Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

50% 50% 
[ 2 ]
25% 25% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
25% 25% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 4

[Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Message par zazy le Lun 3 Sep 2012 - 16:32


Le vase où meurt cette verveine
Frédérique Martin
Editions Belfond
220 pages
ISBN : 9782714452320


4ème de couverture :
Parce que leurs enfants ne peuvent les héberger ensemble lorsque Zika doit aller se faire soigner le cœur, Joseph et elle se retrouvent séparés après plus de cinquante-six années de vie commune. Lui est accueilli chez leur fils Gauthier à Montfort, elle chez leur fille Isabelle à Paris. Commence alors entre eux une relation épistolaire qui voit s’éloigner la perspective de leurs retrouvailles et se déliter leur univers. En se rebellant contre cette séparation forcée, Zika et Joseph découvrent la face cachée de leurs enfants et leurs propres zones d’ombre. Jusqu’au drame final, où ils devront affronter le désastre humain qu’ils ont engendré.

===================
Le vase où meurt cette verveine, – D’un coup d’éventail fut fêlé. – Le coup dut l’effleurer à peine: – Aucun bruit ne l’a révélé. – … – Personne ne s’en doute; – N’y touchez pas, il est brisé.
Ces quelques vers de Sully Prudhomme sont une belle métaphore pour ce livre.

Il a suffi de la fissure que représente la maladie de Zica et son besoin d’un spécialiste pour que le couple soit séparé pour un temps beaucoup trop long pour eux. L’échange épistolaire entre les deux parents-amants montre la force de leur amour, un amour sans partage, charnel, fusionnel qui perdure.
Seulement, il a créé une paroi de verre où les doigts de leur fille Isabelle n’ont pu s’accrocher, elle n’a jamais trouvé sa place pour se blottir bien au chaud. Bien sûr, ils l’ont aimée, choyée, élevée…. Mais Isabelle n’a jamais trouvé la faille pour s’y accrocher.

Dans leurs correspondances il n’y a de la place que pour leur amour, leurs enfants deviennent des gêneurs. L’amour, la haine vont finir par cohabiter dans le cœur de Zica « L'humiliation, tant qu’on ne l’a pas connue, on ne sait pas de quoi il retourne. Mais quand on l’a prise de face, mon ami, on ne peut l’oublier. Pendant un instant, tout s’est arrêté et j’ai su que je haïssais quelqu’un pour la première fois. Cette femme devant moi, n’était plus ma fille. Il y a eu la gifle et il y a eu la déflagration qu’elle a causée en moi. Oui, ça dévaste tout, l’humiliation, ça brûle, ça corrompt, c’est de l’acide pur. » Isabelle, pleine de rancœur, ne réussira jamais à garder sa Mère pour elle. Pourtant, c’était un bon plan de les séparer et de profiter de Sa présence, de lui prouver son amour.

Joseph, lui, peut retrouver des forces en se tournant vers ses petits-enfants qui l’adorent sans lui poser de questions. Les grands-parents sont souvent le réceptacle des petits secrets de leurs petits-enfants et sont un lien solide et sûr où ils peuvent s’ancrer de temps à autre.

Frédérique Martin, à travers ces lettres échangées nous parle également de la grande épreuve, pour les parents, de se retrouver à charge et pour les enfants, de devenir les parents de leurs parents. « Nous sommes un poids, voilà le message qu’il nous délivre, ma chère Zika ». Cette difficulté qu’ont nos parents de quitter leur univers où il y a tous leurs souvenirs, leurs chères habitudes et, surtout, le plaisir de vieillir à deux…. « Notre maison s’est gravée tout entière dans mon corps. Il me suffit de fermer les yeux, de tendre mes mains sur le vide, pour redécouvrir la rudesse d’un mur, l’angle d’une porte, et le contact de mes pieds nus sur le sol. »
« Je me suis senti ferme et puissant sur mes jarrets, campé avec fierté, les mains carrées, rien ne m’était impossible et ta présence continuelle, le fil ininterrompu des jours et des saisons m’ont confirmé dans mon euphorie de seigneur. Et voilà que le poids de ma bêtise me rattrape. Mes muscles ont fondu dans les années, je n’ai plus que ma lucidité de vieillard pour affronter la réalité ».

Frédérique Martin aborde, par le biais de ces échanges épistolaires, le douloureux problème de la vieillesse, de la dépendance, de l’éloignement des enfants, de l’amour chez nos aînés, sans oublier le pardon et l’acceptation que nos enfants soient différents de nous et de nos chers désirs. L’auteure ne prend pas de gants et nous estomaque de temps à autre. La jalousie y est destructrice, la passion dévorante. A la fois doux et brutal, ce n’est pas un livre anodin.
Je remercie vivement Entrée Livre et les Editions Belfond pour ce partenariat doublé d’une très belle découverte. Un coup de cœur !

Quelques extraits :
Les murs ont des échos de stupeur devant ton absence. Malgré l’édredon que tu as sorti, le sommeil s’est refusé dans notre lit vide. Je ne sais ni dormir ni me réveiller sans toi, chère Zika. C’est ainsi.
Ce qui nous arrive, nous l’avons parfois envisagé, mais jamais que nous serions séparés pour l’affronter. Et moi, mon ami, je découvre qu’il y a une vie hors de ta présence sans savoir comment demeurer dans ce monde-là. J’aurais plus pleuré en quelques heures sans toi que durant ces années passées en ta compagnie. Je ne devrais pas t’en parler et te tourmenter ainsi. Mais je suis tellement perdue.
Tu n’es pas capable d’aimer plusieurs personnes à la fois. Il n’y en avait que pour papa. « Votre père par-ci, votre père par-là. On attend votre père, on demandera à votre père… » Tu ne pouvais pas penser par toi-même, un peu ? Gauthier, c’était ton petit papa, tandis que moi, j’étais ta petite rivale. A cause de toi, je n’ai jamais su me faire aimer, je n’ai jamais trouvé ma place.
De vifs reproches, de grosses larmes, une rage enfantine. Mon Dieu qu’elle était laide ! Elle me poursuivait dans l’appartement pour me forcer à l’écouter.

avatar
zazy
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1926
Age : 68
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : lecture, broderie, sport
Genre littéraire préféré : A peu près tout sauf la S.F.
Date d'inscription : 05/04/2010

http://zazymut.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Message par Sharon le Lun 3 Sep 2012 - 21:45

Merci pour cet avis Zazy.
J'ai très envie de découvrir ce livre.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7357
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Message par zazy le Lun 3 Sep 2012 - 21:59

C'est vraiment un livre sans guimauve
avatar
zazy
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1926
Age : 68
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : lecture, broderie, sport
Genre littéraire préféré : A peu près tout sauf la S.F.
Date d'inscription : 05/04/2010

http://zazymut.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Message par alexielle63 le Mar 4 Sep 2012 - 12:28

Rien que les extraits sont très touchants ! Je note, merci Zazy !
avatar
alexielle63
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6761
Age : 35
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Prépa de concours
Genre littéraire préféré : fantasy, policiers, romans, enfin bref, tout ce qui se lit!
Date d'inscription : 25/05/2009

http://lecturesdalexielle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Message par zazy le Mar 4 Sep 2012 - 14:57

Y're welcome
avatar
zazy
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1926
Age : 68
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : lecture, broderie, sport
Genre littéraire préféré : A peu près tout sauf la S.F.
Date d'inscription : 05/04/2010

http://zazymut.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Message par jostein le Dim 9 Sep 2012 - 16:02

Mon avis :
Le vase où meurt cette verveine est un livre poignant, composé d'échanges de lettres entre Joseph et Zika, des époux septuagénaires séparés momentanément pour des problèmes de santé. Ils abandonnent leur domicile. Zika va à Paris chez sa fille, à proximité des hôpitaux et Joseph chez son fils.
Toute une vie et un amour profond s'échangent au fil des courriers. Il est touchant de voir ces deux personnes âgées amoureux comme au premier jour, et l'on comprend tout ce que représente le conjoint à la fin d'une vie.
Ce livre est empli d'émotions et j'avoue que je me suis laissée submerger vers la fin du livre. Il y a bien sûr cet amour profond, mais il y a cette tendresse, ces pointes de jalousie entre les époux mais aussi cette amitié si touchante entre le grand-père et le fils de sa belle fille.
Puis, il y a les difficultés de la vie, le choix de vie des enfants qui ne correspond pas forcément aux attentes des parents. Et surtout le problème de la vieillesse, cette responsabilité qui s'inverse entre parents et enfants, le droit de vivre dignement ensemble.
L'auteur explore de nombreuses voies comme le pardon, l'acceptation de l'autre malgré ses actes, la responsabilité dans l'éducation familiale, la vieillesse, le couple.
Même si cette histoire paraît quelquefois irréelle (un amour si fort entre de personnes âgées et des propos étonnants envers les enfants), elle aborde des sujets essentiels par le biais d'une histoire de famille étonnante mais bien construite.
avatar
jostein
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 544
Age : 57
Localisation : Région centre
Emploi/loisirs : Lecture, jardinage
Genre littéraire préféré : auteurs contemporains
Date d'inscription : 21/02/2010

http://www.surlaroutedejostein.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Message par lou40 le Lun 10 Sep 2012 - 10:17

Noté !
Il a l'air émouvant ce livre...
avatar
lou40
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1859
Age : 44
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 03/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Message par lili78 le Mar 11 Sep 2012 - 17:58

Le titre est très beau, et le contenu a l'air très émouvant.
Je le rajoute à ma longue, si longue liste de livres à lire, merci !
Very Happy
avatar
lili78
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2236
Age : 45
Localisation : chez moi
Emploi/loisirs : Bibliothécaire / lecture, cuisine, jardinage, balades
Genre littéraire préféré : un peu de tout suivant mes humeurs
Date d'inscription : 14/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Message par zazy le Lun 17 Sep 2012 - 22:09

un beau livre
avatar
zazy
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1926
Age : 68
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : lecture, broderie, sport
Genre littéraire préféré : A peu près tout sauf la S.F.
Date d'inscription : 05/04/2010

http://zazymut.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Message par Capsule le Jeu 20 Mar 2014 - 15:18

Jostein a écrit:Mon avis :
Le vase où meurt cette verveine est un livre poignant, composé d'échanges de lettres entre Joseph et Zika, des époux septuagénaires séparés momentanément pour des problèmes de santé. Ils abandonnent leur domicile. Zika va à Paris chez sa fille, à proximité des hôpitaux et Joseph chez son fils.
Toute une vie et un amour profond s'échangent au fil des courriers. Il est touchant de voir ces deux personnes âgées amoureux comme au premier jour, et l'on comprend tout ce que représente le conjoint à la fin d'une vie.
Ce livre est empli d'émotions et j'avoue que je me suis laissée submerger vers la fin du livre. Il y a bien sûr cet amour profond, mais il y a cette tendresse, ces pointes de jalousie entre les époux mais aussi cette amitié si touchante entre le grand-père et le fils de sa belle fille.
Puis, il y a les difficultés de la vie, le choix de vie des enfants qui ne correspond pas forcément aux attentes des parents. Et surtout le problème de la vieillesse, cette responsabilité qui s'inverse entre parents et enfants, le droit de vivre dignement ensemble.
L'auteur explore de nombreuses voies comme le pardon, l'acceptation de l'autre malgré ses actes, la responsabilité dans l'éducation familiale, la vieillesse, le couple.
Même si cette histoire paraît quelquefois irréelle (un amour si fort entre de personnes âgées et des propos étonnants envers les enfants), elle aborde des sujets essentiels par le biais d'une histoire de famille étonnante mais bien construite.

Lu dans le cadre du challenge lecture 2013/1024.

Je n'ai pas par habitude de me défausser en recopiant la critique d'un autre lecteur, mais là ... je n'ai rien à ajouter à ce que tu as dit, Jostein, ton avis reflète exactement le mien !

J'ai voté "beaucoup apprécié", parce que tant d'amour me parait un peu romancé, quand même ... mais je n'ai pas trouvé ce livre mièvre, loin de là, je me suis délectée dans le vocabulaire choisi, et puis, un roman épistolaire, pour raconter un drame pareil, c'était vraiment LA solution, je trouve ... j'ai passé un excellent moment de lecture avec les personnages ... je le recommande aux personnes soucieuses du bien être des autres ...
avatar
Capsule
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 467
Age : 50
Localisation : France
Genre littéraire préféré : Je suis ouverte à tous les styles, à petits pas vers les thrillers ...
Date d'inscription : 31/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Message par Saphyr le Sam 3 Mai 2014 - 20:54

Lu dans le cadre de mon Challenge Partage Lecture 2013-2014

Mon avis :

Eh bien je suis désolée mais je vais détonner dans le chœur de louanges de ce sujet : je n'ai pas du tout apprécié cette lecture, même si je l'ai bouclé en seulement quelques heures.

Certes, le livre aborde des sujets importantes : les relations familiales avec ses non-dits et ses difficultés, familles recomposées, névroses en tous genres, dépendance... Mais peut-être pose-t-il un peu trop de questions sans apporter de réel élément de réponse ? Je dis bien "élément de réponse" : je ne m'attendais pas à ce que l'auteur nous serve le sens de la vie sur un plateau mais tout de même, quelques indices pour montrer qu'elle a réfléchi à la question...
Certes, le livre est bien écrit mais, là encore, l'auteur en fait trop. Je suis loin de penser que l'éducation fait la culture ou l'intelligence mais il s'agit tout de même de la relation épistolaire d'un ouvrier agricole et d'une fille de ferme qui, à aucun moment du récit, ne se décrivent comme de grands férus de littérature ou de philosophie. Alors les "Tâchons de ne pas avoir mangé toute notre gaîté pour ne trouver que du pain noir dans notre besace" (j'ai ouvert au hasard, c'est comme ça d'un bout à l'autre), c'est très beau, j'admets, mais ça sonne atrocement faux. Sans verser dans le "j'te l'avais bien dit que je t'aimions bien la Fernande", on peut faire nettement plus sincère et spontané.
Je n'ai ressenti aucune tendresse pour les personnages, qui ne sont restés que cela à mes yeux : des personnages. Et comme le récit accumule un peu trop de revirements dramatiques pour être crédible, l'impression est demeurée.

En bref, une indéniable déception
Ma note : 3/10
avatar
Saphyr
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3910
Age : 38
Localisation : Amiens
Emploi/loisirs : Ingénieur
Genre littéraire préféré : Beaucoup de SF, pas mal de Fantastique et de Policiers... et un peu de tout le reste !
Date d'inscription : 06/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Message par louloute le Sam 3 Mai 2014 - 21:26

Merci Saphyr pour ta critique et aux autres, comme quoi le ressenti varie et c'est bien   Very Happy
avatar
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 10221
Age : 48
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Martin, Frédérique] Le vase où meurt cette verveine

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum