Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Chevalier, Séverine] Recluses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Chevalier, Séverine] Recluses

Message par Cassiopée le Jeu 2 Mai 2013 - 13:36



Titre : Recluses
Auteur : Séverine Chevalier
Éditions : Écorce (Novembre 2011)
Collection : Écorce/Noir
Nombre de pages : 185
ISBN : 978-2953541724

Quatrième de couverture

Dix ans après. Suzanne se pointe comme une fleur, embrasse sa sœur Xia, la jette clans son fauteuil, embarque quelques fringues, roule à toute allure dans le parc du Centre jusqu'à sa voiture où elle harnache Xia sur le siège avant, replie l'engin, démarre et dit : «Ma sœurette, on va voir du pays.»
Le fantôme de la fille en jaune plane sur l'itinéraire des deux sœurs lancées sur ses traces.
Qui était Zora Korps, celle dont tout le monde a parlé au cours des semaines qui suivirent le drame ? Pour Suzanne, le découvrir devient une obsession. Pour Xia, c'est une énigme.
Au sujet de Suzanne, le docteur Marold Saw écrira :
J'aurais pu dire pour son compte qu'on pourrait bien chercher un peu plus loin, sous les coupables faciles. Dire que la violence et l'horreur ne tiennent jamais de nulle part. Dire que leurs crimes hantent nos cités troubles ci qu'il ne suffit plus de leurs lapidations pour les rétablir, les conforter nos brillantes sociétés. Elles se fissurent, peu à peu, et nous sommes des sourds et des aveugles assoiffés de leur sang, sans chiens ni cannes, tendus et rendes, droits dans nos boites au bord des précipices, incapables de nous regarder en face, de nous sonder, de retourner la fange de nos ignominies, de nos pensées violentes.

Mon avis

Est-ce qu’il vous est déjà arrivé de vous poser la question suivante :
Pourquoi la maison d’édition X porte-t-elle ce nom ?
Il y a de toute évidence certains qui mettent leur patronyme d’autres qui choisissent un nom symbolique et puis les derniers qui restent un mystère…
Écorce quel drôle de nom…pour un éditeur…

Et pourtant, si la plupart des titres sont comme ceux que j’ai lus aux éditions Écorce, je comprends le choix du nom.
Dans les recueils publiés, il faut lire entre les lignes, soulever la première couche, ôter l’écorce et aller gratter dessous pour extraire toute la saveur de l’écriture, du contenu atypique mais puissant…

Mais revenons à Recluses.
Une fois encore, une couverture sobre mais parlante. J’ai remarqué que c’était une photo du responsable de la collection, est-ce que c’est sa façon à lui de suivre les auteurs ? Les associent-ils au choix de l’image?

Recluses….
Prisonnière dans sa tête ou dans son corps, voire dans son écriture…
C’est tout cela qu’exprime Séverine Chevalier par l’intermédiaire d’un style déstructuré, ensorcelant, adapté aux différents personnages qui prendront la parole tour à tour…

Il y aura la parole d’une longue lettre, parole scientifique, posée, énonçant des faits, en analysant d’autres, faisant si possible un résumé. Celui-là se livrera peu préférant évoquer les autres… C’est l’homme patient qui attend que l’on vienne à lui et qui dans le silence s’attache à celle qui est en face de lui….

On trouvera également des commentaires appliqués, avec de belles phrases bien construites, remplaçant l’oralité de celle qui ne peut pas communiquer mais qui a tant et tant à dire…
Elle décrit les différentes situations, les interprète avec son ressenti, nous dit ses espoirs, ses non-espérances, ses découragements, ses lassitudes …..
« Je me demande si elle sait que c’est fragile comme du verre, les silences.
Elle a constaté plus d’une fois que ceux qui se taisent appellent la parole des autres.»


L’œil extérieur du narrateur s’exprimera quant à lui assez simplement, légèrement détaché des événements.

Le rapport du capitaine Hame sera libellé dans un contexte professionnel avec des constats.

Et enfin, la voix la plus forte, celle qui sort par flots, parfois trop vite, comme une vague… Elle emporte tout sur son passage, le lecteur et ses certitudes, ébranlé pas le tumulte qui l’envahit, modifiant les perceptions, les sensations, les émotions… Parole de femme ? Non, plutôt parole d’âme… Je pense que cette dernière voix est celle de la souffrance, de l’errance mentale d’un esprit qui se cherche, de tout ce que Suzanne a enfoui et qu’elle libère par saccades, comme si elle « vomissait » les mots… Parfois ils s’emboîtent et forment des paragraphes bien lisses, parfois, ils vivent leur vie, leur vie ils la vivent, seuls, se répétant, comme des mots qui vivent leur vie, la leur, propre, comme ça, parce que, pourquoi ? Parce que…

La frontière est bien ténue entre le réel et l’imaginaire, ce qui est palpable et ce qui ne l’est pas, ce qui est vérifiable ou pas, l’indicible ne s’explique pas, il se ressent, il se perçoit, il faut le laisser venir à soi….

Certains parleront de puzzle en évoquant le roman de Séverine Chevalier, sans doute parce qu’il leur semblera que tout s’emboîte à la fin. Comme si les dernières pages venaient dénouer tout ce qui a été lu avant, permettant de fermer le cercle (la porte ?.... pour se dire ouf ! Tout cela est derrière moi….)….
Je ne vois pas cet écrit comme différents fragments… Pour moi, c’est vraiment un tout, celui de l’âme qui souffre….

Mais chacun interprétera le texte de Séverine Chevalier avec son vécu, ce qu’il est…. Ce qui est certain et elle l’écrit si bien…. c’est que nous sommes tous prisonniers de quelque chose, que ce soit de nos peurs, de nos désirs, de nos manques, de nos possessions, de nos mots, de nos silences …. Son livre est en quelque sorte la libération de la parole ….




Dernière édition par Cassiopée le Jeu 2 Mai 2013 - 17:12, édité 1 fois
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8997
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chevalier, Séverine] Recluses

Message par Sharon le Jeu 2 Mai 2013 - 14:31

Merci pour cette présentation Cassiopée.
Ce roman est très tentant.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7372
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chevalier, Séverine] Recluses

Message par chocolette le Jeu 2 Mai 2013 - 14:49

Belle critique Cassiopée!!! Merci.
avatar
chocolette
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3784
Age : 66
Localisation : Hainaut.Belgique.
Emploi/loisirs : lecture,promenade,cinéma,mots fléchés.
Genre littéraire préféré : Policier et un peu de tout...pas de SF!
Date d'inscription : 13/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chevalier, Séverine] Recluses

Message par louloute le Jeu 2 Mai 2013 - 14:58

Merci pour ta critique Cassiopée Very Happy
avatar
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 10236
Age : 48
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chevalier, Séverine] Recluses

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum