Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Fontaine, Rodolphe] Nostalgie, quand tu nous tues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Fontaine, Rodolphe] Nostalgie, quand tu nous tues

Message par Cassiopée le Sam 9 Juin 2012 - 23:24




Titre: Nostalgie quand tu nous tiens
Auteur: Rodolphe Fontaine
Éditions: Les deux encres (mars 2012)
Collection: Sang d’encre (suspense)
Nombre de pages: 230
ISBN : 978 2 35168 452 8

Quatrième de couverture
:

Lorsqu’un corps sans vie est retrouvé à Rouen, au pied du pont Flaubert, le commandant de police Marius Korda est persuadé d’une chose : il a déjà croisé la victime lorsqu’il était en compagnie de son meilleur ami, Hippolyte Delyon. Alors que l’enquête n’en est qu’à ses balbutiements, un nouveau meurtre est commis et les deux amis se rendent compte que le passé des victimes est lié au leur.
Peu à l’aise dans cette affaire, Marius n’hésite pas à mandater Hippolyte pour mener des investigations non officielles. Mais le résultat de ces dernières pose un véritable problème : celui par qui les crimes sont perpétrés semble être la première victime de cette série de meurtres…

Mon avis :

Une couverture sobre, un titre écrit à la verticale, une petite photo en noir et blanc et un livre qui tient bien en mains pour deux cent vingt sept pages qui s’enchainent rapidement…


On a tous, dans nos tiroirs, quelques photos de classe, un peu cornées ou dont les couleurs sont ternies. Parfois, on les regarde, se demandant qui est le boutonneux du premier rang, le grand qui se cache derrière les autres ou celle qui porte des lunettes avec un air de première de la classe. Et puis, il y a les autres, ceux dont on se souvient très facilement. Ceux-là n’étaient pas « transparents ». Une caractéristique les faisait se détacher du groupe classe. Soit parce qu’ils avaient une passion, un désir profond, soit parce que leur physique était « marquant », soit parce qu’ils étaient régulièrement pris à partie par l’un ou l’autre des élèves pour une raison le plus souvent assez floue.

Marius Korda, commandant de police, reçoit un dossier sur un homme mort qui a été retrouvé près d’un pont. Il est persuadé de l’avoir vu récemment lorsqu’il était avec son meilleur ami, Hippolyte, (ils étaient au lycée ensemble).
De fil en aiguille ou plutôt de coups de fil en coups de fil, les deux hommes vont se retrouver face à une situation totalement complexe.
Le mort semble vivant, d’autres personnes de leur lycée ou plus précisément de leur classe semblent visées. Et s’ils étaient les prochains sur la liste ?

Émaillés régulièrement de maximes et de références musicales glissées d’une façon subtile dans le texte, ce roman mérite le détour.

Les deux amis ont des personnalités intéressantes. Hippolyte a l’impression de ne plus exister lorsqu’il est avec Marius près de femmes, en effet, dans ces cas-là, elles ne regardent que son ami.
Malgré tout, pas de jalousie entre les deux hommes.
Ils ne sont pas toujours d’accord, leur fonctionnement dans la vie quotidienne n’est pas tout à fait le même et chacun des deux porte une blessure secrète (surtout Marius d’ailleurs et ce qui le fait souffrir est amené avec une délicatesse emplie de pudeur et laisse imaginer qu’on pourra le retrouver dans un autre opus) mais ils se respectent et sont inquiets l’un de l’autre.
Les voilà tous deux embarqués dans leurs souvenirs…. Les sites sont légion pour retrouver les copains d’autrefois et avec internet les liens se (re)créent très vite, cliquer sur ******et vous accepterez ******. comme ami. (Je l’ai bien connu au lycée, qu’est ce que je risque ?)

Ils vont donc reprendre contact avec leurs amis des années lycée et s’apercevoir très vite que les morts se succèdent dans leur petit groupe. Hasard ou volonté de tuer ?
Qui, comment et pourquoi ?

L’écriture de Rodolphe Fontaine est fluide, agréable à lire. Les chapitres se suivent sans aucun problème. La relation entre les deux amis, avec des « codes » bien masculins apportent un plus à l’intrigue. On peut reprocher sur la fin, deux ou trois événements qui sont peut-être un peu exagérés mais ils n’entachent en rien le déroulement global d’une aventure bien campée.

Il présente certains passages de ses chapitres d’une façon originale.
Comme ça.
Avec des retours à la ligne.
Pas toujours des verbes, parfois peu de mots.
Et je trouve ça très bien.
Pourquoi ?
Parce que ça donne une vie différente aux mots, un rythme qui n’est plus le même lors de la lecture.

Rodolphe Fontaine a de beaux jours devant lui car son écriture si elle n’en est qu’à ses balbutiements, laisse présager de belles pages….



Dernière édition par Cassiopée le Lun 11 Juin 2012 - 18:25, édité 2 fois
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8994
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fontaine, Rodolphe] Nostalgie, quand tu nous tues

Message par Sara2a le Sam 9 Juin 2012 - 23:37

Tu es une "vilaine " tentatrice ...c'est un roman récent ?
avatar
Sara2a
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3057
Age : 47
Localisation : Porto-Vecchio
Genre littéraire préféré : Thrillers, fantastiques et un peu de tout ce qui peut me tomber sous les yeux .
Date d'inscription : 24/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fontaine, Rodolphe] Nostalgie, quand tu nous tues

Message par Cassiopée le Sam 9 Juin 2012 - 23:39

Sara2a a écrit:Tu es une "vilaine " tentatrice ...c'est un roman récent ?

Mars 2012, je viens de le rajouter...
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8994
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fontaine, Rodolphe] Nostalgie, quand tu nous tues

Message par Sara2a le Sam 9 Juin 2012 - 23:46

C'est noté merci !
avatar
Sara2a
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3057
Age : 47
Localisation : Porto-Vecchio
Genre littéraire préféré : Thrillers, fantastiques et un peu de tout ce qui peut me tomber sous les yeux .
Date d'inscription : 24/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fontaine, Rodolphe] Nostalgie, quand tu nous tues

Message par marie do le Dim 10 Juin 2012 - 10:02

Merci (quoique ...) encore un à ajouter à ma liste !
avatar
marie do
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3806
Age : 51
Localisation : corse
Genre littéraire préféré : Assez varié : thriller, roman historique, contemporain, bd .....
Date d'inscription : 01/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fontaine, Rodolphe] Nostalgie, quand tu nous tues

Message par Sharon le Dim 10 Juin 2012 - 10:33

Merci Cassiopée.
Je viens de le lire. Il faut juste que je me décide à rédiger mon avis.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7363
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fontaine, Rodolphe] Nostalgie, quand tu nous tues

Message par chocolette le Lun 11 Juin 2012 - 15:56

Bien tentant ce roman, merci Cassiopée! Smile
avatar
chocolette
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3784
Age : 66
Localisation : Hainaut.Belgique.
Emploi/loisirs : lecture,promenade,cinéma,mots fléchés.
Genre littéraire préféré : Policier et un peu de tout...pas de SF!
Date d'inscription : 13/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fontaine, Rodolphe] Nostalgie, quand tu nous tues

Message par Sharon le Ven 15 Juin 2012 - 22:16

Mon avis :

L'action se passe en Normandie, et cette localisation m'a suffi pour me donner envie de découvrir ce livre. L'auteur décrit avec justesse ma région et les gens qui y vivent, sans enjoliver ou noircir la réalité. Il faut de tout pour faire un monde, et la Normandie des villes ne ressemble pas à la Normandie des champs, celle de ses petits villages où tout le monde se connaît et où les vaches sont plus nombreuses parfois, que les habitants. Je referme ma parenthèse normande.

Le mot qui me vient à l'esprit pour qualifier ce livre est "originalité". Là, subitement, vous vous reculez et vous dites : "mais que signifie ce mot appliqué à un livre ? Il ne veut rien dire ! " Il faut juste l'expliquer.

L'originalité se trouve dans le style, dans la manière très particulière dont le texte respire. Le texte revient souvent à la ligne et impose ainsi, par sa manière de dire, une autre manière de lire, entre phrases longues et phrases courtes, sans jamais maltraiter la grammaire. Bref, un soin de la diction peu fréquent dans les romans policiers.

Mais est-ce réellement un roman policier ? Nous avons certes des meurtres, une enquête, des suspects, un mobile, un rapport d'autopsie (indispensable !) pourtant le policier ne prend jamais le pas sur le roman. Nostalgie quand tu nous tues est avant tout l'histoire d'une amitié entre deux héros, Marius et Hippolyte, aussi différents et attachants l'un que l'autre.

Marius est policier, Hippolyte est écrivain (je le considère comme tel même si, au début de l'intrigue, il n'a pas encore été publié), ils ont chacun une blessure, connue de l'autre, mais dissimulée aux plus grands nombres. A quoi bon se confier à ceux qui ne vous sont rien, ou pas grand chose ?

A leur solide amitié s'oppose ce besoin de retrouver d'anciens camarades de lycée (j'ai immédiatement pensé à un site bien connu). J'ai la faiblesse de penser que, mis à part quelques cas très précis, retrouver ses "camarades" de l'époque n'est pas fortement intéressant, puisque l'on garde contact avec les personnes auxquelles on tient réellement. J'en ai des preuves autour de moi, et je suis contente que l'auteur illustre les désillusions qui suivent ses retrouvailles forcées. On se rend compte, le plus souvent, que l'on n'a pas grand chose à se dire, on se rend compte qu'on a idéalisé la personne ou, pire, que l'on s'est trompé sur elle. On peut se dire aussi que l'on ne se souvient strictement pas de cette personne et que l'on n'a pas envie de la revoir. Mais là, virtuellement, quel est le danger "d'accepter" cette amitié ?

Et bien, il est très grand, pour les anciens condisciples de Marius et d'Antoine qui tombent, les uns après les autres, et Antoine, le premier mort, semble être le dénominateur commun. Même sa psy devient à son tour victime (de lui ?) alors que la thérapie paraît être un échec. Où est le mobile ? Dans le passé ? Dans le présent ? Ou dans un passé trop présent ?

J'espère retrouver Marius et Hippolyte dans une autre enquête.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7363
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fontaine, Rodolphe] Nostalgie, quand tu nous tues

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum