Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Arditi, Metin] La confrérie des moines volants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

50% 50% 
[ 1 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Arditi, Metin] La confrérie des moines volants

Message par Cassiopée le Mer 21 Aoû 2013 - 1:01



Titre : La confrérie des Moines volants
Auteur : Metin Arditi
Éditeur : Grasset (Août 2013)
Collection : Littérature Française
352 pages
ISBN: 978-2246804390

Quatrième de couverture

1937. Le régime soviétique pille, vend et détruit les trésors de l'Eglise russe. Il ferme plus de mille monastères. Des centaines de milliers de prêtres et de moines sont exécutés. Les plus chanceux s'échappent, vivant cachés dans les forêts.
Voici l'histoire de Nikodime, qui, avec l'aide d'une poignée de moines-vagabonds, tente de sauver les plus beaux trésors de l'art sacré orthodoxe. Où l'on rencontrera un ancien trapéziste, un novice de vingt ans et quelques autres fous de Dieu. De l'avant-guerre à nos jours, de la Russie bolchévique à la Moscou des milliardaires et des galeries d'art, l'étourdissante histoire de quelques hommes de courage.
Et puis, bien sûr, il y a Irina. Elle fuit l'Enfer, traverse l'Europe, arrive à Paris, change d'identité... Elle est au cœur de cette lumineuse histoire de résistance et de rédemption.

Mon avis


Ce roman comprenant deux parties bien distinctes (1937 et 2000) nous permet de retrouver des thèmes chers à Metin Arditi : le poids de l’enfance et de ce qu’on a vécu sur notre « aujourd’hui », la résilience, le chemin parcouru par chacun pour construire celui qu’il est, les secrets et les non-dits, la place de l’art….Bien entendu, les recherches du présent éclairant les choix et les orientations du passé avant de déterminer ceux de l’avenir….

Le style et l’écriture de l’auteur sont puissants, forts, il sait trouver les mots justes pour transmettre en peu de lignes, une émotion qui touche au plus profond. Il effleure ses personnages dans un premier temps puis creuse en eux, fouillant leur âme.

C’est une tranche d’histoire peu connue du peuple russe qui est abordée dans ce livre avec sobriété et donnant une fois encore l’envie d’en savoir plus sur les événements réels.
Le N KVD, police privée du parti communiste, exécutaient des moines, pillaient les monastères… Mais comme chaque fois que les gens doivent se soumettre, une étincelle de révolte subsiste chez certains d’entre eux. C’est cette lutte que nous découvrons dans la première partie.

« Chaque pièce sacrée soustraite aux mains des bolchéviques est une pierre de notre Eglise. »

Dans la seconde partie, nous nous attacherons à un homme qui au décès de son père va être confronté à ses racines… Il recevra, en pleine face des informations étonnantes, déstabilisantes mais au combien nécessaires pour avancer…

« Quand on est russe, on l’est jusqu’à la moelle des os. »
« Un Russe qui vit à l’étranger, c’est un être incomplet. »


Beaucoup d’hommes pensent s’affranchir de leur enfance, de leur famille, se libérant d’un carcan qui les a, peut-être, pensent-ils, conditionnés… Alors, si on ignore, si on n’essaie pas de savoir, si on se pense libre, est-ce qu’on grandit en étant totalement libérés ? Ne vaut-il pas mieux se servir de l’histoire de nos aïeux pour se construire en toute quiétude ?

Metin Arditi ne prétend pas apporter à une réponse mais à travers un récit intéressant, poignant, il aborde ces sujets et nous renvoie à notre propre vie….
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9142
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arditi, Metin] La confrérie des moines volants

Message par lalyre le Mer 21 Aoû 2013 - 19:16


Petit résumé
Nous sommes en 1937, lorsque deux novices du monastère arrivent affolés chez le moine- ermite Nikodime qui avait demandé l’autorisation de construire son ermitage aussi éloigné que permis. Ils sont tous morts, disent-ils en tremblant. Cela est le début du roman et comme il est dit plus haut, c’est le régime soviétique qui détruit tout ce qui a trait à la religion. Peu à peu, des moines survivants d’autres monastères arrivent chez Nikodime qui va recréer une confrérie. Mais il ne se contente pas de cela, avec ses comparses ils vont sauver quelques richesses oubliées dals monastères par les autorités du Commissariat du Peuple aux Affaires intérieures. Les soi-disant voleurs d’icônes sont recherchés et Nikodime après les avoir cachées, se dénonce et le policier incrédule lui dit, tu ne sais pas ce qui t’attend…
Nous voici en 2000, à Paris, bien évidemment on rencontre de nouveaux personnages, qui pense t-on, n’ont rien avoir avec Nikodime. Quelques descendants russes vont nous convier au monde l’art et de la mode, mais ce ne sont pas les principaux sujets du roman, non ce qui importe surtout c’est ce que le père révèle à son fils Matthias avant sa mort, ce qui d’ailleurs va piquer la curiosité de certains et va nous faire avancer dans l’histoire en compagnie de beaucoup de gens qui tous à un certain moment participeront au fil des pages à la recherche des richesses cachées par Nikodime.
Ce livre raconte l’histoire de Nikodime Kirilenko, l’un des ermites de Saint-Eustache, qui au coût de sa vie , a soustrait au régime bolchevique les plus beaux trésors d’art sacré que comptait la région de Saint-Pétersbourg, appelé alors Leningrad.
Le vendredi 26 avril 2002. Le Saint Synode de l’Eglise russe, placé sous la haute autorité du Patriarche Alexis, a élevé Nikodime Kirilenko au rang de martyre…

Mon avis
Un très beau roman que j’ai beaucoup apprécié, pas de longueurs mais les changements d’époques m’ont un perturbée dans ma lecture car j’ai dû faire la connaissance d’autres personnages, qui dans mon esprit n’avait rien à voir avec l’époque précédente, heureusement je me suis vite remise dans l’ambiance reprenant très vite le fil de l’histoire un peu historique puisque Nikodime a existé. Je pense que Metin Arditi a dû faire de nombreuses recherches pour écrire ce très beau livre qui sera un coup de cœur…5/5..
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5940
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum