Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Orcel, Makenzy] Les Immortelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur ce livre :

17% 17% 
[ 1 ]
50% 50% 
[ 3 ]
33% 33% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 6

[Orcel, Makenzy] Les Immortelles

Message par adtraviata le Sam 27 Juil 2013 - 20:10



Titre : Les Immortelles
Auteur : Maenzy Orcel (Haïti)
Editeur : Zulma
Année : 2012
Nombre de pages : 134

Présentation de l'éditeur :

Les Immortelles, ce sont les prostituées de Port-au-Prince. L’une d’elles prend à parti l’inconnu monté la voir au bordel. Apprenant qu’il est écrivain, elle lui propose un marché : contre son corps, écrire l’histoire des putains défuntes, emportées par le séisme sous les décombres de béton. D’une surtout : la petite, la fugueuse Shakira venue sous son aile un jour dans la haine de sa bigote de mère. De la belle et orgueilleuse Shakira toute pénétrée d’une passion dévorante pour Jacques Stephen Alexis, l’immense écrivain qui fait battre le cœur d’Haïti. Shakira la révoltée devenue la plus convoitée des putains de la Grand-Rue.
Avec ce roman de feu, qui marie le Ciel et l’Enfer, la transgression par le sexe et la mort atteint à la plus authentique humanité, la plus bouleversante, celle qu’aucune morale ne contrefait.
Avec une liberté absolue de ton, Makenzy Orcel prête voix à tout un monde. « La petite. Elle le disait souvent. Les personnages dans les livres ne meurent jamais. Sont les maîtres du temps. »

Mon avis :

Beaucoup de choses ont été écrites sur ce "petit" roman de la dernière rentrée littéraire. En fait, il s'agit d'une relecture, car le livre a été sélectionné pour le Prix Premiière (prix de la radio belge), mais quand je l'ai lu en janvier, je ne lui ai pas accoré de conditions assez favorables, je sentais qu'il fallait à nouveau me pencher sur lui. C'est chose faite.

Comme à la découverte, j'ai été happée par la voix rude, âpre, douloureuse de cette femme qui veut faire mémoire des Immortelles de Port-au-Prince, et surtout de Shakira, "la petite", titre qu'elle répète de manière presque incantatoire, comme des sorts de vaudou de l'île qui feraient revenir la jeune prostituée à force de parler d'elle. Cette douleur insoutenable liée à toutes ces morts du tremblement de terre, ce sentiment d'injustice terrible face au sort qui frappe parmi les plus pauvres trouve un exutoire dans les mots, dans la répétition, on sent la nécessité de parler pour que la tragédie soit vraiment appréhendée, pour qu'on parvienne à vivre avec. C'est ce qui explique sans doute la fin un peu abrupte : tout à coup, la narratrice semble avoir fait son devoir, avoir évoqué suffisamment Shakira et les autres putes de la Grand-Rue pour que leur mort lui apparaisse dans toute sa réalité.

Les mots, c'est aussi ce qui passionnait la petite, lectrice acharnée de l'écrivain haïtien Jacques Stephen Alexis. Et malgré l'agacement de la narratrice devant cet amour des livres, elle se sert de ces mots, elle paie l'écrivain de son corps puisque "les personnages dans les livres ne meurent jamais."

Comme à la première lecture aussi, j'ai été un peu perdue dans les voix qui s'élèvent dans ce récit. Il y a bien sûr la prostituée qui a recueilli Shakira, l'a initiée au métier, il y a aussi quelques extraits du carnet intime de la petite. Mais Shakira a fugué, a quitté sa mère, et elle a elle-même eu un enfant ; d'autre part, la narratrice semble avoir eu aussi une fille qui l'a quittée. Du coup, j'ai cru parfois que certaines pages étaient dites par la mère de Shakira. J'ai peut-être tort, et cela m'a moins perturbée que la première fois : il suffisait peut-être de se laisser porter par la (les) voix du roman, une manière peut-être pour l'auteur de nous chambouler un peu, oh si peu, comme le tremblement de terre qui a ravagé Haïti en 2010.

Son grand art aura été de nous faire entendre ces voix, de nous laisser toucher par ces femmes qui sont moins que rien mais assument fièrement leur métier. Les Immortelles est un grand roman oral, me semble-t-il, en tout cas j'ai adoré lire de nombreux passages à voix haute, pour entendre au plus près la douleur, la colère, la lassitude, le deuil des immortelles. Et leur soif de vie.

"Imagine un instant que le ciel est fait de béton. Que cette chose a duré une éternité. Que la terre ne peut plus arrêter de trembler. Que le soleil ne peut plus jamais se lever. Qu'on est les seuls habitants de la terre." (p. 79)
avatar
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

[Orcel, Makenzy] Les immortelles

Message par lalyre le Dim 29 Sep 2013 - 18:34



Mon avis
Un petit livre avec de courts textes durs mais tellement beaux, plusieurs voix se font entendre, celle de la narratrice, de la Petite qui aimait lire, surtout de la poésie et celle de sa mère. Un roman avec une liberté absolue, qui unit le ciel et l’enfer, ou la mort et le sexe délivre la plus bouleversante morale. Dans ce livre, on peut imaginer que les personnages ne meurent jamais, tant ils sont réels. De beaux textes en hommage à toutes ces femmes de la rue mortes pendant le sêïsme. Un livre bouleversant qui se récite ou se lit comme de la poésie, un témoignage à découvrir. 5/5

Et moi qui fut temps
Espace, traversée
Le commencement et la fin
Les splendeurs du monde
Tous les cris de la terre
Ont leur écho dans mon ventre
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5837
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Orcel, Makenzy] Les Immortelles

Message par Alizaryn le Lun 30 Sep 2013 - 1:43

Merci beaucoup pour cette belle critique, Lalyre !
avatar
Alizaryn
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 464
Age : 30
Localisation : Bruxelles, Belgique
Emploi/loisirs : Enseignante - Cinéma, photo, scrapbooking, voyages
Genre littéraire préféré : Romans (de tout, sauf la SF), livres sur l'histoire ou la philo...
Date d'inscription : 20/02/2013

http://www.mybooksaremyhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Orcel, Makenzy] Les Immortelles

Message par Cassiopée le Ven 12 Juin 2015 - 23:00

Je viens de voir que tu avais fait un doublon lalyre.
Merci de revoter!
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8990
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Orcel, Makenzy] Les Immortelles

Message par joëlle le Jeu 18 Juin 2015 - 23:18

C'est un tout petit roman, 134 pages seulement, mais 134 pages intenses, une histoire qui se lit trop vite et qui nous bouleverse.
Elles sont trois, la narratrice, prostituée ou maquerelle, qui raconte à l'écrivain, elle ne se raconte pas, elle raconte. La fille, juste avec un nom inventé, juste "Shakira", parce qu'elle ne veut rien garder de son passé, mais qui n'a que douze ans. Je sais bien sûr qu'à douze ans on peut parfois avoir un corps de femme, mais encore une enfant… qui aime les livres, qui aime lire… qui aime surtout Jacques Stephen Alexis, qui ne veut surtout pas ressembler à sa mère, cette femme si droite, si chrétienne, qui croit que Dieu résoudra tous les problèmes, tous ses problèmes de femme soumise, battue, mais qui aime tant sa fille. Qui aime si mal sa fille. Qui la cherchera dans les bas-fonds, vendra son corps et son âme, par amour pour sa fille, pour retrouver sa fille.
Dans tous ces tragiques destins, elles pourraient être trois cents, ou trois mille… elles sont sans nom, et pourtant tellement uniques, immortelles dans l'intemporalité de la prostitution, ensevelies par un tremblement de terre… punition divine ou simple séisme naturel…
C'est un grand roman qu'il faut lire pour se souvenir, pour ne pas oublier.

Je remercie Partage lecture et les éditions Points pour ce partenariat.

_________________
Ma PAL

Mes lectures communes:

Mes challenges:  
"Suivi d' auteurs"
avatar
joëlle
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 4422
Localisation : Gard
Date d'inscription : 30/09/2013

http://leslecturesdejoelle.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Orcel, Makenzy] Les Immortelles

Message par Elyuna le Sam 20 Juin 2015 - 20:25

134 pages pour raconter la violence d'un monde.

134 pages pour faire éclater la colère et l'impuissance.

134 pages pour que trois femmes parlent d'une seule femme: une fille, la petite.

134 pages pour un tremblement de terre, un tremblement de vies.

134 pages d'une écriture affamée, arrachée des tripes, vomie presque sur le papier pour ne pas oublier et montrer aux autres, aux lecteurs.

134 pages d'une impression d'urgence, de besoin de raconter cette Grande-Rue et ces vies, de parler de ces prostituées qui font le monde mais sont oubliées, trop rapidement.

134 pages d'une lecture rapide, d'une traite presque, à ne pas pouvoir détourner les yeux, à essayer de comprendre les rôles de chacun et surtout le message transmis pour ne pas passer à côté de cette lecture.

134 pages pour raconter la petite, la vie de prostituée, les différences, la lecture, les besoins des hommes, la BMW rouge, les bordels, ...

134 pages de vulgarité parfois gênante pour la lectrice, mais qui comprend que cela ne pouvait être écrit autrement, parce que c'est ce monde là qui est raconté et pas un autre: un monde fait de violence et de vulgarité, de sexe mais pas d'amour.

134 pages à se demander quelle critique faire à la fin pour rendre hommage au livre.

134 pages à essayer de comprendre ses sentiments face à ce récit, finalement émouvant.

134 pages de petits paragraphes, de petits chapitres qui font le rythme, servent la plume de l’auteur et qui font tout et qui font rien.

134 pages pour voté « Apprécié » parce que la lecture a été appréciée mais pas plus parce que la lectrice s’est rendue compte qu’elle préférait la fiction à la réalité : il est plus facile de fermer les yeux et d’oublier après coup.

134 pages à être dérangée et à être obligé d’ouvrir les yeux pour regarder cette réalité en face, à souffrir avec les protagonistes.

134 pages et des remerciements aux Editions Points et au forum PartageLecture, parce qu’il n’y a pas de regrets à cette lecture et que la découverte fut intéressante.

_________________
"Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait."
Mark Twain


Very Happy  drunken  Very Happy
avatar
Elyuna
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 4617
Age : 28
Localisation : Grenoble
Emploi/loisirs : Infirmière
Genre littéraire préféré : Un peu de tout.
Date d'inscription : 05/03/2010

http://lecturesdelyuna.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Orcel, Makenzy] Les Immortelles

Message par Nisa le Dim 21 Juin 2015 - 1:29

Je dois commencer par dire que la couverture est juste magnifique. Elle m’a tellement attirée que j’ai arrêté mon livre en cours pour me plonger dans Les Immortelles.

En refermant ce livre, je ne sais que penser.
La moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne laisse pas indifférent. Cette histoire, racontée par la voix d'une prostituée, est confuse, hachée.
On ressent bien qu'elle est perturbée. Qu'elle n'a pas retrouvé ses esprits après le tremblement de terre.
Catastrophe naturelle dont une professionnelle du plaisir aurait pu se foutre. Oui mais voilà, sous les décombres, il y avait sa fille de cœur qui s'est battue de toutes ses forces.
Et elle nous raconte son histoire, avec tout l'amour qu'elle a à donner, elle qui pensait ne jamais aimer. Dans chaque page, on ressent l’amour de cette femme pour sa jeune collègue.

L’écriture est orale, les mots sont celles de la prostituées, juste retranscrits. Pas de belles phrases alambiquées, pas de mots à aller chercher fébrilement dans le dictionnaire. Non. Des pensées, des phrases qui jaillissent, fortes. Avec le vocabulaire de la rue et de ses habitantes.

Parfois, une autre narratrice, la mère de « la petite » intervient. Ainsi que cette fameuse petite, par le biais de son journal intime.
Toutes les trois racontent l’histoire de cette enfant devenue tapineuse, devenue immortelle.

Cette histoire se lit d’une traite. Certaines pages ne contiennent que quelques lignes puis la suite est à la page suivante. Comme si il avait fallu une pause à la narratrice principale pour continuer.

J’avoue que cette écriture orale, hachée, vulgaire m’a un peu perturbée. Même si je suis consciente qu’une écriture plus « classique » aurait certainement enlevé de la force à ce roman-témoignage.
Je remercie chaleureusement les éditions Points ainsi que le forum Partage Lecture pour cette découverte bousculante !

_________________
Mes challenges en cours:      
avatar
Nisa
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 5469
Localisation : sous la couette avec un bon bouquin
Date d'inscription : 18/02/2012

https://nisalectures.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Orcel, Makenzy] Les Immortelles

Message par Véronique M. le Lun 6 Juil 2015 - 18:51

Tout d'abord un grand merci à Partage Lecture et aux éditions Points pour cette très belle découverte !

Voilà un roman bref, mais d'une grande densité ! Une plume originale, un style, un auteur à suivre...
Les chapitres (si on peut les appeler comme ça) sont courts : de quelques lignes à une page et demie pour la plupart, le ton est direct, cru. Les narrateurs sont multiples : l'écrivain, qui explique comment cette histoire lui a été confiée, la petite qui est l'héroïne du récit, sa mère, sa vieille amie, prostituée comme elle. Ah oui j'oubliais le personnage déclencheur : la chose, le tremblement de terre.
Car ce texte est le fruit d'une disparition, celle de la petite, aussi nommée Shakira, ensevelie sous les décombres depuis douze jours au début de la narration et qu'il faut à tout prix raconter, afin de rendre « immortelle » toute sa communauté.
Shakira est le condensé de la condition féminine de son quartier : élevée sans père (d'abord violent avec sa mère puis absent), pauvre, en quête d'idéal, prostituée pour survivre, déterminée. Makenzy Orcel en fait l'égérie des putes de la Grand-Rue, la benjamine ouvre la voie aux autres, la petite dernière s'offre en modèle. Cette gamine nous fait rêver par sa volonté, son goût du paradoxe (elle est la seule à lire pendant les pauses!), son indépendance (ayant déjà quitté sa famille, elle n'hésitera pas à laisser également ses amies pour une escapade d'un an). Elle bouscule les idées reçues, s'affirme dans chacun de ses actes, et n'a qu'un mot à la bouche : LIBERTE.
Elle crée l'admiration, elle engendre l'amour de ceux qui l'entourent mais rien ne l'arrête, elle file vers son destin, sans entrave et la tête haute.
Un roman époustouflant, qui donne envie de repousser les limites !
avatar
Véronique M.
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1657
Age : 48
Localisation : 04
Emploi/loisirs : prof d'écoles/ lecture randonnée jeux de société, puzzles
Genre littéraire préféré : un peu de tout, romans en tous genres,biographies, essais mais pas trop la science fiction.
Date d'inscription : 12/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Orcel, Makenzy] Les Immortelles

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum