Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Oufkir, Malika] La prisonnière

Aller en bas

Quel est votre avis sur ce livre ?

0% 0% 
[ 0 ]
50% 50% 
[ 1 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Oufkir, Malika] La prisonnière

Message par marie do le Jeu 14 Mar 2013 - 21:08


Broché: 329 pages
Editeur : Grasset; Édition : GRASSET.
Langue : Français
Quatrième de couverture
Toute sa vie, Malika Oufkir a été une prisonnière. C'est à l'âge de cinq ans que la fille aînée du général Oufkir est adoptée par Mohammed V et élevée dans le Palais du Roi, à Rabat, dont elle ne sort que rarement. Défilent devant les yeux d'une princesse espiègle et effrayée les courtisanes du Harem, les esclaves du Feu, les gouvernantes à l'accent allemand. A sa sortie du palais, la fière descendante des Berbères compte parmi les héritières les plus courtisées du Royaume. La tentative de coup d'Etat du 16 août 1972 contre Hassan II en décide autrement. Ce sera la mort pour le général Oufkir, et la prison pour sa femme Fatéma, et ses six enfants dont le plus jeune n'a pas trois ans ! Des murailles du désert aux cellules envahies par les scorpions, Malika élève ses frères et soeurs et refuse qu'on les laisse mourir. Ils resteront enfermés vingt ans dans des conditions inhumaines. Schéhérazade moderne, Malika n'a rien oublié : l'angoisse des nuits solitaires, la faim et la soif, les frustrations d'une femme privée d'amour, mais aussi l'humour d'une famille à qui l'on veut infliger le pire des châtiments, l'oubli. Elle évoque aussi cette incroyable évasion à mains nues et l'errance clandestine de Casablanca à Tanger, de Tanger à Paris. Aujourd'hui, dans une fresque qui se lit comme un conte des Mille et Une Nuits, Malika la prisonnière devient enfin une femme libre. C'est un témoignage bouleversant qu'elle a confié à Michèle Fitoussi.
Août 1972, un coup d'État est tenté contre le roi du Maroc Hassan II. Son ministre le plus fidèle, le Général Oufkir, est alors impliqué dans l'attentat et trouve la mort dans de mystérieuses circonstances. Commence alors pour sa femme et ses cinq enfants un calvaire qui durera près de quinze ans. Assignés à résidence, emprisonnés, séparés les uns des autres et isolés de tout contact avec le monde, ils parviennent malgré tout à survivre et à s'échapper. L'aînée des enfants du Général, Malika Oufkir, adoptée à l'âge de cinq ans par le roi Mohammed V - père de Hassan II - aura connu la cage dorée des honneurs et des fastes de la vie royale, privée de sa vraie famille. Mais elle aura aussi connu le cachot, l'isolement, la faim, la survie et l'humiliation des exclus, entourée des siens, en châtiment d'un crime qui n'est pas le sien.

Un témoignage qui se lit comme un roman, mais qui reste un témoignage écrit à la première personne avec uniquement le point de vue de la protagoniste.
Deux parties, la vie fastueuse dans les palais du roi du Maroc et dans les villas de ses proches dont les parents de Malika Oufkir font parti.
La vie au palais avec ses fastes, ses concubines, ses règles mais aussi des voyages dans le monde entier, des rencontres avec les "grands" de ce monde politiques et artistes, grands couturiers, ... l'argent coule à flots !
Ce que Malika décrit comme sa prison doré parce qu'elle ne peut pas sortir quand elle veut, ne peut pas mettre de mini jupes et surtout ne peut pas voir souvent ses parents puisqu'elle a été "adopté" par le roi Mohammed V.
Mais pas de soucis pour elle, faire le mur elle connait !
Une partie qui commençait à m'ennuyer prodigieusement quand tout bascule.
La mort du Général Oufkir, son père qu'elle adore, son arrestation et son emprisonnement avec sa famille dans des conditions inhumaines, un emprisonnement qui durera 20 ans !
Comment peut on condamner des enfants pour les actes de leurs parents ?
La jeune femme se révélera être une battante et portera à bout de bras sa famille.
Ce que je lui reproche ? Ces emprisonnements ont toujours existé, des centaines de familles ont subit le même sort que la sienne mais sans aucun secours médiatique n'ont pas survécu à ce traitement.
L’indifférence qu'elle reproche aux autres n'en a t-elle pas fait preuve aussi ? Nul part il est dit qu'elle ai changé même si elle rejette ce qu'elle a adoré, l'argent (facile quand on en manque pas) et le coté superficiel de ses relations.
Ce livre me donne envie de connaitre l'histoire du Maroc mais ne me donne pas une bonne opinion de ceux qui le gouverne ni de ceux qui veulent le gouverner !
J'essaierai de trouver d'autres point de vue (si quelqu'un à des titres de romans à suggérer ...).
Ma note 8/10
avatar
marie do
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3948
Age : 52
Localisation : corse
Genre littéraire préféré : Assez varié : thriller, roman historique, contemporain, bd .....
Date d'inscription : 01/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oufkir, Malika] La prisonnière

Message par uwv836 le Jeu 20 Mar 2014 - 1:30

lu en 2003 , vraiment beaucoup apprécié mais je ne saurais plus en parler ; on apprend beaucoup sur les conditions de vie en prison de femmes prisonnières politiques au MAROC dans les années 70 , on frissonne devant le fait qu(une petite fille choyée par le Roi soit emprisonnée au motif que son père ait fomenté un complot contre le roi .

uwv836
avatar
uwv836
Apprenti
Apprenti

Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 54
Localisation : 95
Emploi/loisirs : cadre à la poste ; jardinage lecture , tourisme
Genre littéraire préféré : témoignages, roman historique
Date d'inscription : 01/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oufkir, Malika] La prisonnière

Message par vigneric le Jeu 14 Aoû 2014 - 11:26

Je viens de le lire, c'est un livre très dur, qui laisse des traces... Comment peut on infliger un tel traitement à des enfants sous le prétexte qu'ils sont les descendants d'un "ennemi" du pouvoir ? Comment se remettre d'une enfance comme celle-ci ?
Et quand on pense que cette histoire est pratiquement contemporaine !!!
avatar
vigneric
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 154
Age : 49
Localisation : Ploeren
Emploi/loisirs : Informaticien
Genre littéraire préféré : Romans historiques
Date d'inscription : 15/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oufkir, Malika] La prisonnière

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum