Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Anonyme] Une femme à Berlin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avez vous aimé ce livre?

50% 50% 
[ 1 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Anonyme] Une femme à Berlin

Message par polarfan le Dim 02 Sep 2012, 14:27

Une femme à Berlin
Anonyme
Édition folio (7 euros)
380 pages
Témoignage



Résumé folio

La jeune Berlinoise qui a rédigé ce journal, du 20 avril 1945 - les Soviétiques sont aux portes - jusqu'au 22 juin, a voulu rester anonyme, lors de la première publication du livre en 1951, et après. A la lecture de son témoignage, on comprend pourquoi. Sur un ton d'objectivité presque froide, ou alors sarcastique, toujours précis, parfois poignant, parfois comique, c'est la vie quotidienne dans un immeuble quasi en ruine, habité par des femmes de tout âge, des hommes qui se cachent : vie misérable, dans la peur, le froid, la saleté et la faim, scandée par les bombardements d'abord, sous une occupation brutale ensuite. S'ajoutent alors les viols, la honte, la banalisation de l'effroi. C'est la véracité sans fard et sans phases qui fait la valeur de ce récit terrible, c'est aussi la lucidité du regard porté sur un Berlin tétanisé par la défaite. Et la plume de l'auteur anonyme rend admirablement ce mélange de dignité, de cynisme et d'humour qui lui a permis, sans doute, de survivre.

Mon avis

Un témoignage éclairant sur la vie à Berlin lors de la prise de la ville par les Russes en avril 1945.
Il faut tout d’abord préciser que ce journal fut tenu par une Berlinoise d’une trentaine d’années, journaliste de profession qui avait durant l’entre deux guerres effectué beaucoup de voyages à travers l’Europe. Tout cela, on le sait en lisant son témoignage. Après, j’ai vu sur Wikipédia qu’on aurait identifié « l’anonyme ». Mais je m’en tiendrai à ce qu’on peut découvrir dans le journal.
La lecture est tout d’abord très instructive, car elle relate le quotidien des civils (4 millions de Berlinois restants, malgré les nombreuses évacuations) pris dans l’enfer de Berlin assiégé puis occupé par les Russes. La quête de la nourriture qui tourne à l’obsession et fait oublier toute morale au profit de l’égoïsme le plus primaire (et le plus commun, malheureusement), la cohabitation avec les vainqueurs, le chaos total qui saisit les institutions officielles (politique, administration, information), tout cela est froidement exposé, presque disséqué avec cynisme et rigueur (et parfois humour) par la narratrice. Les viols, répétés, quotidiens, subis par la jeune femme, entraînent ce que l'éditeur nomme « la banalisation de l’effroi », à savoir le gel de toute émotion chez l’auteure, ce qui rend encore plus poignante (et atroce) la lecture de ces scènes horribles pudiquement racontées certes, mais dont le ton dérange. La révolte habite le personnage qui a vécu ces "rapports forcés", mais semble avoir déserté le même personnage quand il les relate quelques heures plus tard, choqué et hébété.
Ce gel des sentiments gagne le lecteur, qui voit défiler des images de ville en ruines et de comportements indignes des occupants et des occupés avec non pas indifférence, mais détachement. La sensation est très dérangeante, peut être à rapprocher de celle ressentie à la lecture de Si c’est un homme (pas le même sujet, mais un ton approchant).
Les réflexions de l’auteur sur elle-même, sur le comportement de ses semblables ; ses analyses de la défaite allemande et de la responsabilité de chacun émaillent le texte, empreintes d’une certaine autodérision qui oscille entre amertume et fatalisme.

Une lecture marquante donc, enrichissante du point de vue historique et poussant à la réflexion du point de vue humain.
A noter que certains remettent en cause l’authenticité de l’ouvrage (l’histoire du manuscrit, publié une première fois en 1953 en anglais, et seulement plus tard dans sa langue originale, rejeté par un lectorat peu enclin aux souvenirs de cette période traumatisante trop récente, perdu puis ressorti au début du XXIème siècle à la mort de l’ anonyme, est en effet mouvementée). Pour ma part, je n’ ai aucun moyen d’en juger, et ce n’est pas en me fondant sur des rumeurs que je vais me faire une opinion.


Dernière édition par alexielle63 le Lun 03 Sep 2012, 11:40, édité 3 fois (Raison : sondage)
avatar
polarfan
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Masculin
Nombre de messages : 671
Age : 22
Localisation : banlieue parisienne
Emploi/loisirs : étudiant; aime la lecture, le tennis, les sorties entre amis
Genre littéraire préféré : classiques, fantasy, romans, policiers : de tout
Date d'inscription : 18/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Anonyme] Une femme à Berlin

Message par Aliénor le Dim 13 Aoû 2017, 12:16

J'ai beaucoup aimé ce livre que j'ai trouvé très instructif. Il nous donne une idée précise de ce qu'ont vécu les Berlinois (et plus particulièrement les Berlinoises) en 1945. Je n'avais jamais appréhendé la seconde guerre mondiale du point de vue des civils allemands.
avatar
Aliénor
Nouveau membre
Nouveau membre

Féminin
Nombre de messages : 8
Age : 30
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 12/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum