne piste caravanière vers le sud de l’Afghanitan , les indes et la Chine, des bruits courent sur l’Europe car n’oublions pas que nous sommes à la veille de de la deuxième guerre mondiale. L’Afghanistan qu’elle traverse avec son amie Elsa semble être un pays sans femme, elle parle de l’infirmière européenne qui a consenti à prendre la vie humble des femmes cachées pour les beaux yeux d’un Afghan. Sur les flans du volcan Demanvend, les chevaux courent en liberté. La narratrice a le mal du pays, elle veut retrouver la Suisse ou elle retrouverait ses amis Ulrike et Hans, la neige à Arosa et l’ambiance de ce petit coin de montagne. Voici le manque, de drogue en drogue, elle se sent honteuse de chaque fois y retomber. Une phrase que j’ai repéré : Sa tombe est le lavoir ou le nuage du divin pardon blanchit le noir passé des hommes …..Il est vrai que de retour en Europe, cette jeune femme dit qu’elle a regagné sa prison. Ce que je n’ai pas aimé ce sont ses propos de petite fille riche droguée, assez arrogante qui ne sait ce qu’est l’envie de vivre. Personnellement j’ai trouvé ce personnage sans intérêt, je n’ai guère accroché à cette histoire, les 100 premières pages m’auraient déjà fait refermer ce livre mais je voulais savoir jusqu'ou l'auteure voulait m'emmener..
Bien que je n'ai pas aimé ce livre , je remercie tout de même Kyklos Editions et Partage Lecture pour leur gentillesse et qui sait peut-être lirais-je un autre livre de Laure Danglade


Dernière édition par lalyre le Mer 28 Mar - 8:58, édité 1 fois (Raison : Correction)
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5839
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par louloute le Mar 27 Mar - 20:00

ah ben j'y comprends plus rien j'ai lu cette critique tout à l'heure or elle viens d’être poster et je vois le sondage en double faut que j’arrête de boire mdr jolie critique Lalyre quand même mais sans plus pour moi
avatar
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 10225
Age : 48
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par lalyre le Mar 27 Mar - 22:26

louloute a écrit:ah ben j'y comprends plus rien j'ai lu cette critique tout à l'heure or elle viens d’être poster et je vois le sondage en double faut que j’arrête de boire mdr jolie critique Lalyre quand même mais sans plus pour moi

Tracasse-toi pas Louloute je suis la seule coupable, il faudrait que je demande à un responsable d'arranger cela flower
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5839
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par chocolette le Mar 27 Mar - 22:59

Merci pour ta critique Lalyre. Smile
avatar
chocolette
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3784
Age : 66
Localisation : Hainaut.Belgique.
Emploi/loisirs : lecture,promenade,cinéma,mots fléchés.
Genre littéraire préféré : Policier et un peu de tout...pas de SF!
Date d'inscription : 13/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par Cassiopée le Mar 27 Mar - 23:18

Lalyre, tu mets 3 sur 5 donc 12 sur 20... et tu n'as pas aimé?
La note n'est pas un peu trop bonne?
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8991
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par louloute le Mer 28 Mar - 7:19

ouf j'ai décuvé je vois normal mdr
avatar
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 10225
Age : 48
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par lalyre le Mer 28 Mar - 8:59

Cassiopée a écrit:Lalyre, tu mets 3 sur 5 donc 12 sur 20... et tu n'as pas aimé?
La note n'est pas un peu trop bonne?
Tu as raison Cassiopée, je l'ai carrément enlevée
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5839
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par Skritt le Mer 28 Mar - 10:44

Mon avis :

Avant de commencer cette chronique, je tiens à remercier Kyklos pour ce partenariat.
Parce que la vie est un risque est une autobiographie fictive d'une jeune femme suisse allemande dans les années 30. Cette jeune bourgeoise, dont les parents suivent le mouvement nazis, s'opposent avec ses deux amis, frère et sœur, Hans et Ulrike, au mouvement qui fera tomber l'Europe dans la guerre, en écrivant. Droguée, désabusée, elle parcourt la vie avec désinvolture, sans intérêt, et essaye de se trouver des occupations moins douloureuses, une passion moins assassine.
Les premières pages m'ont paru difficile. Le style est riche et travaillée, mais assez lourd, et trop métaphorique. Ces premières lignes sont rebutantes et vous font perdre le fil de l'histoire. Puis, enfin, ce style trop chargé se délie, pour laisser la place au personnage qui se confesse dans cette biographie personnelle. L'histoire prend son envol dans les différentes périodes importantes de cette vie de jeune femme. Elle peut paraître parfois un peu écartée de la réalité, se cachant derrière la drogue qu'elle s'inocule souvent à l'aveuglette, à la limite d'une dose mortelle. Sa sexualité est comme elle, débridée, aimant tantôt sa meilleure amie, tantôt, le frère, son meilleur ami.
Mais finalement, ce texte est assez pathétique, lire les récits d'une jeune bourgeoise désenchantée est ennuyeux. En 1939, pendant que des hommes meurent au front, ou abattus sommairement dans un camp, elle, elle se complaît dans sa petite vie de riche droguée, sans connaître ce qu'est réellement la famine... et l'envie de vivre. Un personnage arrogant, insolent, qui ne se soucie que de sa propre personne sans se rendre compte qu'à ses pieds des gens crèvent. Un personnage dénué de toute intelligence, de toute compassion, sans intérêt, qui s'enfonce dans la mort en la souhaitant, la chérissant, pendant qu'au même moment, des mères et des enfants pleurent sous les balles du IIIème Reich. Je suis conscient que ma critique peut paraître dure, peut-être même suis-je passer à côté de l'essentiel de ce roman, ou n'ai-je pas interprété ses subtilités, mais je trouve que sa vie est un outrage aux gens qui doivent se battre pour prouver alors que cette jeune femme comme tant d'autres, par leur filiation, n'ont qu'à récolter les fruits d'un arbre qu'ils n'auront pas planté. Qu'aura t-elle fait d'extraordinaire cette junkie argentée ? Rien, alors qu'au même moment, des hommes tombent et remplissent de leur nom les monuments aux morts. Alors, alors... mérite-t-elle vraiment qu'un roman lui soit consacré, d'autres ne mériteraient-ils pas plus que leur souvenir aussi devienne indélébile ? Lisez-le et parlons-en si vous le souhaitez...
Je remercie Kyklos Editions pour ce partenariat.
avatar
Skritt
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 171
Localisation : Flassans
Date d'inscription : 23/05/2011

http://skritt.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par christa noel le Jeu 29 Mar - 11:40

En lisant votre critique, je m'aperçois, que je me démarque encore une fois de vous.Est-ce parce que je suis d'origine Allemande, ayant vécue ma première jeunesse dans les années d’après-guerre? Baignée dans les récits de ma mère, dont sa jeunesse était l'époque de la montée du Nazisme?
En tout cas, pour moi, ce livre est un coup de cœur et j'ai commandé de ce fait un livre de ANNE-MARIE SCHWARZENBERG,dont la vie a servie de fil conducteur à LAURE DANGLADE.
Je trouve ce livre tout simplement brillant. Depuis longtemps je n'ai lu une écriture aussi imagée, parfaite, pour une si jeune Auteure. Elle a su me reporter à ma propre jeunesse, et mon mal de vivre - je vous assure, sans drogue, sans alcool et avec peu d'argent -.
Je me demande, si LAURE DANGLADE ne souffre Elle-même du Mal-être dans notre époque, toute aussi fluctuante sans vraiment d'espoir d'un avenir qui chante, comme beaucoup de Jeunes d'aujourd'hui.
Bien entendu il n'y a pas la montée du Nazisme et de la Tyrannie, mais en sommes-nous si certains ? Maintenant, nous sommes libres de penser et même de vivre librement, quand à l'époque, même les pensées étaient contrôlées.
Cette femme, issue d'une famille suisse alémanique riche et bourgeoise, lesbienne est un être tout à fait 'différent' du souhait de ses parents, qui l'auraient aimée conforme au 'Moule' d'une jeune Bourgeoise' destinée à un beau mariage et aussi à donner un héritier.
Elle, entourée d'êtres intelligents, sensibles, artistes - jugés décadents à cette époque, n'a trouvé que le moyen de la drogue, de la fuite en avant, comportant Abus d'alcool et vie sexuelle débridée; Elle en avait les moyens, c'est certain.
En tout cas, ce livre de LAURE DANGLADE m'a touchée très profondément et je lirais avec beaucoup de plaisir un autre livre écrit par Elle.
Encore Merci à KYKLOS et à PARTAGE LECTURE pour ce Moment émouvant, mais fascinant que j'ai passé grâce à ce livre.
On peut ne pas apprécier la vie de cette Femme, mais l'écriture est tellement brillante, que c'est un plaisir de la lire.
En lisant ce livre, j'ai pensé à tous ces écrivains Allemands expatriés ou interdits par les NAZIS comme Thomas Mann, Hermann Hesse, Erich Kästner, Erich Maria Remarque et Siegfried Lens.
Ma note est de 10/10

avatar
christa noel
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 535
Age : 77
Localisation : St. Dizier Leyrenne
Emploi/loisirs : jardin, chiens, musique et lecture
Genre littéraire préféré : romans anglais, historiques et polars
Date d'inscription : 04/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par Cassiopée le Mer 4 Avr - 12:16

Merci aux éditions Kyklos et à Partage Lecture pour ce partenariat

Mon avis:

En voyant le titre de ce livre, j’ai aussitôt pensé à cette phrase lue sur un faire-part de naissance, il y a des années. Elle disait, en substance :

« Naître, c’est vivre, c’est accepter le risque, l’imprévu, la rencontre, c’est oser … »


On devine à travers les pages, Annemarie Schwarzenbach, elle a eu une vie particulière, faite d’errance, de choix discutables, abusant de morphine, s’offrant des libertés sexuelles.
Elle était écrivain, journaliste, toujours en quête, en recherche intérieure …
Celle qui disait « Vraiment, je ne vis que lorsque j’écris… » a-t-elle inspiré Laure Danglade ou cette dernière ressent-elle un mal être proche de celui qu’évoquait Annemarie Schwarzenbach ?

Cet ouvrage est constitué d’ambigüité, tant dans le contenu que dans l’écriture :
Garçon ou fille ?
« Nous étions, fils de bonne famille, le désespoir de nos géniteurs… » (je sais que le masculin l'emporte sur le féminin)
« Dandies, nous avions vingt ans. J’ai le sentiment qu’aujourd’hui, avec dix de plus à peine, je suis comme les autres prématurément vieillie. »

Ange ou démon ?
Personne déchue ou être n’ayant plus la force de lutter car la relation à la mère l’a détruit ?
« …elle s’est rendue compte que je suis capable de vice et de fourberie dès qu’il s’agit de me procurer du poison. »

Une écriture que certains peuvent trouver décalée, que d’autres penseront lumineuse,
« Soudaine familiarité d’un horizon brisé par les sommets, qui nous bouleverse. J’appartiens à ces paysages. »
des phrases à la Rimbaud, parfois surréalistes comme hantées par des paradis qui n’en sont pas, la drogue n’étant qu’illusion, qu’éphémère plaisir et entraînant toujours plus loin dans la destruction.
Il n’y a pas de dialogues en style direct (ou si peu !)ce qui donne à l’ensemble, une approche particulière, il faut adhérer à ce type d’écrits. Aller plus loin aussi que le fait de lire l’histoire d’une jeune fille qui jouit d’une fortune qu’elle n’a pas gagné, qui joue de son statut, pour qui se droguer est un but ….

Ce livre se décline en deux parties, la première est plus longue et le style y est plus travaillé, avec des phrases longues et parfois alambiquées, la seconde est plus dans l’action, on y suit celle qui raconte dans ses tourments, sa solitude, sa lutte vers un mieux être qui arrivera ou pas …
« ….la pensée naît d’elle-même, se nourrit d’elle-même, et des mots d’une langue maternelle ! »

Je conçois que ce livre puisse déranger, choquer par son contenu mais j’ai été fascinée par l’écriture …. qui est pour moi magnifique, fascinante, envoutante.

Notes : le passé simple à « s’agita » page 9 me semble inapproprié
Quelques temps pages 26 et 112, pas de s à quelque, c’est une expression invariable
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8991
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par christa noel le Mer 4 Avr - 16:46

Cassiopée, je suis ravie, que ce livre et surtout l'écriture te plait aussi. En tant donnée que le français n'est pas ma langue maternelle, je n'ai pas relevée les fautes, car de cela j'en suis incapable, mais l'écriture de cette jeune Auteure est a mon avis plus que prometteuse.
Dés la fin du livre en lecture commune ' Le secret' dont je suis aux dernières pages, je vais lire Anne-Mazrie SCHWARZENBACH : LA VALLÉE HEUREUSE, car je suis curieuse de découvrir cette femme qui a si fortement inspirée LAURE DANGLADE.
avatar
christa noel
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 535
Age : 77
Localisation : St. Dizier Leyrenne
Emploi/loisirs : jardin, chiens, musique et lecture
Genre littéraire préféré : romans anglais, historiques et polars
Date d'inscription : 04/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par takac le Ven 6 Avr - 18:57

Encore une belle découverte grâce à kyklos et partage lecture. Un grand merci.

Je parlerais en premier lieu de l’écriture si particulière. Je comprends tout à fait que l’on peut adorer ou détester. Moi, j’ai adoré surtout la première partie. J’ai trouvé un style poétique, soutenu, kinésique. Une œuvre originale mais qui m’a permis de me sentir proche de notre héroïne. J’ai eu l’impression de lire une sorte de journal intime d’une très grande qualité. J’ai préféré la première partie qui est plus dans l’émotion et le ressenti. Le début de la seconde partie m’a un peu moins parlé, plus dans l’action. Cependant, je pense que c’est une volonté de l’auteur pour nous faire ressentir le malaise du personnage. La fin de la seconde partie est de nouveau plus dans l’émotion et les réflexions.
Le style est cependant tellement travaillé, qu’il nécessite une lecture lente et très attentive et donc fatigante.

Le personnage est attachant et l’auteur évite le cliché de la fille bourgeoise. J’ai ressenti son mal être, j’ai partagé ses questionnements. La jeune femme est partagée entre envie d’agir, incompréhension du monde dans lequel elle vit, souffrance. Elle est différente et malgré son intelligence, elle ne trouve pas sa place dans ce monde. J’ai souvent ressenti cette impression auprès de jeunes concernés par la drogue. Cette espèce de révolte intellectuelle qui ne passe jamais à l’action et qui se complait dans l’ivresse et la drogue. Elle est encore présente aujourd’hui et très actuelle.
Et pourtant, elle le dit, la vie est un risque qui mérite qu’on le prenne. Elle prend des risques pour sa propre vie mais ne s’engage pas pour les autres. Elle goute à l’adrénaline de l’action mais pas au risque de vivre tout simplement, de prendre sa vie en main.
Elle est toujours dans le contre courant de la volonté de sa famille mais sans jamais cesser d’y penser, de s’y référer. Un moyen d’attirer leur attention ou une véritable volonté de se démarquer ?

Une œuvre donc très décalée, très originale et qui semble très personnelle. Un grand coup de chapeau pour l’auteur.

avatar
takac
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Nombre de messages : 1230
Age : 32
Emploi/loisirs : les chiens, la nature, lecture, musique
Genre littéraire préféré : romans nouveaux, historiques, autobiographies,
Date d'inscription : 20/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par AnaïsP le Ven 20 Avr - 22:41

Merci à Partage Lecture et aux éditions Kyklos pour ce partenariat, et me permettre d'exprimer mon avis, aussi subjectif soit-il.

Mon avis:
On peut dire que je fais partie des déçus, en tout cas peut-on le dire de la sorte quand lire est une lutte, ayant lu en diagonale à partir de la page 128, n'en pouvant plus...
Je ne reviendrai pas sur le résumé qui a été clairement décrit par mes camarades. Ce qui m'a déplu et pesé est essentiellement le style, qui pour moi est une volonté d'intellectualiser le propos en faisant des phrases sans queue ni tête, avec des mots alambiqués, qui font que l'on se perd sur le sens et sur l'idée même. J'écrivais comme cela à mes 16 ans, voulant me donner un genre, démontrer ma culture, j'ai eu vraiment l'impression de relire cette naïveté! J'ai apprécié que cela s'allège vers le dernier tiers du livre. ("De haut, parce que je suis au plus bas, (...)", "La psyché me renvoie l'image d'un être piégé entre deux âges cultivant le bon goût afin de travestir sa vulnérabilité foncière")
Impossible de savoir de quoi parlait le livre, je ne comprenais rien du sujet qui pour moi était les tribulations d'une jeune femme, qui est sensée se battre comme le signale la quatrième de couverture. Or là, rien de fulgurant, seulement l'introspection pure de la dite jeune femme, sans intérêt(s), qui survole les évènements pourtant puissants de l'époque. C'est un reproche que je fais à ce roman, non pas la forme -l'autobiographie fictionnelle- mais sa réalisation: des métaphores, des impressions... rien de concret. Les choses se suivent et se ressemblent, on traverse le désert, passe de pays en pays... et toujours rien à se mettre sous la dent.
Je pense que ce qu'il m'a manqué c'est d'être happée par un destin, d'être touchée par une déchirure, de lire avec envie en somme. C'était une lecture éreintante, à renouveler je ne sais pas, peut-être lorsque moi-même je ressentirai le besoin d'évoquer le fond -le fond des choses?-.
"Il m'arrive de penser que l'amour et la morphine produisent deux types d'intoxications fort voisines, au bout du compte aussi ruineuse l'une que l'autre. Sinon pourquoi fuir ceux que l'on aime, dont on sait ne pouvoir se passer?"


Ma note: 2/10
avatar
AnaïsP
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1547
Age : 30
Localisation : Haute-Garonne
Emploi/loisirs : Mandataire judiciaire
Genre littéraire préféré : Littérature, Bandes dessinées indé
Date d'inscription : 19/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par audreyzaz le Lun 23 Avr - 18:43

Mon avis :

Vu le temps plus qu'exécrable en ce moment, j'ai eu largement le temps de lire ce bouquin en une soirée et une journée.

Je suis ravie de l'avoir fini, car franchement quel ennui ! On m'en avait dit que des éloges, encore une fois je suis très déçue. Moi qui achète rarement, je suis d'autant plus amère, j'ai l'impression d'avoir tout simplement jeté mon argent par la fenêtre.

À certains moments, je ne comprenais rien à ce que je lisais, obligée de m'y reprendre à plusieurs fois. Je ne m'attendais pas du tout à ce récit, ni à ce style. Je m'attendais vraiment à quelque chose de plus vivant, enfin je ne sais pas, mais pas cela. Encore une fois une quatrième de couverture prometteuse, mais le contenu ne m'a pas convaincue.
avatar
audreyzaz
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3337
Age : 31
Localisation : Région parisienne (92)
Emploi/loisirs : En recherche d'emploi
Genre littéraire préféré : Un peu de tout
Date d'inscription : 03/06/2008

http://le-monde-de-la-lecture.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par virgule le Lun 23 Avr - 20:17

audreyzaz a écrit:Encore une fois une quatrième de couverture prometteuse, mais le contenu ne m'a pas convaincue.

Ca confirme ce que je pense : il vaut souvent mieux se fier aux avis du forum plutôt qu'aux textes aguicheurs que les éditeurs mettent au dos des livres. Wink

Je comprends que tu sois déçue d'avoir acheté ce livre si la lecture a été si difficile.
C'est l'avantage d'emprunter à la bibliothèque : il n'y a pas l'aspect financier, donc pas de regret à avoir.

J'espère que ta prochaine lecture sera une réussite, car tu sembles aller de déception en déception, ces jours-ci.
avatar
virgule
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2458
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 22/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par audreyzaz le Lun 23 Avr - 20:56

Oui 9 fois sur 10 j'emprunte à la médiathèque, là j'avais acheté ça quand j'étais au salon du livre, bah je regrette mon acquisition (d'ailleurs si quelqu'un le veut, je m'en sépare sans problème) surtout que tout le monde autour de moi m'a dit : "Tu verras, c'est super" donc je suis très déçue.
avatar
audreyzaz
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3337
Age : 31
Localisation : Région parisienne (92)
Emploi/loisirs : En recherche d'emploi
Genre littéraire préféré : Un peu de tout
Date d'inscription : 03/06/2008

http://le-monde-de-la-lecture.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par virgule le Lun 23 Avr - 21:00

Je comprends.
C'est d'autant plus décevant que le salon du livre est un évènement exceptionnel dont on espère, j'imagine, rapporter de bons souvenirs.
avatar
virgule
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2458
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 22/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par audreyzaz le Lun 23 Avr - 21:05

Et surtout que les éditions Kyklos ce n'est pas spécialement donné je trouve donc... et puis vraiment je m'attendais à un autre style, mais certainement que d'autres personnes aimeront. Et puis j'ai aussi l'habitude d'être toujours tombée sur des livres que j'ai adoré chez cette maison d'éditions donc j'ai été un petit peu surprise.
avatar
audreyzaz
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3337
Age : 31
Localisation : Région parisienne (92)
Emploi/loisirs : En recherche d'emploi
Genre littéraire préféré : Un peu de tout
Date d'inscription : 03/06/2008

http://le-monde-de-la-lecture.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par safran le Jeu 26 Avr - 5:28

Tout d'abord : merci au Forum Partage-lecture ainsi qu'aux Editions Kyklos pour ce partenariat.

En fait, ce partenariat m'a permis d'aborder ce livre car jamais je n'aurai eu l'idée de m'acheter voire d'emprunter ce genre de littérature.

Je fais partie des lecteurs à l'avis mitigé sur cet ouvrage, l'ayant abordé avec beaucoup de difficultés au départ, ne sachant pas, au fil des mots, où l'auteure voulait m'emmener, marmonnant dans mon coin, le posant pour le reprendre car il n'est pas possible pour moi de ne pas terminer un livre commencé.

La première partie m'a parue très rébarbative, l'écriture décousue, les personnages flous à part celui de la mère, Gudrun, bien détaillé, tellement détestée. Il m'a semblé parcourir ce livre dans un brouillard, tâtonnant sans arrêt pour ne pas me perdre, suivant l'auteure dans les méandres de la vie de cette journaliste blasée, nantie dans la vie, mais ayant une volonté auto-destructrice farouche.
J'ai plus apprécié l'épisode des voyages, de ses occupations archéologiques (enfin elle fait quelque chose!), et de ses rencontres, notamment avec Elsa avec qui elle voyagera et cette jeune métisse dont elle tombera amoureuse mais qui mourra seule, abandonnée, alors qu'elle fuira cette triste réalité...
Puis j'ai beaucoup aimé la fin, à partir du moment où elle se pose dans une maison, à Damas, face à elle-même, isolée et seule, outre la compagnie d'un chien qu'elle n'a pas désiré mais qui s'attachera tout de même à elle, pour la protéger d'elle, de ses tourments, de sa vacuité de vivre. Et j'ai ressenti ce mal de vivre, cette difficulté à ressentir le désir de vivre quand on a un tel mal être au fond de soi et j'ai enfin eu de la compassion pour elle.
J'ai relevé ces phrases qui m'ont touchées et qui sont parfois latentes en chacun de nous...

Est-ce que j'existe dans ce silence? Mes gestes et mes ambitions du jour, ont-ils un sens, une portée?.....
Cette paix qui m'environne, en ai-je ma part?

Il sait bien, lui (
en parlant du chien) - il le flaire - que je pourrai quitter la route, que j'aspire à la chute, rêvant inconsidérément aux ailes d'un ange.

Ai-je mal ? Mais j'ai toujours eu mal, pourquoi celui-ci serait-il plus remarquable que les autres ?
avatar
safran
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 437
Age : 57
Localisation : Centre
Genre littéraire préféré : romans, policiers, fantasy, psychologie
Date d'inscription : 19/04/2010

http://safran-lit.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par christa noel le Jeu 26 Avr - 10:37

Belle critique SAFRAN. Merci.Il faudrait que tu puisses lire le livre de
ANNEMARIE Schwarzenberg - "La Vallée heureuse" , car c'est Elle, qui a incité Laure Danglade d'écrire son livre. Mais je ne sais pas, si ce livre existe en français.
avatar
christa noel
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 535
Age : 77
Localisation : St. Dizier Leyrenne
Emploi/loisirs : jardin, chiens, musique et lecture
Genre littéraire préféré : romans anglais, historiques et polars
Date d'inscription : 04/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par safran le Jeu 26 Avr - 14:10

Merci Christa Noël! ok, j'en prends note et me renseignerai pour savoir si la version française existe.
avatar
safran
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 437
Age : 57
Localisation : Centre
Genre littéraire préféré : romans, policiers, fantasy, psychologie
Date d'inscription : 19/04/2010

http://safran-lit.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Danglade, Laure] Parce que la vie est un risque

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum