Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Neruda, Pablo] La Centaine d'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Centaine d'amour ?

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Neruda, Pablo] La Centaine d'amour

Message par Findus le Sam 21 Avr 2012 - 20:54



La Centaine d'amour

Auteur
: Pablo Neruda, Prix Nobel de Littérature
Edition : Poésie/Gallimard (édition bilingue)
Prix : 9E


Mes impressions :

Ah La Centaine d'amour, rien que ce titre m'évoque tant de choses, je ne saurais (presque) que dire de ce recueil tant il est sublime. Dans ces 100 sonnets, Pablo Neruda écrit l'Amour avec une telle dextérité, une telle sensibilité que cela devient une expérience à part de tout autre chose que l'on peut lire. Ce que je veux dire par là c'est que l'universalité du thème, l'amour, ça nous parle à tous. Personnellement, ce recueil est ce que j'ai lu de plus intense en poésie amoureuse, avec les Poèmes à Lou d'Apolinnaire. A travers la muse de Neruda, Mathilde, on découvre presque une nouvelle façon d'écrire et de dire l'amour et rien que pour ça, c'est un de mes coups de cœur. Je vous le recommande à tous, c'est magnifique.



Extraits :
Spoiler:

Je ne t'aime pas telle une rose de sel,
topaze, oeillets en flèche et propageant le feu :
comme on aime de certaines choses obscures,
c'est entre l'ombre et l'âme, en secret, que je t'aime.

Je t'aime comme la plante qui ne fleurit;
qui porte en soi, cachée, la clarté de ces fleurs,
et grâce à ton amour vit obscur en mon corps
le parfum rassemblé qui monta de la terre.

Je t'aime sans savoir comment, ni quand, ni d'où,
je t'aime sans détour, sans orgueil, sans problèmes :
je t'aime ainsi, je ne sais aimer autrement.

Je t'aime ainsi, sans que je sois, sans que tu sois,
si près que ta main sur ma poitrine est à moi,
et si près que tes yeux se ferment quand je dors.

Spoiler:

Amour, amour, à la tour du ciel les nuages
montèrent telles de triomphantes lavandières,
et tout brûla en bleu d'azur, tout fut étoile :
la mer, la nef, le jour s'exilèrent ensemble .

Viens voir les cerisiers dans leur eau constellée
viens voir la ronde clef de l'univers rapide,
Viens toucher le feu de l'azur instantané,
viens avant que ses pétales soient consumés.

Il n'est ici que lumière, quantités, grappes,
il n'est qu'espace ouvert par les vertus du vent
jusqu'à livrer les derniers secrets de l'écume.

Et parmi tant de bleus célestes, submergés,
nos yeux se sont perdus, ils devinent à peine
les puissances de l'air et les clefs de la mer .


Spoiler:
À mon coeur suffit ta poitrine,
mes ailes pour ta liberté.
De ma bouche atteindra au ciel
tout ce qui dormait sur ton âme.


En toi l'illusion quotidienne.
Tu viens, rosée sur les corolles.
Absente et creusant l'horizon Tu t'enfuis, éternelle vague.


je l'ai dit : tu chantais au vent
comme les pins et les mâts des navires.
Tu es haute comme eux et comme eux taciturne.
Tu t'attristes soudain, comme fait un voyage.


Accueillante, pareille à un ancien chemin.
Des échos et des voix nostalgiques te peuplent.
À mon réveil parfois émigrent et s'en vont
des oiseaux qui s'étaient endormis dans ton âme.
Spoiler:

J'ai faim de tes cheveux, de ta voix, de ta bouche,
sans manger je vais par les rues, et je me tais,
sans le soutien du pain, et dès l'aube hors de moi
je cherche dans le jour la bruit d'eau de tes pas.


Je suis affamé de ton rire de cascade,
et de tes mains couleur de grenier furieux,
oui, j'ai faim de la pâle pierre de tes ongles,
je veux manger ta peau comme une amande intacte,


et le rayon détruit au feu de ta beauté,
je veux manger le nez maître du fier visage,
Je veux manger l'ombre fugace de tes cils,


J'ai faim, je vais, je viens, flairant le crépuscule
et je te cherche, et je cherche ton coeur brûlant
comme un puma dans le désert de Quitratùe.

Spoiler:

Sache que je ne t'aime et que je t'aime
puisque est double la façon d'être de la vie,
puisque la parole est une aile d'une silence,
et qu'il est dans le feu une moitié de froid.

Moi je t'aime afin de commencer à t'aimer,
afin de pouvoir recommencer à l'infini
et pour que jamais je ne cesse de t'aimer :
c'est pour cela que je ne t'aime pas encore.

Je t'aime et je ne t'aime pas, c'est comme si
j'avais entre mes deux mains les clés du bonheur
et un infortuné, un incertain destin.

Mon amour a deux existences pour t'aimer.
Pour cela je t'aime quand je ne t'aime pas
et c'est pour cela que je t'aime quand je t'aime.
avatar
Findus
Apprenti
Apprenti

Masculin
Nombre de messages : 69
Age : 21
Localisation : Tours
Emploi/loisirs : Etudiant
Genre littéraire préféré : Poésie
Date d'inscription : 18/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Neruda, Pablo] La Centaine d'amour

Message par louloute le Dim 22 Avr 2012 - 0:20

Merci Findus pour cette découverte et ces magnifiques extraits Very Happy
avatar
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 10084
Age : 48
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum