Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

20% 20% 
[ 2 ]
40% 40% 
[ 4 ]
40% 40% 
[ 4 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 10

[Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par Cassiopée le Mar 28 Aoû 2012 - 21:22



Titre: Prince d’orchestre
Auteur: Metin Arditi
Éditions: Actes Sud (22 Août 2012)
Nombre de pages: 385


Quatrième de couverture
:

Alors que chaque concert lui vaut un triomphe et qu'il se trouve au sommet de sa gloire, le chef d'orchestre Alexis Kandilis commet une indélicatesse dont les conséquences pourraient être irrémédiables. Sa réputation est ébranlée. Aux déceptions et revers qui s'ensuivent il oppose la certitude de son destin d'exception. Mais les blessures les plus anciennes se rappellent à son souvenir. L'insidieux leitmotiv des Kindertotenlieder, Les chants des enfants morts, de Gustav Mahler lui chuchote sans répit le secret qu'il voudrait oublier.

Mon avis:

C’est avec une courte «note d’intention» que Metin Arditi ouvre son roman.
Une introduction qui déjà renvoie le lecteur à sa propre vie et à ces racines de l’enfance, partie prenante de notre passé, qui influencent le présent.

Cet opus nous relate la lente descente aux enfers d’un chef d’orchestre connu, adulé, admiré, célébré, encensé, un de ces hommes dont on dit «il a tout pour être heureux»….
Tout? Mais qu’en est-il des blessures de l’âme? De ces plaies plus ou moins vives que nous portons en nous?….

«Capricieux exigeant comme un homme amoureux qui exploite l’amour d’une femme en pensant qu’elle lui sera toujours soumise au point de tout accepter quoiqu’il fasse. »

Il la domine, il pense qu’elle lui est soumise mais la musique est exigeante, elle demande beaucoup, elle est une maîtresse difficile.
Pendants des années, elle lui apporte le bonheur, celui qu’on savoure les yeux fermés, celui dont on se délecte, celui qu’on garde au creux de soi…..
Et puis, un jour, le grain de sable ….

«Il avait été aimé de la musique qui lui avait tout donné, jusqu’à son intimité mais il n’avait pas imaginé qu’elle pouvait attendre quelque chose en retour…. »


Tout s’enraie, l’homme est déstabilisé, perdu; ébranlé… La musique va-t-elle le trahir, l’entraîner plus bas que terre? Le réveil de son passé, qu’il croyait avoir enfoui, oublié est douloureux …..

L’écriture de Metin Arditi est délicieuse, remplie de délicatesse, fouillant l’homme (au sens large) jusqu’aux tréfonds de l’âme…..
On ne lit pas une étude psychologique, on accompagne un être humain dans ses tourments, ses regrets, ses errances …. Jusqu’à avoir mal avec lui, pour lui, essayant d’imaginer comment lui tendre la main, tant il est présent en nous, tant il nous semble vivant ….

Si ce personnage est un virtuose de la musique, Monsieur Arditi est celui de l’écriture ….
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8802
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par Sharon le Mar 28 Aoû 2012 - 21:49

Merci pour cet avis Cassiopée.
J'ai beaucoup apprécié son précédent roman, j'ai très envie de découvrir celui-ci.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7213
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par Astazie le Mer 29 Aoû 2012 - 0:32

Merci Cassiopée pour cette critique.
J'ai aimé un de ses romans, et je souhaite continuer de découvrir ses livres.
avatar
Astazie
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1748
Age : 62
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : lectures et autres !
Genre littéraire préféré : Lectures diverses
Date d'inscription : 23/01/2010

https://livresdunjourblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par lalyre le Sam 1 Sep 2012 - 19:36



Mon avis.
Un livre intéressant sur le thème de la musique, on suit la descente aux enfers de Alexis Kandilis, un chef d’orchestre adulé dans le monde entier. Mais tout s’écroule lorsqu’il fait une remarque malheureuse à un percussionniste. Mais bien avant cet incident, je trouvais l’homme arrogant, trop imbu de sa personne, très séduisant et cependant un grand virtuose de la musique, il pouvait déclarer à chaque occasion que c’était lui le meilleur, toujours de l’orgueil chez cet homme, cependant tout au long du roman on ressent son besoin d’être aimé alors qu’il avait tout pour être heureux. Hélas, lorsque tout s’enraie, il est perdu, et déstabilisé, des souvenirs d’enfance le troublent, pour lui c’est la chute lente et irrémédiable dans le monde du jeu, il s’y perd un peu plus. Certains vont essayer de le sortir de cette spirale infernale dont deux femmes lesbiennes qui l’hébergent chez elles et pendant quelques dizaines de pages, je me suis sentie mal à l’aise, d’autant que j’avais lu le prologue (ce que je déconseille) car on devine dans les 50 dernières pages comment l’histoire va se terminer, dommage car la construction du roman est bien faite, j’aime beaucoup l’écriture de Metin Arditi toute de délicatesse et de tragédie. Une réflexion me reste, la musique va-t-elle le trahir ? Le faire tomber plus bas encore ? Il est certain bien qu’ayant quelques réticences, j’ai beaucoup apprécié ce roman écrit comme une partition délicate et délicieuse…. 4,5/5
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5688
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par jostein le Dim 9 Sep 2012 - 16:05

Trop facile de se laisser prendre par le succès, comme par une première fois où l'on gagne à la roulette. Alexis Kandilis est le chef d'orchestre le plus célèbre du moment et il attend la reconnaissance suprême, celle d'être choisi pour le B16, orchestrer 16 œuvres de Beethoven.
" Les chefs d'orchestre sont narcissiques, ce qui est normal. Susceptibles, ce qui est acceptable. Et bien sûr irritables, ce qui est logique. Mais la façon de laquelle maestro Kandilis traite les musiciens d'orchestre nous oblige à user d'autres mots. Le mépris et la dureté, par exemple."
Alexis aurait du comprendre que son tel besoin d'être aimé passe avant tout par le respect et l'amour des autres.
L'auteur construit son récit en plusieurs parties. Tout d'abord, l'expression du succès fait exploser la vanité du chef d'orchestre adulé. Mais les blessures de jeunesse refoulées trop longtemps se faufilent rapidement et insidieusement. Puis, la chance tourne, le destin n'est pas toujours bénéfique. À trop vouloir, le maestro s'enferre de plus en plus dans la solitude, dans la folie. Il ne comprend plus les messages d'amour, peut-être faux de ses amis.
J'ai été complètement happée dans cette descente aux enfers, parfois apitoyée, parfois choquée par le comportement d'Alexis. Le style de l'auteur colle parfaitement à l'intensité des émotions du narrateur.
Je n'ai pas vraiment compris l'intérêt de l'histoire de Menahem et de son fils si ce n'est de prouver la force du destin et l'intérêt de la sagesse et de l'humilité. Mais cette intervention ne semble avoir aucun impact sur la vie d'Alexis.
Metin Arditi livre ici un récit à la fois fort et émouvant, celui d'une destinée implacable.
avatar
jostein
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 544
Age : 56
Localisation : Région centre
Emploi/loisirs : Lecture, jardinage
Genre littéraire préféré : auteurs contemporains
Date d'inscription : 21/02/2010

http://www.surlaroutedejostein.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par LOUBHI 49 le Dim 9 Sep 2012 - 16:59

Avis et commentaires :

Voilà un des auteurs que j'avais hâte de retrouver après avoir adoré "La Fille des Louganis" et "Le Turquetto". Là aussi aucune déception, ce fut un nouveau régal de lecture autour d'un thème pouvant paraître ardu présenté à des non initiés, celui de la musique classique et de ses grands chefs d'orchestre.

L'âme et le souffle dédiés à la peinture dans "Le Turquetto" irradient à nouveau ce voyage dans l'âme tourmentée d'un compositieur contrarié, devenu contre son gré intialement "le chef d'orchestre" reconnu et célébré internationalement. Comment chuter de son piedéstal en un temps record, en fait entre Avril et Décembre 1997, c'est la démonstration que va nous faire avec brio Metin Arditi.

Pourtant tout souriait à Alexis Kandilis au moment du début de ce roman, chef d'orchestre de très grand talent, millionnaire que toutes les scènes du monde comme les orchestres s'arrachent, il ne manquait, à ses yeux, pour couronner sa gloire et lui assurer une postérité historiqueque l'enregistrement de l'intégralité des oeuvres de Beethoven, le B 16 pour les initiés. Tout cela c'était encore le cas s'il n'y avait une blessure d'enfance jamais guérie, tout juste oubliée, qui ressurgit lors d'un de ses concerts par l'apparition d'un témoin de son passé et de son enfance et cela va alors définitivement provoquer une descente aux enfers et une issue tragiique et sanglante.

Une vanité et un orgueil démesuré mais surtout le doute s'immiscant dans la vie d'Alexis, mal marié, sous l'emprise d'une mère ayant contrarier sa vocation de compositeur qui, pour elle et les sacrifices qu'elle lui avait consenti était synonyme de misère, il va vouloir se faire reconnaître par un cercle de joueurs et joueuse de poker et milliardaires en tant qu'individu de même classe ne recueillant que mépris et pertes de jeu colossales (diaboliques Jeffrey Parernoster et Anne de Ferretti en maitresse malmenée).

En ajoutant à cela, une énième série de reproche à un des musiciens qu'il dirige, Alexis va connaître la vengeance musicale des pairs de ce musicien lors d'une représentation, le déstabilisant totalement et ainsi ruinant toute une carrière. Les derniers amis et amies du maître ont beau encore lui tendre la main pour qu'il se reprenne, son orgueil, démesuré, le fait que sa maison de production musicale choisisse finalement un des ces concurrents pour le B 16 et une définitve emprise et addiction aux jeux d'argent du casino précipiteront définitvement cet homme à terre.

En plus de l'histoire de sa chute ce sont le monde de la musique classique, une certaine initiation musicale du lecteur de l'intérieur, le monde cruel de la concurrence entre les chefs d'orchestre, les relations parfois tendues entre les musiciens et leurs chefs, la dynamique de l'art musical qui nous sont ici, un peu découverts.

La scène finale est tout simplement majestueuse.

Pari à nouveau réussi par Metin Arditi.

_________________
Lectures en cours :

- "Pauca Mea " de Victor Hugo.
- "Hiver à Sokcho" d'Elisa Shua Dusapin.
- " Les Mains Lachées" d'Anaïs Llobet.
- "Marguerite" de Jacky Durand".

La pensée du moment :

"Les Hommes sont malheureux parce qu'ils ne réalisent pas les rêves qu'ils ont" Jacques Brel.
avatar
LOUBHI 49
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 2205
Age : 51
Localisation : Angers
Emploi/loisirs : Commercial Régional
Genre littéraire préféré : Historique / Roman Français/Littérature Classique
Date d'inscription : 09/01/2010

http://www.passiondelecteur.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par lalyre le Dim 9 Sep 2012 - 18:53

Jostein et Loubhi, je suis ravie que vous ayez aimé ce livre flower
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5688
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par chocolette le Dim 9 Sep 2012 - 23:36

Toutes vos critiques sont très belles, merci!
Bien évidemment je le note. Very Happy
avatar
chocolette
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3784
Age : 66
Localisation : Hainaut.Belgique.
Emploi/loisirs : lecture,promenade,cinéma,mots fléchés.
Genre littéraire préféré : Policier et un peu de tout...pas de SF!
Date d'inscription : 13/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par adtraviata le Jeu 27 Sep 2012 - 16:23

J'ai lu ce livre pour trois raisons : l'auteur, la musique, le thème du club de lecture de ce mois de septembre... et la Rentrée littéraire aussi (ça en fait quatre).

Et j'avoue que je suis assez perplexe... Ce roman est une sorte de petit coup de poing qui a remué bien des idées que je me fais sur la musique classique et ses interprètes... mais je ne suis pas sûre de vouloir me laisser bouleverser...

Roman coup de poing, d'abord parce que le héros est proprement imbuvable du début à la fin : cet Alexis Kandilis, égocentrique, narcissique, porté aux nues par une mère qui cherchait la gloire plutôt que le véritable épanouissement de son enfant, ce chef d'orchestre au sommet de la gloire, mais dont le comportement et les valeurs profondes ne sont pas à la hauteur de la musique qu'il sert (il croit plutôt qu'il peut tout asservir à lui, même la musique), cet homme qui repousse ses ombres va vivre une vertigineuse descente aux enfers dont il est personnellement responsable. Même si les fantômes de l'enfance expliquent en grande partie cette dégringolade...

Les gens qui l'accompagnent malgré tout jusqu'au bout ne pourront pas arrêter la folie auto-destructrice de cet homme. En cela la quatrième de couverture nous laisse espérer une rédemption qui n'arrivera jamais, ou si peu... Dans l'enfer, j'ai été très touchée par la bulle de grâce où Alexis joue les Kindertotenlieder dans une chambre d'hôpital...

Metin Arditi a construit son roman comme une spirale où est aspiré Alexis, et cette spirale nous attire, nous fascine, j'ai tourné les pages et dévoré ce livre, oh oui... Intérêt pour le métier de grand chef d'orchestre, passion pour la musique classique, admiration devant la mise en place diabolique d l'auteur, fascination, et aussi dégoût, sentiment de gâchis, de vanité devant cette histoire... La quatrième de couverture nous parle d'amis qui restent jusqu'au bout... s'il y a de la confiance apparemment inébranlable chez eux, quel aveuglement aussi, quelle naïveté, qui font que finalement cet homme ne s'en sortira pas, son destin semble être irréversible...

J'ai refermé le livre en me demandant où était l'intérêt de raconter aussi longuement la vie d'Alexis avec Tatiana et Pavlina... (j'ai compris qu'elles continuent à donner à Alexis l'impression qu'il peut être aimé sans rien donner en retour et contribuent ainsi à renforcer sa folie, mais pourquoi traîner cette partie en longueur...) et en étant remuée dans mes conceptions de la musique classique et de ses interprètes... Certes, c'est un monde où il y a peu de place, sans doute y a-t-il de la concurrence, de l'ambition, des personnalités complexes et difficiles à vivre... certes il y a eu des histoires malheureuses de solistes abîmés par l'alcool, par exemple, comme Christian Ferras, mais ce personnage odieux d'Alexis Kandilis (et avec lui les distingués membres de son club de poker) cristallise toues les forces les plus malines à l'oeuvre en l'humain. Et c'était un fameux coup de poing.

Prince d'orchestre est un roman sur la musique, sur la création artistique, sur la manière dont nous traversons les épreuves de la vie, sur nos réponses aux hasards de l'existence... Face à des personnages perdus, imbus d'eux-mêmes, j'ai vraiment aimé l'élégance de Menahem Keller, son impuissance assumée, la politesse de son désespoir... le seul point de lumière auquel s'arrimer dans ce roman... et qu'Alexis comprendra à peine.

Je ne sais si j'ai aimé ce livre : je suis admirative devant le travail de l'écrivain mais le sujet m'a vraiment heurtée. Et oserais-je l'avouer ? Si le roman est grandiose, je trouve la couleur de couverture un peu kitsch...

Une dernière réflexion par rapport à la musique qui parcourt ce roman : Alexis est obsédé par le projet d'enregistrement des oeuvres majeures de Beethoven, notamment les neuf symphonies. Il y a à la fois un tel décalage entre son ambition dévastatrice et la luminosité de l'Ode à la joie, final de la Neuvième, et une telle adéquation notre ce héros d'origine grecque et le célèbre début de la Cinquième, "le Destin" qui frappe, qui se rappelle à nous de façon obsédante... Et Alexis est hanté aussi par les Kindertotenlieder, mélodie qui fera remonter les souvenirs bien cachés : Mahler a écrit cette musique sur des poèmes de Rückert après avoir perdu sa fille cadette ; c'est aussi un homme qui a renoncé à ses origines juives et s'est converti au christianisme pour pouvoir satisfaire son ambition de devenir directeur de l'Opéra de Vienne ; ce faisant, il a carrément tourné le dos aux sollicitations des militants juifs (comme Theodore Herzl) qui réclamaient déjà à l'époque la création d'un état juif. J'ai appris cette dernière anecdote il y a peu sur Radio classique, et je trouve des similitudes troublantes entre l'histoire du compositeur et celle d'Alexis Kandilis, personnage de papier...

Une citation assez significative du roman :

"Depuis trente-cinq ans qu'il faisait ce métier, Ted avait appris à connaître les chefs. Tous, à des degrés divers, étaient difficiles. Mais tous aimaient la musique. Ils étaient portés par elle, nourris d'elle. Ils vivaient à travers elle. Les grands plus encore que les autres. Sans doute même était-ce là ce qui faisait leur marque : la vénération qu'ils avaient devant la grande musique.

Alexis n'était pas dans ce cas. Lui avait été aimé de la musique, plus sans doute qu'elle n'avait jamais aimé personne. Elle s'était offerte à lui dans toute son intimité. Il n'avait eu qu'à tendre la main pour connaître d'elle le mystère de chaque instant. Le secret de chacun de ses replis intimes. Mais dans sa frénésie de gloire, il n'avait pas imaginé qu'elle pouvait attendre de lui quelque chose en retour. Il s'était comporté avec elle comme un homme qui exploite l'amour d'une femme sans vergogne, tant il est persuadé qu'elle lui restera attachée toujours et quoi qu'il fasse, au point de tout accepter. Jusqu'à ce qu'un jour elle se dise que la plaisanterie a assez duré et le quitte."
(p. 164)
avatar
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par Yunali le Dim 25 Nov 2012 - 19:59


Mon avis:
Comment un homme peut-il passer du statut de quelqu’un de talentueux, reconnu, à celui d’un quasi-paria ?

C’est l’histoire que nous propose de suivre Metin ARDITI : en nous faisant rencontrer Alexis Kandilis alors qu’il est au sommet de sa gloire et qu’il donne une représentation exceptionnelle, nous rencontrons un homme ambitieux, qui sait qu’il a du talent, et qui se croit tout permis.
Depuis tout petit Alexis est promis à la gloire, avec son talent de pianiste il voulait devenir compositeur, mais sa mère voulait quelque chose de plus grand, et elle l’a fait devenir chef d’orchestre.

Il a cependant des côtés plus sombres, et il est tourmenté par Le chant des enfants morts de Gustave Malher.

Alexis se révèle très vite être quelqu’un de désagréable…
Je me demandais d’ailleurs si j’aillais continuer à lire, je me demandais si j’allais pouvoir supporter Alexis… Mais en même temps j’étais curieuse, et j’étais emportée par la plume de l’auteur et aussi par les références musicales qui donnent un vrai rythme à l’histoire.

C’est par une remarque déplacée à l’encontre d’un membre de l’orchestre qu’il dirige que va commencer une lente descente aux enfers pour Alexis.
Sur le coup je me suis dit que c’était bien fait pour lui. Toute chose entraîne à moment donné un retour de bâton bien mérité.
Cependant je me suis mis à le plaindre, sincèrement, je me demandais comment quelqu’un pouvait en arriver là où il en arrive… C’est une déchéance totale.

On voit qu’il pourrait être aidé, on notera Sacha et Menahem, mais il refuse toute intervention, ou peut-être qu’il ne se rend pas bien compte à quel point certaines personnes pourraient le soutenir.

La fin de l’histoire s’annonce petit à petit au fil des pages, et vu le « prologue » on la devine aisément, il n’y a pas de réelle surprise de ce côté-là.

En tous cas j’ai été enchantée par la découverte de cet auteur, j’ai vraiment adoré son style, et j’ai été plongée dans son univers dès le début.
Je lirai avec plaisir d’autres de ses œuvres !

Ma note: 4 /5 Very Happy
avatar
Yunali
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1170
Age : 33
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 18/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par Le motard le Mar 19 Fév 2013 - 10:07

Découverte à mon tour de cet écrivain et je dois l'avouer belle surprise. Je ne rajouterais rien aux superbes critiques déjà écrites et qui résument bien l'atmosphère de ce roman et la descente aux enfers de cet homme qui s'aimait plus que la musique et qui croyait pouvoir maîtriser son destin. Tous les personnages ont une épaisseur et c'est là que l'on reconnaît un bon écrivain. Je vais m'empresser de lire d'autres roman de cet auteur, je suis vraiment séduit.

Le motard
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Masculin
Nombre de messages : 252
Age : 60
Localisation : 92
Emploi/loisirs : aquarelle, moto, sport
Genre littéraire préféré : roman, policiers, BD
Date d'inscription : 02/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par petitepom le Mer 27 Mar 2013 - 10:56

C'est un livre qui se lit assez vite, malgrè que l'on soit dans un l'univers musical ; les chapitres qui décrient les concerts, dirigés par le maitre ne sont pas rébarbatifs pour la novice que je suis, en la matière, ils m'ont laissé des moments d'incompréhension, mais cela ne gène pas.
Quand le maitre dirige son orchestre, on lit des passages plus techniques mais ils sont peu nombreux ; car très vite, Alexis paye pour son orgueil et sa carrière dégringole aussi vite, qu'il est devenu un prince d'orchestre.
Malgré ses épreuves, il restera un homme fier et odieux ; le lecteur est, à la fois outré et heureux de son malheur.
J'ai bien aimé cette lecteur qui parle du hazard de la vie, et de sa justice ; la fin apporte un moment de bonheur et une morale réconfortante.
avatar
petitepom
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 687
Localisation : Corrèze
Date d'inscription : 22/08/2010

http://petitepom.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par creuse le Jeu 2 Oct 2014 - 19:37

Roman qui m'a été offert alors que je ne connaissais pas cet auteur. Quel choc, que cette lecture !

Difficile de rajouter un avis à ceux déjà émis.

On entre tout de suite dans le vif du sujet : homme adulé, certain de sa supériorité qui en oublie la seule vérité, nous  dépendons les uns des autres.

Les musiciens qu'il dirige, après une insulte de trop à un des leurs, vont se venger lors d'un concert de façon magistrale au point de le déstabiliser et entraîner  ce personnage égoïste, méprisant dans une spirale sans fin.

Je note "apprécié" pour ce roman
avatar
creuse
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2419
Age : 68
Localisation : berry
Genre littéraire préféré : Classiques ,Romans historiques, régionaux, contemporains ,littérature de jeunesse
Date d'inscription : 15/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] Prince d'orchestre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum