Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
67% 67% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
33% 33% 
[ 1 ]
 
Total des votes : 3

[Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par jostein le Sam 26 Fév 2011 - 18:28





Titre: La vie très privée de Mr Sim
Auteur: Jonathan Coe
Editeur: Gallimard
Nombre de pages : 464
Date de parution : 20 janvier 2011



Résumé : Max Sim, le protagoniste principal, est un antihéros
par excellence, voué à l’échec dès sa naissance (qui ne fut pas désirée),
poursuivi par l’échec à l’âge adulte (sa femme le quitte, sa fille ne le
regarde guère, sinon pour rire sous cape), s’acceptant d’ailleurs en tant
qu’échec et y trouvant même une certaine paix : l’absence de lutte, enfin. «
Savoir s’accepter » devient l’un de ses mots d’ordre… À force de solitude, il
finit par converser avec son GPS au long de ses pérégrinations de
commis-voyageur représentant en brosses à dents dernier cri. Il tombe amoureux
de cette voix désincarnée, lui imaginant même une personnalité, et les
dialogues engagés avec elle partagent le lecteur entre le rire et la
compassion. Le drame essentiel réside pourtant dans la relation avec son père,
dont il découvre en lisant son journal qu’il était homosexuel et l’a conçu,
lui, Max, par accident pourrait-on dire. Mais il va tout de même essayer de se
réconcilier avec ce père et même, de lui faire retrouver son ami de cœur, l’extraordinaire
Roger S. Un échec là encore, mais l’échec est l’un des ressorts du comique…
Jonathan Coe renoue ici avec la veine comique tout en gardant la même
complexité, la même précision, la même habileté que dans ses livres précédents.
Tout à la fois drôle, bien construit et situé à la pointe du contemporain, le
roman procède par mélange de genres, suite d’échos, de souvenirs récurrents, de
parallèles, de rappels, pour tenter de cerner la grand interrogation : jusqu’à
quel point la vie peut être considérée comme une fiction ?



Mon avis:
"On va, on vient dans le grouillement du quotidien, on passe à deux doigts les uns des autres, mais le
vrai contact est très rare
."

C'est un peu l'état des relations humaines dans notre société actuelle et c'est
surtout le vécu de Maxwell Sim qui est passé à côté des relations avec son
père, sa femme, sa fille ou son ami Chris. Aujourd'hui, il est dépressif suite
à son divorce et les ennuis s'enchaînent.

Sillonner l'Angleterre à bord d'une Prius pour aller vanter les mérites d'une nouvelle
brosse à dent écologique, va lui permettre de faire un voyage initiatique et de
comprendre ses erreurs passées.

Ainsi, comme Donald Crowhurst, un marin solitaire qui fait un faux voyage, Max va
errer dans ses souvenirs.

Le livre s'articule, comme "Les quatre quatuors" du poète T.S. Eliot, autour de quatre récits
sur les éléments (eau-terre-feu-air), quatre récits des proches de Max (l'oncle
d'une jeune femme rencontrée dans un aéroport, sa femme, la soeur de son ami
d'enfance et son père).

Ainsi le scénario avance de manière intelligente et nouvelle, et l'introspection de
Max progresse au même rythme. Je me suis attachée à ce personnage complètement
perdu mais capable de percevoir une relation unique entre une mère et sa fille,
une complicité qu'il n'a jamais connu avec personne.

Le récit est remarquablement construit avec des rebondissements et des
enchaînements logiques et une fin particulièrement originale.

L'auteur nous expose à la fois des situations drôles et extravagantes, des relations
humaines atypiques et intéressantes et porte un regard actuel sur la société (
réseau social, consumérisme, société de services, marchés financiers...).

C'est un roman original, actuel et humain.
avatar
jostein
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 544
Age : 57
Localisation : Région centre
Emploi/loisirs : Lecture, jardinage
Genre littéraire préféré : auteurs contemporains
Date d'inscription : 21/02/2010

http://www.surlaroutedejostein.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par Invité le Sam 26 Fév 2011 - 19:02

Un auteur que j'aimerais découvrir. Merci pour cette critique Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par shamash le Mer 2 Mar 2011 - 9:20

Depuis Testament à l’anglaise et Le cercle fermé, la sortie d’un nouveau roman de Jonathan Coe est toujours un événement que je ne rate jamais. Encore une fois, je ne suis pas déçu : ambitieux, stimulant, subtil, parfois déjanté, voila les qualificatifs que m’inspirent la lecture de ce livre. Incontestablement un grand roman, d’un grand auteur.

Maxwell Sim est un être terne et sans éclat, ayant une conscience précise de sa fadeur. L’épitaphe gravée sur sa tombe devrait être, selon lui : « Ci-git Maxwel Sim, un type archi-banal ». Il est en effet d’une terrifiante banalité. Un dépressif quitté par sa femme, méprisé par sa fille, qui ne s’intéresse à rien d’autre qu’à son travail de VRP en brosse à dents de luxe et va établir, au cours de son périple vers l’Ecosse, une relation privilégiée avec son GPS, qu’il baptisera Emma. Pourtant, nous devinons, au fil des pages, qu’il n’est pas que cela.

L’ambition et le projet de Jonathan Coe percent rapidement : si l’auteur a créé cet « homme » si terne et si fade au début du roman, c’est d’abord pour le faire évoluer sous nos yeux, ensuite pour livrer en pâture à ses lecteurs des questions et des réflexions sur le roman, ses personnages et l’écriture. Que nous dit-il ? En substance, ceci : je vais vous montrer comment se construit un personnage de roman, ce qu’il est réellement, comment il s’enrichit progressivement, ce que j’ai voulu en faire sans totalement le vouloir, sans en être complètement conscient au moment où je l’écrivais. Je vais vous placer au cœur du processus de la création romanesque. Ce faisant, vous comprendrez quel rôle vous jouez, vous, lecteur, dans cette création. Car le lecteur n’est pas neutre : moi, auteur, je tiens compte de lui pour dessiner mes personnages et leur histoire.

Pour arriver à ses fins, il place Max dans des situations qu’il pourrait avoir lui-même vécues tout en lui insufflant un passé qui n’est pas le sien, des passions qui lui sont étrangères, des désirs qui lui sont inconnus. Dès le début, Max apparaît pour ce qu’il est : un personnage de papier, factice, vide, auquel par son talent l’auteur donne un souffle de vie et qui va nous accrocher, peu à peu, au fil des pages, tout comme Mr Sim est accroché par sa vie… quand elle est racontée par d’autres.

Car c’est la force de ce roman et de son personnage fantôme : Max est le lecteur de sa propre vie, écrite par son entourage proche. Il est donc placé dans la même situation que nous puisque nous sommes aussi lecteurs du roman qui nous expose sa « vie très privée ».

Max, qui reste toujours attaché à son ex-femme Caroline, entre en rapport avec elle sur un forum Internet en utilisant un pseudo féminin, Liz Hammond. Et Caroline, qui pendant quatorze ans n’a jamais pu vraiment communiquer avec son mari, développe alors avec Liz une relation épistolaire chargée d’émotion et d’amitié, ce qui le bouleverse : « (…) vous n’en reviendriez pas de la chaleur, de l’amitiés, de l'affection, oui, qu’elle mettait dans ces mots adressés à une étrangère, une parfaite inconnue qui n’existait même pas, bon Dieu de bon Dieu ! ».

Leur relation se développe tant que Caroline envoie à Liz/Max une nouvelle qu’elle vient d’écrire, dans laquelle elle met en scène un événement de sa vie de couple où Max tient un rôle central. Ainsi, Max devient, à travers la lecture de cette nouvelle, le lecteur de sa propre vie, décortiquée par Caroline qui joue alors le rôle de l’écrivain (elle ambitionne de le devenir). Et nous, lecteurs du roman de Jonathan Coe, devenons des lecteurs de la vie de Max écrite par un des personnages de Coe.

Au cours de son périple, notre personnage va être amené à lire un nouveau récit d’un épisode de sa vie , lorsqu’il rencontre Alison, la sœur de son ami d’enfance Chris. Les révélations apportées par ce récit, qui concernent aussi bien son père que lui-même, vont à nouveau le bouleverser, le transformer.

Un autre des multiples thèmes du roman porte sur la recherche de l’identité réelle d’un père avec qui Max n’a jamais pu communiquer et qu’il ne comprend pas. Et Jonathan Coe, qui s’amuse à créer un suspense à travers cette double recherche d’identité, nous montre combien il est difficile d’interpréter des faits pour les rendre signifiants. Car là encore, dans le récit d’Alison, Max ne saisira pas l’essentiel. Il lui faudra poursuivre sa quête pour y parvenir. En attendant, écrasé par les révélations sur son passé, Max se surprend lui aussi, comme les autres, à inventer, à imaginer ce qu’aurait pu devenir sa vie si l’auteur l’avait voulu, et il nous raconte des scènes imaginaires qui auraient pu se dérouler entre Alison et lui. A cet instant du roman, le personnage de Max commence à sortir de sa médiocrité initiale : « Non, rien n’est vrai, mais vous savez quoi ? Je crois que je commence enfin à me débrouiller, comme écrivain (…) Et je dois avouer que j’y ai pris vraiment du plaisir. Je n’aurais jamais imaginé qu’inventer soit aussi gratifiant. »

Peu à peu, Max se rapprochera de son père et finira par le connaître mieux, en même temps qu’il découvrira les raisons profondes de son mal-être. Il poursuit d’ailleurs sa quête de sa propre identité à travers les carnets de son père, poète et admirateur de T.S. Eliot, que celui-ci lui a demandé de ramener en Australie. Lorsqu’il trouve ces carnets, leur lecture est une nouvelle révélation. La perception qu’il a de la réalité de son enfance, de ses relations avec son père et avec les femmes se trouve modifiée par sa lecture. Dans le même temps, notre perception de lecteur happé par l’histoire de Max s’en trouve aussi bouleversée.

Dans le courant de l’histoire, Mr Sim va nous révéler sa conception de la création artistique, directement induite de ce qu’il vient d’apprendre :

« Si nous vivions tous dans un parfait bonheur, sans conflits, sans tensions, sans névroses, sans angoisses, sans problèmes irrésolus, sans injustices monstrueuses tant sur le plan personnel que politique, sans rien de toutes ces saletés, alors les gens qui courent chercher des consolations dans des histoires n’auraient plus besoin de le faire, n’est-ce pas ? Ils n’auraient plus du tout besoin d’art. C’est pourquoi je n’en ai pas besoin, moi, et vous non plus, désormais ».

Est-ce la conception de Jonathan Coe lui-même qui est ainsi dévoilée ? Bien sûr, nous n’en saurons rien. Mais Coe joue avec le lecteur avec son humour habituel : si vous avez commencé ce roman, nous dit-il en substance, c’est que vous étiez névrosés et malheureux. Max découvre et comprend en même temps que le lecteur les ressorts de sa sexualité et les raisons profondes de son mal-être : il est guéri peu de temps avant sa disparition, désormais il n’aura plus besoin de lire des histoires.

Paul Auster avait lui aussi exploré les rapports ambigus entre le romancier et ses créatures/personnages, dans « Seul dans le noir », « Invisible » ou « le livre des illusions ». Jonathan Coe ne se contente pas de ce seul élément pour faire exploser son roman au visage du lecteur, il va plus loin en développant le triptyque auteur/lecteur/personnage. Il le fait d’une façon plus décontractée qu’Auster, avec son humour discret, si corrosif, en nous donnant le sentiment qu’un personnage de roman n’est qu’une création littéraire et un jeu de l’esprit que ni le romancier, ni son lecteur, ne doivent prendre trop au sérieux.

Le roman avait commencé par la vision, dans un restaurant de Sydney, d’une jeune femme asiatique et de sa fille qui jouaient aux cartes au restaurant. La complicité entre la mère et la fille, leurs liens étaient si évidemment forts que le solitaire Max, qui n’avait jamais pu communiquer ni avec sa fille ni avec son père en avait été bouleversé. Il avait conservé ces images là dans sa mémoire et son rêve était de les retrouver un jour. Magie du roman, l’auteur exauce son rêve et Mr Sim peut enfin discuter avec la jeune femme, quelques pages avant la fin. Quelques phrases lui suffisent pour deviner qu’elle a perçu le point essentiel de sa personnalité, celui qu’il cachait à lui-même : ce n’est pas avec elle qu’il pourra être heureux, mais plutôt avec Clive, l’homme qu’il a rencontré au cours de son périple.

Lorsque le livre s’achève, nous avons fait le tour de la vie de Mr Sim, nous savons comment Coe a créé son personnage. Comment finir l’histoire ? par une note d’espoir ? Une fin heureuse ? désespérée ? Ouverte ? Chacun de ces choix serait mal venu : Coe veut nous montrer que le personnage n’est qu’un accessoire, un moyen d’atteindre son but qui est de parler de notre époque, de la création littéraire, des rapports entre les êtres.
Spoiler:
L’histoire terminée, le héros peut alors disparaitre d’un claquement de doigt. C’est ce que fait l’auteur dans une scène finale que certains commentateurs jugent étonnante, mais qui est, somme toute, d’une logique imparable.


Dernière édition par shamash le Lun 5 Sep 2011 - 16:41, édité 1 fois
avatar
shamash
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 106
Age : 15
Localisation : Cévennes
Emploi/loisirs : jeu d'échecs, écriture, astronomie, chasser les souris, grimper aux arbres
Genre littéraire préféré : romans, avec un goût particulier pour les polars
Date d'inscription : 23/05/2010

http://www.un-polar.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par kély le Mer 2 Mar 2011 - 11:36

Merci à Jostein et à Shamash pour ces remarquables ressentis. Vous donnez vraiment envie de découvrir ce livre! Very Happy
avatar
kély
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2462
Localisation : marseille
Genre littéraire préféré : Tous à priori. Je lis autant que mon emploi du temps me le permet. Je lis aussi beaucoup d'articles de presse magazine sur les sujets d'actualités (économie, société, religion, politique..). Très heureuse donc de faire partie de cette communauté de lecture, et espère pouvoir apporter ma contribution à chacune et chacun. Cordialement à tous.
Date d'inscription : 03/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par Céline72 le Mer 2 Mar 2011 - 12:08

Tout cela me donne envie de découvrir ce livre.
Merci jostein et shamash Very Happy
avatar
Céline72
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1911
Age : 31
Localisation : Le Mans
Emploi/loisirs : Emploi : Chargée d'assistance / Loisirs : lecture, musiques, photos (la nature particulièrement), films
Genre littéraire préféré : Je lis un peu de tout....
Date d'inscription : 03/03/2010

http://univers-des-livres.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par Invité le Ven 4 Mar 2011 - 21:51

Oh oui, ce roman est excellent! Je n'avais lu de Coe que La pluie, avant qu'elle tombe - j'avais aimé, sans coup de coeur. Cette fois j'ai adoré: quelle maîtrise de style, quelle profondeur psychologique. Et le récit de Donald Crowhurst se déguste! Je me réjouis de lire Bienvenue au club, que je me réserve pour...très bientôt, sans doute! Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par LOUBHI 49 le Ven 4 Mar 2011 - 22:06

Merci pour vos commentaires, belles analyse et donc un futur achat ou emprunt...
avatar
LOUBHI 49
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 2222
Age : 51
Localisation : Angers
Emploi/loisirs : Commercial Régional
Genre littéraire préféré : Historique / Roman Français/Littérature Classique
Date d'inscription : 09/01/2010

http://www.passiondelecteur.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par Invité le Lun 7 Mar 2011 - 16:56

shamash a écrit:Lorsque le livre s’achève, nous  avons fait le tour de  la vie de Mr Sim, nous savons comment Coe a créé son personnage. Comment  finir l’histoire ? par une note d’espoir ? Une fin heureuse ? désespérée ? Ouverte ? Chacun de ces choix serait mal venu : Coe veut nous montrer que le personnage n’est qu’un accessoire, un moyen d’atteindre son but  qui est de  parler de notre époque,  de la création littéraire, des rapports entre les êtres.
Spoiler:
L’histoire terminée, le héros peut alors disparaitre d’un claquement de doigt. C’est ce que fait l’auteur dans une scène finale que certains commentateurs jugent étonnante, mais qui est, somme toute, d’une logique imparable.

merci d'éclairer ainsi la fin du livre.
je trouvais la fin décevante et un peu inutile. ton interprétation -que je n'avais pas faite- me semble intéressante.


Dernière édition par Nisa le Mer 13 Jan 2016 - 23:14, édité 1 fois (Raison : rajout des balises spoiler à l'identique du message cité)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par adtraviata le Lun 5 Sep 2011 - 16:34

Ca y est, je le tiens, mon coup de coeur absolu du mois d'août ! Ah quel bonheur de retrouver Jonathan Coe, son art de dresser un portrait, de nous entraîner dans une aventure improbable, de nous faire rire... et de s'en tirer avec une de ces pirouettes... à laquelle je ne m'attendais, mais alors pas du tout !

Dans ce billet, j'espère que vous lirez entre les lignes l'enthousiasme, la joie de retrouver celui que j'ai découvert dans Testament à l'anglaise, qui m'a fait mourir de rire dans La maison du sommeil, et qui m'a emportée dans l'Angleterre tatchérienne grâce à Bienvenue au club. (J'ai lu aussi Une touche d'amour et Les nains de la mort, son premier roman.) Il me reste dans la PAL La pluie, avant qu'elle tombe. Et je me rends compte que je n'ai hélas pas beaucoup de souvenirs des histoires racontées. Si ma PAL n'était aussi gigantesque (ou grotesque, ça dépend du point de vue), je me mettrais à relire tous ces bouquins, comme ceux d'un ami fidèle que je retrouve avec plaisir ! (Ok, ok, ce billet est aussi une déclaration d'amour à Jonathan Coe.) (Pour une fois que c'est pas un autre Anglais célèbre, plaignez-vous !)

J'étais donc, ces jours-ci, en train de suivre avec intérêt, ardeur, impatience, les aventures de Max. J'ai été à la fois amusée et horrifiée par ses échecs à répétition, et je me demandais où cela allait arriver. Une fois de plus, Jonathan Coe a su user de genres différents pour construire un puzzle où lettres, journal intime, devoir de psycho et nouvelle d'écrivain en herbe se conjuguent au monologue intérieur de Max pour extirper la racine de son mal-être. Cela semble se résoudre de façon magistrale... quand la finale vous tombe dessus sans crier gare !

Et donc, ce qui était jusque là un roman bien construit, habilement mené, qui, mine de rien, nous faisait réfléchir un peu à la solitude, à la notion d'amitié aujourd'hui, au vrai et au faux, au trucage, devient un livre sur la création littéraire, les sources d'inspiration, le rapport aux personnages... J'ai été bluffée, menée en bateau sur toute la ligne et j'ai aimé ça !!

Petite anecdote de lecture personnelle : tout le monde (ou presque) connaît ou a entendu parler de la célèbre page 113 de Sukkwan Island (David Vann). Eh bien, la page 113 de La vie très privée de Mr Sim a eu beaucoup d'effet sur moi aussi. Ceux qui ont déjà lu le livre se souviendront que c'est le moment où Max, de retour d'Australie, épluche désespérément son courrier, sa page Facebook pour se rendre compte que plus personne ne pense à lui. Mais ô joie,Outlook lui révèle la présence de 137 messages... vous vous souvenez ? Ca m'a fait pleurer de rire, les pages 114 à 117 !

Quant à vous qui avez la chance de devoir encore découvrrir ce génial auteur, vous l'aurez compris : faites-vous du bien, lisez ce livre !!

P.S. Je trouve très dommage que Shamash révèle ainsi la fin du livre !!
avatar
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par shamash le Lun 5 Sep 2011 - 16:47

adtraviata a écrit: Je trouve très dommage que Shamash révèle ainsi la fin du livre !!

Tu as sans doute raison adtraviata. Je viens donc d'ajouter un spoiler à la partie qui dévoilait la fin du roman.
Inutile de dire que je suis tout à fait d'accord avec ta critique, je partage totalement ton point de vue sur Jonathan Coe et sur ce roman !
avatar
shamash
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 106
Age : 15
Localisation : Cévennes
Emploi/loisirs : jeu d'échecs, écriture, astronomie, chasser les souris, grimper aux arbres
Genre littéraire préféré : romans, avec un goût particulier pour les polars
Date d'inscription : 23/05/2010

http://www.un-polar.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par ingrid59 le Lun 5 Sep 2011 - 18:15

Ah cool, Shamash ! Merci de nous ménager le suspense ! Je pense que je vais le lire aussi ! Il est dans la bibliothèque familiale et mon mari l'avait beaucoup apprécié lors de sa sortie ! Smile
avatar
ingrid59
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1615
Age : 42
Localisation : Dunkerque (59)
Emploi/loisirs : Maman à temps plus que plein et scrap addict !
Genre littéraire préféré : Un peu tout ce qui me tombe sous la main avec toutefois une préférence pour le roman !
Date d'inscription : 05/08/2011

http://histoiredusoir.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par chips71 le Sam 7 Jan 2012 - 12:45

Etonnant mais pas époustoufflant ,un genre qui ne me convient pas mais facile à suivre , j'éviterai donc de critiquer à l'aveugle . C'est tout ce que je peux en dire .
avatar
chips71
Apprenti
Apprenti

Masculin
Nombre de messages : 39
Age : 46
Localisation : tournai
Emploi/loisirs : ouvrier en cimenterie/motard et lecture
Genre littéraire préféré : tout ce qui se lit
Date d'inscription : 31/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

[Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par Le motard le Jeu 12 Avr 2012 - 0:01



La vie très privée de Mr Sim
Jonathan Coe
Gallimard 450 p


Présentation de l'éditeur

Maxwell Sim est un loser de quarante-huit ans. Voué à l'échec dès sa naissance (qui ne fut pas désirée), poursuivi par l'échec à l'âge adulte (sa femme le quitte, sa fille rit doucement de lui), il s'accepte tel qu'il est et trouve même certaine satisfaction à son état. Mais voilà qu'une proposition inattendue lui fait traverser l'Angleterre au volant d'une Toyota hybride, nantie d'un GPS à la voix bouleversante dont, à force de solitude, il va tomber amoureux. Son équipée de commis-voyageur, représentant en brosses à dents dernier cri, le ramène parmi les paysages et les visages de son enfance, notamment auprès de son père sur lequel il fait d'étranges découvertes : le roman est aussi un jeu de piste relancé par la réapparition de lettres, journaux, manuscrits qui introduisent autant d'éléments nouveaux à verser au dossier du passé. Et toujours Max pense à la femme chinoise et à sa fille, aperçues dans un restaurant en Australie, dont l'entente et le bonheur d'être ensemble l'ont tant fasciné. Va-t-il les retrouver? Et pour quelle nouvelle aventure? Brouillant joyeusement les cartes de la vérité et de l'imposture, Coe l'illusionniste se réserve le dernier mot de l'histoire, qui ne manquera pas de nous surprendre. Plus d'une génération va se reconnaître dans ce roman qui nous enchante avec un humour tout britannique, bien préférable au désespoir.

Biographie de l'auteur
Né en 1961 à Birmingham, Jonathan Coe est l'un des auteurs majeurs de la littérature britannique actuelle. On lui doit notamment Testament à l'anglaise, prix du Meilleur livre étranger 1996, La maison du sommeil, prix Médicis étranger 1998, et le diptyque que forment Bienvenue au club et Le Cercle fermé.


Mon avis:
Un livre tout à fait dans la lignée des romans de Jonathan Coe, une histoire invraisemblable entrelardée de réflexions sur notre société, quelques digressions de ci de là et une fin très surprenante le tout saupoudré d'un soupçon d 'humour anglais. J'ai bien aimé la première partie où l'on découvre Mr Sim, sa vie, sa dépression, ses tentatives désespérées d'avoir des amis, son saut dans l'aventure pour échapper à sa routine, sa relation avec son GPS. La deuxième partie m'a moins accroché, j'ai eu l'impression de tourner un peu en rond avec des échappées, en particulier sur la vie du père de Mr Sim, qui n'apportent pas grand chose à l'histoire. La fin est vraiment bizarre, surement de l'humour Anglais à un degré qui m'échappe. En conclusion un roman intéressant car très éloigné de ce que l'on peut trouver dans notre littérature Française même si je reste un peu sur ma faim car j'espérais un petit peu plus de non sense si typiquement Anglais.

Le motard
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Masculin
Nombre de messages : 252
Age : 61
Localisation : 92
Emploi/loisirs : aquarelle, moto, sport
Genre littéraire préféré : roman, policiers, BD
Date d'inscription : 02/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par thisa2mars le Jeu 12 Avr 2012 - 11:46

Merci pour cette critique, j'attends d'autres avis avant de prendre une décision Wink
avatar
thisa2mars
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1948
Age : 32
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 25/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par Pinky le Sam 16 Juin 2012 - 10:24

Mon ressenti

C’est un livre que j’ai abandonné à la page 200. Pourquoi cet abandon alors que c’est un auteur dont j’ai aimé testament à l’anglaise et bienvenue au club…. Dont j’aime l’humour qu’il distille sans en avoir l’air au fil de ses pages.
Et bien là, je n’ai pas trouvé d’accroche avec le personnage… 48 ans, dépressif encore plus depuis que sa femme l’a quitté, une propension à cultiver le malheur et à collectionner les ratages… bref une vie des plus joyeuses…

Pourtant comme à son habitude, Jonathan met en scène des situations décalées et drôles (le héros lors d’un voyage en avion : son voisin de bord meurt sans qu’il s’en rende compte, trop occupé à pouvoir enfin raconter sa vie à quelqu’un. Ce pénible incident le conduit à voyager avec une « facilitatrice d’adultère »….) mais la mayonnaise n’a pas pris. En tout cas arrivée, à cette page, l’histoire à mon sens n’a pas encore décollé et son périple à bord de la toyota n’a pas commencé. Le rythme est lent.

J’ai bien compris que l’auteur souligne la solitude, une solitude que les nouveaux outils d’aujourd’hui renforcent plus souvent sans la résoudre : nous n’avons jamais été autant en lien les uns les autres, et pourtant… Un roman sur la solitude, le mal-être ou le mal-vivre…
Je n’ai pas trouvé d’accroche avec Mr Sim. Il me renvoie l’image d’un puits sans fond… je n’ai tout simplement pas envie de cela en ce moment…
A vous de voir
avatar
Pinky
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5886
Age : 54
Localisation : Les Sables d'Olonne (85)
Emploi/loisirs : Educatrice spécialisée, peinture, dessin, bricolage, ballade, baignade, tricot, couture
Genre littéraire préféré : Je lis de tout en littérature mais j'ai beaucoup de mal avec les policiers... j'en lis 1 ou 2 dans l
Date d'inscription : 04/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par lilooo81 le Mar 4 Juin 2013 - 16:30

De mon côté, c'est surtout la fin que j'ai appréciée.

Certes, j'ai préféré Testament à l'anglaise, mais j'aime l'approche que l'auteur adopte dans ses romans.
avatar
lilooo81
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 656
Localisation : France
Genre littéraire préféré : Les romans qui mettent de bonne humeur!
Date d'inscription : 21/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par Cassiopée le Mer 13 Jan 2016 - 20:03

Connaissez-vous le film?

voir ici
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9138
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par marie do le Mer 13 Jan 2016 - 22:09

Abandon pour ma part, déçue par rapport à ce que j'en attendait, par rapport à la bande annonce du film. Je m'y suis ennuyée, peut être un autre essai dans d'autre circonstance ...
avatar
marie do
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3842
Age : 51
Localisation : corse
Genre littéraire préféré : Assez varié : thriller, roman historique, contemporain, bd .....
Date d'inscription : 01/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Coe, Jonathan] La vie très privée de Mr Sim

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum