Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Iwasaki, Mineko] Ma vie de geisha

Aller en bas

Votre sur "Ma vie de Geisha"

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
67% 67% 
[ 2 ]
33% 33% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 3

[Iwasaki, Mineko] Ma vie de geisha

Message par Invité le Jeu 19 Juil 2012 - 10:10

Auteur : Mineko Iwasaki
Edition : Le Livre De Poche
Nombre de pages : 349

Résumé :
« Mon nom est Mineko. Ce n’est pas le nom que mon père m’ a donné à ma naissance. C’est celui qu’ont choisi les femmes chargées de faire de moi une geisha, dans le respect de la tradition millénaire. Je veux raconter ici le monde des fleurs et des saules, celui du quartier de Gion. Chaque geisha est telle une fleur par sa beauté particulière et tel un saule, arbre gracieux, souple et résistant. On a dit de moi que j’étais la plus grande geisha de ma génération ; en tout cas j’ai frayé avec les puissants et les nobles. Et pourtant, ce destin était trop contraignant à mes yeux. Je veux vous raconter ce qu’est la vraie vie d’une geisha, soumise aux exigences les plus folles et récompensée par la gloire. Je veux briser un silence vieux de trois cents ans. »
Un témoignage exclusif, des révélations à couper le souffle, Mineko Iwasaki nous livre ici un témoignage surprenant sur un art de vivre aussi fascinant que cruel.

Mon Avis :

Voilà un livre qui n’est pas resté longtemps dans ma Pile à Lire puisque j’ai commencé ma lecture quasiment dès mon achat.

Vous l’aurez compris, Mineko Iwasaki nous offre ici un témoignage autour de son premier métier. En effet, elle a été geisha jusqu’à ses 29 ans, âge où elle a démissionné.

A vrai dire, notre protagoniste m’a semblé bien insensible et distante… J’aurais dit frigide si le dénouement avait été autre. En effet, la sensibilité et la souffrance sont des sentiments absents ou alors paraissant normaux. C’est assez effrayant.

Nous naviguons, tout au long de la lecture, entre souvenirs et explications de termes et de rituels historiques. Ces informations paraissent nécessaires pour que l’on se plonge en plein Japon traditionnaliste. Mais cela prend le dessus sur l’aspect personnel et ce n’est pas ce que je cherchais

La lecture n'a pas été désagréable mais est bien loin de ce que j'attendais !


Dernière édition par lireparelora le Jeu 19 Juil 2012 - 18:08, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Iwasaki, Mineko] Ma vie de geisha

Message par binou le Jeu 19 Juil 2012 - 18:01

merci Lireparelora
avatar
binou
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1145
Age : 62
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : mes passions : mes chiens, mes chats, mon furet, l'ordi et la lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout sauf de la science fiction pure et dure
Date d'inscription : 29/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Iwasaki, Mineko] Ma vie de geisha

Message par viou1108 le Jeu 11 Avr 2013 - 16:27

Titre on ne peut plus explicite, voici l’autobiographie de Mineko Iwasaki, l’une des plus célèbres (et l’une des dernières) grandes geishas. Elle nous parle de son métier, qui a occupé presque 25 ans de sa vie, de sa tendre enfance à sa démission à l’âge de 29 ans.
La jeune Mineko entre à l’école des geishas à 5 ans, suivra les formations traditionnelles en chant, danse, calligraphie et autres arts que doit maîtriser une parfaite geiko. Elle progressera rapidement, décidée à devenir la meilleure pour clouer le bec à ses rivales peu avares en coups tordus et humiliations. Elle réussira au-delà de toute espérance, puisqu’on parlera d’elle comme d’une légende, véritable « star » dont les talents seront admirés par les plus puissants et les plus riches de ce monde. Au faîte de sa gloire, elle démissionnera pourtant, épuisée par les exigences de ce métier.

Ce livre est un document très intéressant, qui permet de pénétrer au cœur du monde mystérieux (en tout cas pour moi) des geishas. Tordons d’emblée le cou à une croyance occidentale : une geisha n’est pas une prostituée. Elle est en réalité une artiste cultivée, aux multiples talents, à laquelle on fait appel (certes contre rétribution) pour divertir les convives d’un banquet ou d’une soirée.
Ces plaisirs sont réservés à une élite (aristocratique, politique, financière, artistique), étant donné le prix exorbitant à débourser pour s’assurer la compagnie d’une geisha même pour quelques minutes. Mais ce « salaire » semble justifié au regard des coûteux kimonos et autres accessoires, et surtout à celui des sacrifices consentis par ces jeunes femmes qui mènent une vie effrénée entre leurs cours et leurs prestations.

Mineko nous explique donc comment et pourquoi, à 5 ans, elle a décidé d’entrer à l’école des geishas, renonçant à sa propre famille. C’est un point peu crédible du livre, car comment une petite fille peut-elle décider de son destin en pleine connaissance de cause à cet âge ? Mais soit. Elle décrit ensuite avec un luxe de détails (parfois rébarbatifs) son éducation, son emploi du temps, ses coiffures et ses tenues, la hiérarchie et les usages au sein de l’école (je m’y suis parfois perdue). Cet aspect est certes fort instructif, mais je suis restée sur ma faim, sans doute que tout cela manque d’âme. Il est bien question de sentiments (jalousie, amour, angoisse, souffrance), mais ils sont décrits froidement, ce qui donne de l’héroïne une impression d’insensibilité, de rigidité et d’égocentrisme.
On comprend également que les apprenties geishas vivent dans un cocon fermé aux réalités de monde extérieur, ce qui donne lieu à un chapitre hilarant tant la situation est incroyable, lorsque la jeune femme décide de prendre un peu d’autonomie en louant un appartement et en s’occupant de son ménage pour la première fois de sa vie.
Enfin, j’ai été frappée par la banalisation de la richesse et du luxe, par les quantités d’argent brassées dans ce milieu. Mineko avoue elle-même avoir ignoré pendant longtemps la valeur de l’argent. De fait elle a toujours été habituée à vivre sur un grand pied, et donne l’impression qu’après sa carrière, l’appât du gain a continué à être un de ses moteurs. Cela contraste fort avec la poésie du « monde des fleurs et des saules »…
avatar
viou1108
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 41
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 10/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Iwasaki, Mineko] Ma vie de geisha

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum