Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Cohen-Grillet, Philippe] Haut et court

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Cohen-Grillet, Philippe] Haut et court

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Cohen-Grillet, Philippe] Haut et court

Message par lalyre le Jeu 23 Aoû 2012 - 16:06

[Cohen-Grillet, Philippe]
Haut et court
Ed.Le dilettante 22 août 2012
ISBN 978-2-84263-720-0
253 pages

Quatrième de couverture
Un jour de septembre 2007, à Coulogne dans le Nord-Pas-de-Calais, les corps sans vie de quatre personnes, le père, la mère, le fils et la fille, ont été retrouvés pendus dans le salon du pavillon familial. Les raisons,
comme l’enchaînement des faits, n’ont jamais été élucidés. Il était temps d’y remédier, Philippe Cohen--Grillet l’a fait, quitte à tout inventer. Quoi de mieux qu’un bon roman pour révéler nos existences comme un miroir dans lequel nous devrions nous reconnaître.

Mon avis
La première page est celle de la découverte d’un suicide collectif, une famille père, mère, fille et fils, de pauvres gens touchés par la crise économique, que très vite on trouve sympathique. L’histoire est racontée par le fils suicidé qui nous fait revenir dans le passé proche, tout d’abord on découvre que les membres de la famille étaient des gens ordinaires, mais comme tout le monde, tout s’écroule lors de la mise en préretraite du père, la famille est juste un peu désespérée et c’est d’un commun accord que leur fin de vie est décidée. Ce que je pense de cette lecture c’est que le roman est bien écrit avec un humour décapant et parfois grinçant, du réalisme, une tragi-comédie sur fond de chômage et de crise, pas de jérémiades, ni misérabilisme sur l’injustice, c’est tout simplement la réalité du monde actuel, de ces gens victimes de la crise, dont la vie devient une descente aux enfers. Un roman social que j’ai beaucoup apprécié et qui fait réfléchir. 4,5/5
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5692
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cohen-Grillet, Philippe] Haut et court

Message par titibus le Jeu 23 Aoû 2012 - 17:35

Tiens, qui est-ce qui cherchait des romans ayant rapport avec le Nord-Pas-de -Calais déjà scratch ?
avatar
titibus
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 933
Age : 47
Localisation : nord
Emploi/loisirs : Assistante maternelle/Musique/randonnée
Genre littéraire préféré : roman
Date d'inscription : 02/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cohen-Grillet, Philippe] Haut et court

Message par lalyre le Jeu 23 Aoû 2012 - 19:27

titibus a écrit:Tiens, qui est-ce qui cherchait des romans ayant rapport avec le Nord-Pas-de -Calais déjà scratch ?
En effet Titibus mais qui était-ce ?? flower
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5692
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cohen-Grillet, Philippe] Haut et court

Message par alexielle63 le Ven 24 Aoû 2012 - 12:10

Est-ce qu'il a vraiment sa place dans la "Littérature jeunesse", Lalyre ?
avatar
alexielle63
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6761
Age : 35
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Prépa de concours
Genre littéraire préféré : fantasy, policiers, romans, enfin bref, tout ce qui se lit!
Date d'inscription : 25/05/2009

http://lecturesdalexielle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cohen-Grillet, Philippe] Haut et court

Message par lalyre le Ven 24 Aoû 2012 - 14:39

Pas du tout Alexielle , l'aurais-je placé dans cette rubrique ?
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5692
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cohen-Grillet, Philippe] Haut et court

Message par alexielle63 le Sam 25 Aoû 2012 - 12:08

Oui Very Happy Je déplace donc dans "Littérature générale"... merci Lalyre !
avatar
alexielle63
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6761
Age : 35
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Prépa de concours
Genre littéraire préféré : fantasy, policiers, romans, enfin bref, tout ce qui se lit!
Date d'inscription : 25/05/2009

http://lecturesdalexielle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

[Cohen-Grillet, Philippe] Haut et court

Message par adtraviata le Jeu 15 Nov 2012 - 21:15



Titre : Haut et court
Auteur : Philippe Cohen-Grillet
Editeur : Le Dilettante
Année : 2012
Nombre de pages : 253


Présentation de l'éditeur :

Un jour de septembre 2007, à Coulogne dans le Nord-Pas-de-Calais, les corps sans vie de quatre personnes, le père, la mère, le fils et la fille, ont été retrouvés pendus dans le salon du pavillon familial. Les raisons, comme l’enchaînement des faits, n’ont jamais été élucidés.
Il était temps d’y remédier, Philippe Cohen--Grillet l’a fait, quitte à tout inventer.
Quoi de mieux qu’un bon roman pour révéler nos existences comme un miroir dans lequel nous devrions nous reconnaître.


Mon avis :

"Ce jour-là, en début de soirée, un peu avant l'heure de l'apéritif que nous ne prenons jamais, papa nous a réunis dans la salle à manger et nous a dit : "Aujourd'hui, plutôt que de passer à table, nous allons nous passer la corde au cou."

Sur le coup, j'ai un peu regretté. Non pas que je n'avais plus envie de me foutre en l'air. J'en avais autant envie que d'habitude, ni plus ni moins. Mais on était mercredi. Et le mercredi, c'est le jour où maman nous prépare des tomates farcies. Ou des endives au jambon. Mais c'est plus rare, et ce mercredi, c'étaient bien des tomates farcies."


Une fois n'est pas coutume, c'est avec les premières phrases de ce premier roman que je commence ma chronique. Le ton est donné, le noir est hissé !

A partir d'un fait-divers bien réel, Philippe Cohen-Grillet a imaginé comment une famille de quatre adultes a pu en arriver à ce suicide collectif. Au début, le ton naïf m'a fait croire que le narrateur est un enfant, mais non, il s'agit bien d'un père, une mère, un jeune homme et sa soeur, jeune adulte elle aussi. Le père est pré-retraité, la mère passe ses journées à la maison, elle cuisine pour remédier à ses "crises de nerfs", le fils est magasinier dans un supermarché bientôt transformé en "super-hard-discount", la fille passe les diapos dans un centre d'auto-école, ses heures de travail se restreignent petit à petit... Ils habitent un pavillon de la petite banlieue, sous le regard à peine invasif de leur vieille voisine.

Une vie bien rangée, donc. Une vie qui paraît d'une banalité effrayante. Une vie qui se déroule dans les limites de la rocade qui entoure la ville, au-delà de laquelle la vie est mystérieuse et aventureuse. Une vie surtout marquée par la crise. On dirait presque qu'ils ne se rendent pas compte du poids qu'elle exerce sur leurs vies, cette crise, tant le narrateur reste dans le factuel, dans le déroulé de cette existence étriquée. D'ailleurs, la crise dépersonnalise, ces personnages n'ont pas de nom, ils n'ont que des rôles : papa, maman, soeurette et moi. Ils subissent les choses sans empathie apparente, car ce qui se passe, les restrictions de personnel, le développement des hard-discounts, les jeunes qui noient leur ennui à Amnésya (!), la boîte de nuit du coin, ça fait partie du paysage. Il y a bien Catherine et Francis qui détonnent un peu, leur énergie réveille le fils chaque fois qu'ils viennent récolter les invendus pour la Banque alimentaire. Mais même ça, les pauvres n'y auront plus droit bientôt...

Un roman de la crise, un roman du quotidien, mais ne croyez pas que Philippe Cohen-Grillet nous plombe le moral : on se croirait parfois dans certaines séquences de l'émission Strip-tease, le côté vache en moins. Je n'ai pu m'empêcher de penser à l'affaire d'Outreau aussi, le contexte régional, socio-économique était très semblable. La naïveté du narrateur, qui nous raconte tout après sa mort, bien évidemment, l'humour noir mais pas grinçant de l'auteur, la morosité qui envahit peu à peu la vie de cette famille telle une marée noire donnent de l'humanité à cette histoire qui gardera malgré tout ses zones de mystère.

Portrait sans fard de la précarité et de la misère morale ordinaires, ce premier roman au ton à la fois simple et original est un texte bien maîtrisé (l'auteur n'en est pas à son premier livre).

"J'allais quitter la 'brocante vide-grenier de Noël' ainsi, taciturne, les idées sombres et les mains vides, sans cadeau pour papa, lorsque j'ai marqué l'arrêt devant un dernier petit stand. Un peu à l'écart, un homme d'une cinquantaine d'années et une jeune femme (qui aurait pu être sa fille mais dont il tenait amoureusement la main) proposaient des bouquins : 'Livres récents à prix décents', proclamait un écriteau à la calligraphie approximative. Je me suis approché des ouvrages qui semblaient tous flambant neufs, certains étant encore recouverts de leur emballage plastifié. 'Offrez un beau livre !' engageait un autre panonceau peinturluré de la même main peu assurée. Oui, après tout, pourquoi pas, me suis-je dit. Le livre n'est-il pas le meilleur ami de l'homme ? Après le chien. Enfin, je crois." (p. 126 - horrible, cette citation, non ? mais ça m'a fait rire)

"Nous savions donc que nous échapperions au cri des huîtres dévorées vivantes, au gallinacé émasculé, mais que nous contemplerions un arbre mort, privé de ses racines vitales à coups de hache. Tout ça pour commémorer la naissance d'un homme mort à trente-trois ans dans d'atroces supplices.

Papa réussit après bien des recherches à mettre la main sur la rallonge nécessaire à la guirlande électrique tandis que ma mère achevait de disposer les verres cristal Arcoroc. Sur les coups de 20h, 20h10 peut-être, tout était donc fin prêt pour que nous puissions nous forcer à être heureux."
(p. 155 - et joyeux Noël !)
avatar
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cohen-Grillet, Philippe] Haut et court

Message par alexielle63 le Ven 16 Nov 2012 - 12:47

Sujets fusionnés : merci de revoter, Adtraviata Wink
avatar
alexielle63
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6761
Age : 35
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Prépa de concours
Genre littéraire préféré : fantasy, policiers, romans, enfin bref, tout ce qui se lit!
Date d'inscription : 25/05/2009

http://lecturesdalexielle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cohen-Grillet, Philippe] Haut et court

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum