Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Christie, Agatha] Témoin muet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur Témoin muet

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Christie, Agatha] Témoin muet

Message par Sharon le Jeu 1 Nov 2012 - 14:05


Titre : Témoin muet.
Auteur : Agatha Christie
Editeur : Le masque.
Nombre de pages : 283.

Mon résumé :

Emily Arundell est victime d’un accident, chez elle. Elle a glissé dans l’escalier à cause de la balle de Bob, son chien. Le souci est qu’Emily Arundell se souvient très bien que Bob a passé la nuit dehors, ce n’était donc pas un accident. Elle se décide alors à écrire une lettre à Hercule Poirot.

Mon avis :

Je retrouve là un Agatha Christie plus classique, avec Hercule Poirot et son inséparable Hastings. Ce dernier revient d’Argentine, et va aider Hercule dans sa nouvelle enquête, tel un nouveau Watson (la comparaison est de lui, pas de moi). Comme dans le crime du golf, ils arrivent trop tard : Emily, dernière des soeurs Arundell vivante, est décédée de mort naturelle et a tout léguée à son insignifiante dame de compagnie Minnie Lawson.

Curieusement, je n’ai pas vraiment ressenti de compassion pour Emily. Vieille fille victorienne, elle pense que les garçons ont plus d’importance que les filles dans une famille et n’a aucune sympathie pour ses neveu et nièces. Certes, ceux-ci n’en veulent qu’à son argent, mais il faut reconnaître qu’ Emily n’aime rien moins que mener son monde à la baguette. Elle méprise sa dame de compagnie, ne peut pas voir ses petits neveux, laids car pas assez anglais (leur père est grec) et ne semble pas en faire mystère.  Elle n’aime guère ses voisines, vieilles filles elles aussi, ferventes adeptes du spiritisme et végétariennes convaincues. Seul Bob, son chien, trouve grâce à ses yeux.

Charles et sa soeur Theresa ont beau être intéressés, et ne pas en faire mystère pourtant je les ai trouvés infiniment plus sympathiques qu’elle. Eux-mêmes sont victimes de préjugés : leur mère a été jugée pour meurtre et acquittée faute de preuves, ce qui n’empêche pas les suspicions. Puis, j’approuve totalement la philosophie de la jeune femme, qui mettrait tous les Hercule Poirot et autre Sherlock Holmes au chômage. Elle est trop vivante pour ôter la vie à quelqu’un.  Theresa a en outre l’avantage de vouloir l’argent non pour elle, mais pour aider l’homme qu’elle aime dans ses recherches médicales. Petite précision utile : le docteur Donaldson ne demande rien, et rester quelques années de plus un simple généraliste de campagne ne le dérange pas, il ne doute pas de son talent, bien réel). Reste dans cette famille Bella, mariée au docteur Tanios, un grec. Ils vivent à Smyrne et ont deux enfants aux prénoms très anglais, Mary et Edward à qui ils veulent donner la meilleure éducation possible, c’est à dire une éducation anglaise. Voici donc les héritiers spoliés de la famille Arundell.

Hercule Poirot doit donc déméler qui a été assez habile pour assassiner la vieille dame sans que personne ne soupçonne un meurtre, mais pas assez habile pour devenir son héritier – à moins que la charmante dame de compagnie ne soit la coupable, qui sait ? Il reçoit l’aide de la seule personne qui sait tout, et ne peut rien dire : Bob, qui donne son titre au roman. Non, parce que s’il devait compter sur Hastings qui n’a qu’une envie, regagner Londres, il n’y aurait pas eu de romans du tout ! Il visite tour à tour les proches, les voisins, même le docteur et le notaire, en imaginant quelques mensonges pour justifier sa présence, en testant certaines théories, pour voir s’il frappe juste ou non. Hastings, qui a reçu une éducation puritaine, désapprouve ses méthodes, cette manie notamment, d’écouter ou portes après son départ, ou du moins de partie si lentement qu’il peut encore saisir des bribes de conversation. Je tiens d’ailleurs à préciser qu’Hastings est l’un des rares personnages, avec Ellen, la domestique (note : toutes les domestiques, chez Agatha Christie, se nomment Ellen) à avoir autant de scrupules. On écoute aux portes, on fouille dans les tiroirs, on falsifie quelques écrits, et tout va pour le moins pire dans le plus victorien des mondes.

Bien sûr, comme tout Hercule Poirot classique, nous aurons droit  la grande scène finale où notre détective belge, qui sera allé très souvent au restaurant, nous livrera l’identité du coupable. Nous aurons même une épilogue dans laquelle nous saurons ce que sont devenus les principaux protagonistes de l’affaire. Nous saurons même ce qu’il est advenu du témoin muet – c’est vous dire.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7245
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum