Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Reverdy, Pierre] Plupart du temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Plupart du temps ?

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Reverdy, Pierre] Plupart du temps

Message par Findus le Jeu 19 Avr 2012 - 19:51


Plupart du temps


Auteur : Pierre Reverdy
Édition : Poésie/Gallimard
Nombre de pages : 416
Prix : 11.90 E

4è de couverture :

Celle-ci n'existant pas, je vais donc tenter de résumer en quelques mots la poétique de Reverdy.
Dans cet immense recueil, au sens propre comme au sens figuré, on peut indéniablement sentir l'angoisse du poète, je vous rappelle juste que Reverdy et un poète du début du XXè siècle qui a fortement inspiré les surréalistes par son sens de l'image. Pour ressentir cette sensation, pas besoin de lire les poèmes car leur forme en témoigne, en effet, comme chez Mallarmé, toutes proportions gardées bien entendu, on peut noter l'omniprésence des blancs sur les pages.
Cette idée de l'angoisse est corroborée par les thèmes abordés dans les poèmes : la lumière, les ombres, la solitude (Reverdy a passé la fin de sa vie seul dans une abbaye), le Mur mais outre ces thèmes négatifs, il est quelques fois questions d'amour, de joie, de bonheur, le poète suivant ses humeurs quotidiennes pour écrire.
Le style de Reverdy, même s'il fut une source d'inspiration des surréalistes, contrairement à eux, est très fluide, très facile à lire, il utilise des mots simples dans le but, selon moi, de diffuser sa pensée. Voilà pour ce bref résumé.

Mes impressions :

Pour être honnête, ce recueil est mon préféré et l'auteur, mon poète préféré. Une fois plongé dans sa poésie, on est aspiré, on ne peut plus s'en défaire tant elle est proche de nous et s'ancre durablement dans le réel. La plupart du temps, sans jeu de mot, la poésie de Reverdy est terriblement angoissé, le poète nous montre sa solitude et on peut sans aucun doute dire que le traumatisme de la Première Guerre mondiale y est pour quelque chose.
Bref. J'ai tout simplement adoré, les thèmes abordés sont magnifiques, tout comme l'écriture qui est légère. Reverdy fait incontestablement partie des grands poètes du début du XXè siècle.

Choix de poèmes
:
J'ai choisi quelques poèmes ou des vers qui m'ont marqués qui, je l'espère, vous donneront envie d'en lire d'autres :

Spoiler:
Dans "4 et 9": "On a des armes pour rire
Et un cœur pour mourir."



Pour le moment



Spoiler:
"La vie est simple et gaie

Le soleil clair tinte avec un bruit doux

Le son des cloches s'est calmé

Ce matin la lumière traverse tout

Ma tête est une rampe allumée

Et la chambre où j'habite est enfin éclairée



Un seul rayon suffit

Un seul éclat de rire

Ma joie qui secoue la maison

Retient ceux qui voudraient mourir

Par les notes de sa chanson



Je chante faux

Ah que c'est drôle

Ma bouche ouverte à tous les vents

Lance partout des notes folles

Qui sortent je ne sais comment

Pour voler vers d'autres oreilles

Entendez je ne suis pas fou

Je ris au bas de l'escalier

Devant la grande porte ouverte

Dans le soleil éparpillé

Au mur parmi la vigne verte

Et mes bras sont tendus vers vous



C'est aujourd'hui que je vous aime."


Dans le monde étranger :

Spoiler:
"Je ne peux plus regarder ton visage
Où te caches-tu
La maison s’est évanouie parmi les nuages
Et tu as quitté la dernière fenêtre
Où tu m’apparaissais
Reviens que vais-je devenir
Tu me laisses seul et j’ai peur

Rappelle-toi le temps où nous allions ensemble
Nous marchions dans les rues entre les maisons
Et sur la route au milieu des buissons
Parfois le vent nous rendait muets
Parfois la pluie nous aveuglait
Tu chantais au soleil
Et la neige me rendait gai

Je suis seul je frotte mes paupières
Et j’ai presque envie de pleurer
Il faut marcher vers cette lumière dans l’ombre
C’est toute une histoire à raconter
La vie si simple et droite sans tous les petits à côtés
Vers la froide lumière que l’on atteindra malgré tout
Ne te presse pas
Qui est-ce qui souffle
Quand je serai arrivé qui est-ce qui soufflera
Mais seul je n’ose plus avancer

Alors je me mis à dormir
Peut-être pour l’éternité
Sur le lit où l’on m’a couché
Sans plus rien savoir de la vie
J’ai oublié tous mes amis
Mes parents et quelques maîtresses
J’ai dormi l’hiver et l’été
Et mon sommeil fut sans paresse

Mais pour toi qui m’as rappelé
Il va falloir que je me lève
Allons les beaux jours sont passés
Les longues nuits qui sont si brèves
Quand on s’endort entrelacés

Je me réveille au son lugubre et sourd
D’une voix qui n’est pas humaine
Il faut marcher et je te traîne
Au son lugubre du tambour
Tout le monde rit de ma peine
Il faut marcher encore un jour

A la tache jamais finie
Que le bourreau vienne et t’attelle
Ce soir les beaux jours sont finis
Une voix maussade t’appelle
Pour toi la terre est refroidie

De loin je revois ton visage
Mais je ne l’ai pas retrouvé
Disparaissant à mon passage
De la fenêtre refermée

Nous ne marcherons plus ensemble"

Soleil :
Spoiler:
"Quelqu’un vient de partir
Dans la chambre
Il reste un soupir
La vie déserte

La rue
Et la fenêtre ouverte
Un rayon de soleil
Sur la pelouse verte"


LA JETÉE

Spoiler:

"
Les étoiles sont derrière le mur

Dedans saute un cœur qui voudrait sortir

Aime le moment qui passe

À force ta mémoire est lasse

D’écouter des cadavres de bruits

Dans le silence

Rien ne vit

Au fond de l’eau l’image s’emprisonne

Au bord du ciel une cloche qui sonne

La voile est un morceau du port qui se détache


Tu restes là

Tu regardes ce qui s’en va

Quelqu’un chante et tu ne comprends pas

La voix vient de plus haut

L’homme vient de plus loin

Tu voudrais respirer à peine

Et l’autre aspirerait le ciel tout d’une haleine"



avatar
Findus
Apprenti
Apprenti

Masculin
Nombre de messages : 69
Age : 21
Localisation : Tours
Emploi/loisirs : Etudiant
Genre littéraire préféré : Poésie
Date d'inscription : 18/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Reverdy, Pierre] Plupart du temps

Message par louloute le Jeu 19 Avr 2012 - 20:04

jolie critique Findus tout en poésie Very Happy
avatar
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 10089
Age : 48
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum