Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Zweig, Stefan] Marie Stuart

Aller en bas

Votre avis sur "Marie Stuart"

[Zweig, Stefan] Marie Stuart Vote_lcap0%[Zweig, Stefan] Marie Stuart Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Zweig, Stefan] Marie Stuart Vote_lcap0%[Zweig, Stefan] Marie Stuart Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Zweig, Stefan] Marie Stuart Vote_lcap100%[Zweig, Stefan] Marie Stuart Vote_rcap 100% 
[ 2 ]
[Zweig, Stefan] Marie Stuart Vote_lcap0%[Zweig, Stefan] Marie Stuart Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Zweig, Stefan] Marie Stuart Vote_lcap0%[Zweig, Stefan] Marie Stuart Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Zweig, Stefan] Marie Stuart Vote_lcap0%[Zweig, Stefan] Marie Stuart Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Zweig, Stefan] Marie Stuart Empty [Zweig, Stefan] Marie Stuart

Message par Saphyr le Ven 30 Mar 2012 - 23:50

[Zweig, Stefan] Marie Stuart 97822411

Genre : Biographie
Editions : Grasset - Collection Les cahiers rouges
ISBN : 2-246-16826-3
416 pages

Quatrième de couverture :

Reine d’Ecosse six jours après sa naissance en 1542, mariée à Francois II et reine de France à dix-sept ans, veuve un an après, remariée à Lord Darnley, amante du comte de Bothwell qui tuera Darnley, réfugiée auprès d’Elisabeth Ire qui la gardera captive pendant vingt ans, décapitée en 1587 pour s’être laissé prendre au piège d’une conspiration : Marie Stuart est l’une des figures les plus romanesques, les plus tragiques de l’histoire.
A destin exceptionnel, biographe prodigieux. Seul Stefan Zweig, mêlant la rigueur scientifique à l’intuition romanesque, pouvait ainsi caresser les secrets d’une femme et comprendre que «ce n’est que sous l’effet de sa passion démesurée qu’elle s’élève au-dessus d’elle-même, détruisant sa vie tout en l’immortalisant».
Mon avis :

Je dois bien l’avouer, cette lecture a été pour moi plutôt pénible, malgré toutes ses qualités.

Le style de Stefan Zweig est bien évidemment irréprochable : phrases savamment construites, suprêmement travaillées mais sans lourdeur ni fioritures inutiles, récit habilement structuré pour ne pas lasser le lecteur.
Le travail d’historien est lui-aussi admirable, d’autant plus que chaque hypothèse est méticuleusement justifiée. Stefan Zweig ne se permet pas de citer simplement ses références pour mieux nous asséner son interprétation des preuves. Il nous expose ses partis pris (par exemple ne tenir compte d’aucun témoignage obtenu par la contrainte ou la torture), les sources à sa disposition, et les raisons qui l’ont convaincu de les utiliser ou de les écarter. Parfois, il admet humblement n’avoir aucune certitude, se fier à son analyse psychologique des protagonistes, mais il a alors  l’honnêteté de présenter également les versions contradictoires.

Le sujet en lui-même est passionnant. Si Elisabeth Ire a été le sujet de nombreuses biographies, Marie Stuart a plutôt inspiré les poètes et les romanciers, séduits par sa destinée follement tragique. Très honnêtement, avant de lire ce livre, je ne savais pas grand-chose (rien ?) de ce personnage pourtant important dans l’histoire de l’Europe moderne, si ce n’est qu’elle était Ecossaise (et/ou Française ?) et qu’elle avait été battue par Elisabeth dans la course au trône d’Angleterre. Thème intéressant, donc.

Mais alors, me direz-vous, quid de la pénibilité dénoncée dès la première ligne de cette critique ?

Eh bien je dois dire que le paternalisme de Stefan Zweig (ou ce que je perçois comme tel) m’a agacée. A une époque où les femmes étaient considérées comme de perpétuelles mineurs, des êtres dont la versatilité - l’hystérie, l’inconstance, bref ! j’en passe - justifiaient une tutelle attentive de l’Homme (oui, la majuscule est voulue), Stefan Zweig s’est laissé allé à excuser, à minimiser, à interpréter, des actes à la lumière de la féminité de ses protagonistes, Marie et Elisabeth.
Elisabeth atermoie parce que c’est une «hystérique», une «insatisfaite», là où on jugerait probablement qu’un homme est prudent, rusé, ou même tout simplement fourbe. Marie Stuart est «la victime» de Bothwell, son «esclave», elle «obéit à sa volonté», subjuguée par sa personnalité forte et par les extases qu’il lui procure. D’autres faits la peignent plutôt en séductrice invétérée, femme indépendante et sans scrupule qui use des armes que la nature lui a données, les seules à sa disposition dans une société résolument phallocrate. Pourtant, l’auteur choisit de lui ôter la responsabilité d’actes trop virils car trop brutaux - l’assassinat de son époux légitime - indignes du doux caractère féminin.

Voilà pour le négatif. Maigre, dans l’absolu. Mais suffisamment pour avoir sensiblement entamé mon plaisir de lecture.

Une bonne œuvre, néanmoins. A découvrir.
Ma note : 6,5/10
Saphyr
Saphyr
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3910
Age : 40
Localisation : Amiens
Emploi/loisirs : Ingénieur
Genre littéraire préféré : Beaucoup de SF, pas mal de Fantastique et de Policiers... et un peu de tout le reste !
Date d'inscription : 06/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Zweig, Stefan] Marie Stuart Empty Re: [Zweig, Stefan] Marie Stuart

Message par FrançoisG le Mar 3 Avr 2012 - 0:17

merci pour ta critique très intéressante Wink
FrançoisG
FrançoisG
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Nombre de messages : 1418
Localisation : Dans ma maison au calme
Emploi/loisirs : Lecteur assidu
Genre littéraire préféré : Tous les genres
Date d'inscription : 23/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum