Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Pernusch, Claudie] Une visite surprise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Pernusch, Claudie] Une visite surprise

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Pernusch, Claudie] Une visite surprise

Message par zazy le Lun 17 Juin 2013 - 16:19

Une visite surprise
Claudie Pernusch
Editions Belfond
222 pages
Mai 2013
ISBN / 9782714455901
 
4ème de couverture :
 
L’amour, l’océan les dunes de Soulac-sur-Mer… C’est la vie que Paulin s’est choisie, et il n’en veut pas d’autre. Il ne répond même pas à la lettre de Louise, une aventure d’un soir depuis longtemps oubliée. Lui, père d’une fillette ? Pas question de faire le test, encore moins de rencontrer l’enfant. Mais la petite déferle dans sa vie et elle ne lui laissera pas le choix.
 
Une émouvante comédie de mœurs, vive et fine, grave et légère, sur fond d’algues et de vent de mer. L’histoire d’un homme obligé d’affronter la réalité : une enfant inconnue qui lui demande de l’aimer.
 
Quelques mots sur Claudie Pernusch (site librairie Decitre) :
Claudie Pernusch est plus connue sous le nom de Sandrine Pernusch, auteur de livres à succès pour la jeunesse chez Bayard, Hachette, Grasset, Magnard, Casterman, Hatier, comme Mon je me parle (Casterman, 1996), au programme des écoles, et Faustine et le souvenir (Casterman, 1998), ou encore Un Fantôme en Classe Verte (éditions Rageot, 1995). Beaucoup sont traduits en plusieurs langues. Elle a ensuite décidé d'écrire pour les adultes et publié deux romans chez Albin Michel, Le Destin de madame Picmol (2006) et Le Cartable à musique (2009).
Son sujet de prédilection ? Quand le réel vient catapulter des vies bien rangées… pour le meilleur ou pour le pire.
 
===============
 
« Depuis ce matin l’enveloppe patiente dans mon veston. Je n’ose pas l’ouvrir. Je ne veux pas l’ouvrir. Je répugne à l’ouvrir. » Oh comme je comprends qu’il ne veuille pas l’ouvrir cette satané lettre qui risque de bouleverser toute sa vie. Une vie qu’il a choisie, surtout maintenant qu’il a rencontré « la femme de sa vie », qu’ils se veulent sans enfant, simplement tous les deux amoureux fous.
Mais voilà, le ver est dans le fruit, la réponse dans la lettre, la curiosité fera le reste. Bien entendu, la réponse est positive : il est le père de cette petite grenouille, le père d’Hermine dite Mine.
Il refuse cette paternité tardive et le lui dit « « Bien que vous n’ayez nullement eu l’honnêteté de partager avec moi le choix de garder cette enfant. Une enfant que vous avez faite uniquement vôtre pendant des années. Alors aujourd’hui assumez votre choix et je vous en supplie, respectez ma vie. » A quoi elle rétorque « Tu verras Mine. Tu verras ton enfant, déclare la femme au regard flamboyant. Je m’y suis engagé »e. Rien au monde n’est plus important pour moi, je ne pense plus qu’à ça. D’une façon ou d’une autre, je ne e lâcherai pas ».
Paulin et la mère font une partie de ping-pong dévastatrice. Mine est l’obus  qui risque de faire sauter la vie de Paulin, sa pauvre vie qu’il a peiné à réinventer. Il est venu se lover dans le giron de sa Gironde natale, dans son village, dans la maison familiale et c’est petite chose va venir tout faire sauter !!! Ah mais non, il va ruer le bougre, refuser, pas question. Il y a Lena, l’amour de sa vie !!! « Et je devrais prendre le risque de laisser une enfant inconnue jusqu’à ce jour ruiner un tel amour ? Entre une gamine qui m’est totalement étrangère et la femme de ma vie, y a pas photo. Et mollo, hein, les âmes bien pensantes, mollo. »
Mais c’est sans compter la douce insistance de Mine, qui telle l’hermine reviendra au terrier, doucement, sans brusquer, mais sans lâcher.
« -Tu veux pas m’aimer un peu ? supplie la petite d’une voix pleine de larmes.
- Mine, on ne commande pas ses sentiments comme des cornets de frites.
- Peut-être mais si on connaît pas les frites ben on peut pas savoir qu’on les aime. »
Petit à petit, ces deux-là vont s’apprivoiser sous le regard presque haineux de Lena qui refuse et s’enfuit. Paulin devra faire des choix,  se colleter de nouveau aux réalités de la vie. La parenthèse enchantée est finie. Tout choix implique une petite mort et Paulin y laissera quelques plumes. Le bonheur (et la tranquillité ?) est à ce prix. Lena ne veut pas être la belle-mère
« Rien. En tout cas je ne serai pas la belle-mère de ta fille. Je ne redeviendrai pas celle à qui on peut prendre son père, je… (lapsus révélateur des souvenirs de son enfance)
Je ne suis pas ton père Lena ! Merde !
… Je ne serai pas celle à qui on peut prendre son compagnon, poursuit Lena des sanglots dans la voix, je ne serai plus jamais celle en trop, celle qu’on humilie, qu’on finit par chasser. Je préfère me chasser moi-même »
 
J’ai aimé la couverture acidulée de ce livre. J’ai aimé le papier issu de sources responsables. J’ai surtout aimé lire l’écriture de  Claude Pernusch avec Soulac-sur-Mer en toile de fond ; elle en parle avec du plaisir sous les doigts. L’écriture vive me fait penser aux marées girondines, au ressac. Repartir pour mieux revenir.
 
En lisant la 4ème de couverture, je m’attendais à un livre gentillet et bien non. Sous ses airs de comédie (cela pourrait faire un bon scénario), Claude Pernusch parle de la paternité non désirée. « J’insiste beaucoup sur ce choix non partagé. Je le trouve plus salopard que mon refus de paternité imposée. Je veux avorter ». Sujet dont on parle peu. Cette Mine va faire exploser sa vie en mille morceaux d’étoiles et de verre.
 
Oui, vraiment une belle visite surprise. Soyez rassurée Claudie Pernusch, le grain de sable dans le bonheur d’un homme a su me toucher et me plaire. Merci pour votre délicate dédicace.
Je remercie vivement les Editions Belfond qui m’ont proposées la lecture de ce livre délicat.
 
Une jolie phrase :
« Les mômes sont le négatif des anges, de petits diables sans pitié »
avatar
zazy
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1926
Age : 68
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : lecture, broderie, sport
Genre littéraire préféré : A peu près tout sauf la S.F.
Date d'inscription : 05/04/2010

http://zazymut.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum