Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[James, Bill] Mal à la tête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[James, Bill] Mal à la tête

Message par Sharon le Mer 7 Aoû 2013 - 15:59



Titre : Mal à la tête
Auteur : Bill James
Editeur : Rivages noir.
Nombre de pages : 346.

Présentation de l'éditeur (extrait) :

L’inspectrice Sally Bithron et sa supérieure, la commissaire principale adjointe Esther Davidson, sont envoyées en mission dans une brigade éloignée de leur propre secteur. Elles ont été chargées par le ministère de l’intérieur d’enquêter sur de possibles malversations. La demande d’enquête a été déclenchée après le meurtre d’un informateur important dont le corps a été retrouvé dans une décharge, sauvagement lardé de coups de couteau.

Mon avis :


Le titre français se trouve être particulièrement bien choisi - je vous laisse deviner pourquoi. Pour ma part, j'écris ce billet au fur et à mesure de mes sessions de lectures avec lui.

p. 7 à 98 : nous n'en sommes même pas à ce que raconte la quatrième de couverture (raccourcie par mes soins). Que l'enquête prenne son temps est une chose, que le texte soit particulièrement bavard en est une autre. Nous avons les exigences des deux policières à leur arrivée en matière de sécurité (Esther craint d'être espionnée), des compte-rendus du procès (intéressants, certes, mais comme le juge, je me suis demandée le pourquoi de certaines digressions) et l'approche, puis l'interrogatoire de Pamela, la compagne du défunt, sans oublier la tentative d'infiltration de Sally. Bavard - à se demander même si les deux policières ne s'écoutent pas parler.

p. 99 à 232 : nous n'entrons toujours pas dans le vif du sujet. Les enquêtrices parlent, se parlent, s'écoutent parler, parlent presque pour ne rien dire. Esther a de plus un très vif échange avec son mari, qui compromet le reste de l'enquête. Visiblement, les anglais n'ont pas d'équivalent des boeufs carottes, et c'est bien dommage. Quand un policier enquête sur un autre policier, tous les coups sont permis. Ou comment il est "normal" d'enquêter sur la vie privée de ses collègues. Machiste, la police anglaise ? La commissaire donne parfois elle-même le marteau, pardon le bâton pour se faire battre.

p : 232 : l'événement capital prédit par le quatrième de couverture survient. Il se révèlera ne l'être pas tant que cela. Et c'est reparti pour beaucoup de bavardages, d'injures envers la police, etc, etc.

Au final, un roman décevant, où toutes les pistes (ou presque) restent inabouties et  tous les coups sont permis pour empêcher les fliquettes de tirer cette affaire au clair. Bonne nouvelle : elles savent très bien bousiller leur enquête toute seule.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7377
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum