Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Bonnefoy, Yves] Les Planches courbes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Planches courbes

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Bonnefoy, Yves] Les Planches courbes

Message par Findus le Lun 30 Avr 2012 - 20:09



Les Planches courbes


Auteur : Yves Bonnefoy
Éditeur : Poésie/Gallimard
Nombre de pages : 144 pages
Prix :
5.50E


Présentation :
c.f.
ici Wink


Mes impressions :

J'ai eu l'occasion de rencontrer ce grand auteur (si vous êtes curieux allez voir sa page Wikipédia) dans ma ville à l'occasion de la sortie de son dernier ouvrage L'Heure Présente, sur lequel je ferais bientôt un critique, et cela m'a permis d'enrichir mes connaissances sur la poésie de Bonnefoy. En effet, le thème de l'enfance fait son apparition dans ce recueil, l'enfance est synonyme de sagesse et d'espoir. Cet espoir contraste fortement avec le grand thème de ce recueil à savoir la mort, la mort humaine mais également la mort des idées. Bonnefoy amorce une révolution de la poésie.
Là-encore, la poésie n'est pas accessible de prime abord mais une fois appréhendée elle se révèle magnifique.


Extraits :
Spoiler:

Une autre fois.
Il faisait nuit encore. De l’eau glissait
Silencieusement sur le sol noir,
Et je savais que je n’aurais pour tâche
Que de me souvenir, et je riais,
Je me penchais, je prenais dans la boue
Une brassée de branches et de feuilles,
J’en soulevais la masse, qui ruisselait
Dans mes bras resserrés contre mon cœur.
Que faire de ce bois où de tant d’absence
Montait pourtant le bruit de la couleur,
Peu importe, j’allais en hâte, à la recherche
D’au moins quelque hangar, sous cette charge
De branches qui avaient de toute part
Des angles, des élancements, des pointes, des cris.

Et des voix, qui jetaient des ombres sur la route,
Ou m’appelaient, et je me retournais,
Le cœur précipité sur la route vide.

Spoiler:

Ô poésie,
Je ne puis m'empêcher de te nommer
Par ton nom que l'on n'aime plus parmi ceux qui errent
aujourd'hui dans les ruines de la parole.
Je prends le risque de m'adresser à toi, directement,
Comme dans l'éloquence des époques
Où l'on plaçait, la veille des jours de fête,
Au plus haut des colonnes des grandes salles,
des guirlandes de feuilles et de fruits.

Je le fais, confiant que la mémoire,
enseignant ses mots simples à ceux qui cherchent
à faire être le sens malgré l'énigme,
Leur fera déchiffrer, sur ses grandes pages,
Ton nom un et multiple, où brûleront
en silence, un feu clair,
Les sarments de leurs doutes et de leurs peurs.


avatar
Findus
Apprenti
Apprenti

Masculin
Nombre de messages : 69
Age : 21
Localisation : Tours
Emploi/loisirs : Etudiant
Genre littéraire préféré : Poésie
Date d'inscription : 18/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum