Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Palahniuk, Chuck] Peste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VOTRE AVIS?

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Palahniuk, Chuck] Peste

Message par Yunali le Lun 23 Juil 2012 - 11:05


Broché: 432 pages
Editeur : Editions Gallimard (15 mai 2009)
Collection : Folio SF
Langue : Français
ISBN-10: 207038974X
ISBN-13: 978-2070389742

Résumé:
Mais qui est donc Buster Casey, alias Rant ? Dans un futur où une partie de la population est " diurne " et l'autre " nocturne " selon un couvre-feu très strict, Peste prend la forme d'une biographie orale faite de rapports contradictoires émanant de témoins qui ont connu le mystérieux Buster de près ou de loin. Garçon aux moeurs étranges, friand de morsures animales en tous genres pour certains, génial tueur en série ou répugnant individu pour d'autres, le véritable Buster Casey semble, au fil des récits, de plus en plus insaisissable et protéiforme. De quoi alimenter le mythe... Évangile subversif et grotesque où le rire donne la réplique à l'horreur, Peste décrit un monde qui marche sur la tête, où la vie est à mourir d'ennui et la mort positive et créatrice. Chuck Palahniuk explore, encore et toujours, les tréfonds de la vie moderne et dresse le portrait en creux d'une Amérique en mal de repères.


Mon avis :
C’est l’histoire d’un certain Buster Landru Casey, sa biographie orale, qui nous est racontée sous la forme d’interviews de diverses personnes déclarant l’avoir rencontré, de près ou de loin, au cours de sa vie.

« Echo Lawrence : C’est drôle ce dont on se souvient, quand on pense à quelqu’un. »

Dès le premier chapitre on apprend que Buster, surnommé aussi Rant, serait un « cas zéro le plus terrible dans l’histoire récente des épidémies », un « agent supercontaminant qui a infecté la moitié du pays », une « Arme Biologique vivante ».
Mais pour en arriver à ce statut, on nous raconte sa vie depuis qu’il est petit, chez ses parents Chester et Irene Casey, à Middleton (petite ville de campagne) jusqu’à son séjour en ville où il rencontre des Chauffards, une catégorie de gens adeptes de courses en voiture appelées Crashing.

On est aussi dans un monde futuriste, où la population est divisée en deux groupes, les Diurnes et les Nocturnes, et où les gens ont des prises dans le cou afin de vivre des « transcriptions neuronales » (afin de vivre des scènes avec les sensations exacerbées). Les Nocturnes est la catégorie la plus marginale de la population.

Les personnages sont multiples, je n’en ferai pas de liste, mais certains ont côtoyé Rant plus longuement que d’autres.
On est dans un récit progressif, où la vie de Rant nous est racontée petit à petit, certaines choses ayant vues, vécues différemment selon les personnes.
On est donc plongés dans un récit, mais on ne sait jamais si ce qu’on nous dit est vrai à 100%, il y a toujours un doute, on se questionne beaucoup.

J’ai trouvé le récit un peu lent à se mettre en place au début, je ne voyais pas où l’auteur voulait en venir. On a vraiment les clés du récit distillées tout au long du roman, et pour savoir qui est vraiment Rant, il faut attendre longtemps.
C’est pareil pour le côté SF : j’ai trouvé cet élément un peu long à venir clairement.
Vers la fin par contre, quand l’auteur nous explique qui est Rant, d’où il vient, j’ai trouvé cela un peu pénible, trop de vocabulaire scientifique et technique (peut-être aussi car il était tard et que j’étais fatiguée), et surtout on reste un peu dans le flou quand on pense à Buster Rant Casey.
J’ai aussi peu apprécié la partie sur le Crashing, n’étant pas particulièrement fan de voitures, je l’ai trouvée trop longue.

« Neddy Nelson : (…) Est-ce que Rant ne disait pas toujours : ‘L’avenir que tu auras demain n’est pas l’avenir que tu avais hier’. ? »

Ma note : 3 /5 Smile et je n’ai toujours pas compris la relation entre le titre traduit « Peste » et le contenu du roman… Je préférais le titre anglais : « Rant – An oral biography of Buster Casey »

avatar
Yunali
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1170
Age : 33
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 18/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum