Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Arenas, Reinaldo] Avant la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avez-vous aimé ce roman?

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Arenas, Reinaldo] Avant la nuit

Message par Alizaryn le Sam 27 Juil 2013 - 16:30

Titre : Avant la nuit
Auteur : Reinaldo ARENAS (Cuba)
Année de publication : 1990
Editeur : Actes Sud (collection : Babel)
Nombre de pages : 448



Quatrième de couverture :

De l'enfant nu qui mange de la terre dans une vieille ferme de Holguin à l'exilé cubain qui, à quarante-sept ans, malade, se donne la mort à New York, l'existence de Reinaldo Arenas est guidée par l'anticonformisme viscéral de qui a osé prendre tous les risques.
Vibrant témoignage sur les exactions de la dictature castriste, Avant la nuit est une œuvre littéraire à part entière composée avec fureur et poésie. Elle est traversée de ses principaux thèmes de prédilection : une recherche éperdue de beauté, encore la lune, toujours la mer, et une sexualité débridée comme manifestation absolue de liberté et, dans son cas, de résistance.
Porté à l'écran par Julian Schnabel, Avant la nuit a obtenu le Grand Prix spécial du jury 2000 à la Mostra de Venise.


Mon avis:

J'ai lu ce magnifique roman comme un coup de poing. Je savais déjà que la révolution de Fidel Castro n'a pas eu que les conséquences positives que l'on sait (excellent système de sécurité sociale, qualité des soins médicaux, grand taux de scolarisation) mais aussi des effets désastreux pour la population qui vit dans une extrême pauvreté et un contrôle absolu, emprisonnée sur l'île.
Dans son autobiographie, Arenas exprime page après page le besoin éperdu, vital de liberté, traduit par une sexualité débridée qui semble être son seul moyen d'échapper, ne serait-ce que quelques instants, à l'enfer cubain. Il y dénonce les persécutions contre les homosexuels en particulier, et tous les "anti-révolutionnaires" (ou considérés comme tels) en général. Il parle de son besoin d'écrire et de la difficulté que cela représente. Il dépeint la difficulté de l'exil...
La traduction de Liliane Hasson restitue au lecteur une langue poétique en dépit de la dureté de son propos. Car rien ne nous est épargné: la prison, l'enfer des camps de travail pour "reparamétrer" les indésirables, les arrestations... Malgré quelques longueurs, les pages de cette magnifique ôde à la liberté se tournent toutes seules.

J'ai voté coup de coeur.
avatar
Alizaryn
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 464
Age : 30
Localisation : Bruxelles, Belgique
Emploi/loisirs : Enseignante - Cinéma, photo, scrapbooking, voyages
Genre littéraire préféré : Romans (de tout, sauf la SF), livres sur l'histoire ou la philo...
Date d'inscription : 20/02/2013

http://www.mybooksaremyhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum