Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Egnell, Eric] Un été à Coppet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Egnell,Eric] Un été à Coppet

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Egnell, Eric] Un été à Coppet

Message par zazy le Lun 19 Nov 2012 - 0:02

Chère Baronne,

Pardonnez mon outrecuidance, mais je viens de lire le courrier que vous destiniez à votre « dear duchess » publiée par Erik Egnell et cela créé des liens….
« Vous ne sauriez imaginer, «dear duchess», avec quel ravissement j'ai retrouvé Coppet. » dites-vous et je vous comprends. Pourtant, ce fut un peu votre prison, Napoléon er vous y assignât à résidence après que vous ayez publié, « De l'Allemagne ».

Vous attendez vos amis, Messieurs de Chateauvieux, Sismondi, Pictet… ainsi que votre chère fille et son mari, le Duc de Broglie. Vous avez décidé d’interpréter la pièce de Voltaire, « la Mort de César ». Bien sûr, les répétitions se feront à Coppet.

Des visiteurs prestigieux passeront par votre château et enrichiront vos soirées, entre autre, Lord Byron et le frère de-qui-vous-savez : Joseph Bonaparte.

Vous discutez politique et bien sûr de Napoléon 1er qui n’est pas trop aimé chez vous, croyez que j’en comprends les raisons. Le Duc de Broglie très pragmatique  « Vous avez raison Monsieur, je n’ai pas aimé Napoléon, mais je lui dois justice.
-Vous l’avez servi en tout cas, et bien servi comme nous savons tous.
- Le servir, c’était servir plus que lui. Je me suis efforcé, dans mon humble sphère, de ménager les vaincus en faisant entendre raison aux vainqueurs. Ce n’était pas toujours commode. J’ai fait ce que j’ai pu.
-A le servir, il ne fallait ni compter les efforts ni mesurer les sacrifices ! »

Ces conversations vous amenèrent à modifier vos sentiments, vos vues sur ce despote. « Et, si prisonnière de rêves d’un autre temps, j’étais tout simplement passée à côté de mon époque, une époque au contraire parfaitement comprise et dominée par Lui » « Mais je ne mourrais pas dans cette imbécilité où j’avais vécu jusqu’à ce jour ! La vérité m’éclairait enfin.

Arrive Monsieur Guyot qui révèle la terreur qui règne à Paris : « On imagine mal de climat qui règne en France aujourd’hui. C’est une autre forme de terreur. Il n’y a plus la guillotine, mais on tue les gens impunément dans la rue ou chez eux. A Nîmes où je suis né, où habite ma mère, le général Lagarde a été frappé par des forcenés. Ils avaient assassiné son collègue Ramel dans son lit à Toulouse. Les tribunaux se gardent bien de punir les coupables ou n’infligent que des peines légères. Les royalistes sont ivres de leur pouvoir. Ils ont soif de vengeance. Ils accaparent les postes d’autorité. On assiste partout à l’éviction des fonctionnaires libéraux ou modérés.
« En un mot, la Contrerévolution. Ce sont toutes les passions de l’Ancien Régime déchaînées contre toutes les œuvres de la Révolution. »

Vous vous ouvrîtes au duc de Broglie de votre projet commun : « Comment, tout en répétant Jules César, nous pensions Bonaparte. Nous ne voulions pas réhabiliter le conquérant, le despote, mais rappeler aux Français les droits et les libertés qui, sous lui et par lui, leur avaient été acquis inaliénablement. » Ces écrits, Monsieur Bonstetten, grand ami de votre père, les approuve « Vous avez osé dire que Bonaparte était un usurpateur et un despote, soit, mais qu’il avait été aussi un législateur et que son œuvre ne devait pas périr. Adresser un tel message à l’opinion publique demandait du courage, et peut-être plus encore de votre part, puisque vous êtes celle qui l’avez tant combattu… »
Cet été à Coppet sera fertile en rebondissements. Monsieur Dunant vous informe que le roi a dissous la Chambre alors que votre manifeste n’est pas encore prêt. « Il n’est plus de circonstance. Tout ce que nous pouvons faire maintenant est de souhaiter le succès de MM. De Broglie, Guizot et leurs amis dans leur combat pour donner au pays l’assemblée dont il a besoin. »

J’ai passé un bel été à Coppet en votre compagnie. Vos lettres m’ont ravie et il eût été inconvenant qu’en français du XXIème siècle, vos écrits fussent traduits.

A certains moments, je fus un peu déroutée, que voulez-vous, mes connaissances en histoire sont très floues, mais, grâce  un outil moderne appelé Internet, j’ai pu surseoir à mon ignorance.

Souffrez que je remercie Monsieur Erik Egnell qui vous a faite revivre dans son livre. Par vos écrits et les siens, j’ai pris connaissance plus en profondeur de cette période postnapoléonienne. Vous m’êtes devenue moins lointaine.


Dernière édition par Elyuna le Sam 28 Sep 2013 - 18:40, édité 2 fois (Raison : Suppression image non hébergée)
avatar
zazy
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1926
Age : 68
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : lecture, broderie, sport
Genre littéraire préféré : A peu près tout sauf la S.F.
Date d'inscription : 05/04/2010

http://zazymut.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum