Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Matthews, Owen] Moscou Babylone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Matthews, Owen] Moscou Babylone

Message par Yunali le Ven 20 Sep 2013 - 15:16



Editeur: Editions Les Escales
Date de parution: 22 août 2013
Broché: 378 pages

Résumé:
«En Russie, j'ai aimé et j'ai tué. Et j'ai découvert que, des deux, c'est l'amour qui est le plus terrible.»

Avec ses bonnes manières oxfordiennes et son costume en tweed, Roman Lambert arrive à Moscou en 1995 tel un explorateur victorien en safari, déterminé à profiter de la jungle moscovite postsoviétique. D'origine anglaise, est-ce le sang russe de sa mère qui le rend aussitôt apte à toutes les démesures ?

Des soirées dans les derniers clubs à la mode aux manifestations proto-fascistes de Limonov, des scènes de résilience et de survie quotidiennes aux week-ends orgiaques dans sa datcha, le jeune étranger se fond dans ce monde impitoyable et violent, enviant la dépravation sans scrupules de ses nouveaux amis expatriés et autochtones.

Commence alors une métamorphose que précipite sa rencontre avec Sonia, aussi belle et tragique qu'une peinture du Caravage, une descente aux enfers qui va l'emmener par-delà le bien et le mal, jusqu'à commettre l'irréparable...

Mais, à Moscou Babylone, comment trouver les voies de la rédemption ?


Mon avis:
Roman Lambert, né d’une mère russe et d’un père anglais, a le prénom russe de son grand-père et qu’il faut prononcer en insistant sur la seconde syllabe.
Avec une envie de changement radical, il décide de partir travailler à Moscou dès que l’occasion se présente. Avec sa mère russe elle-même et étant russophile lui-même, il avait un destin tout programmé pour aller dans cet immense et froid pays.

Dans les années 1990, on ne peut pas dire que la ville de Moscou est la plus accueillante qu’il soit. Et pourtant, Roman va y trouver sa place, avec les Occidentaux, mais aussi avec les Russes, qui l’initieront à leurs loisirs et plaisirs qui semblent plus que répandus là-bas.
Roman se sent à sa place là-bas, dans ce Moscou décadent, et il va d’excès en excès, mais cela semble plus que normal pour se fondre dans le moule. En tant que « bon » sujet de sa Majesté pourtant il paraît parfois assez loin de cet « esprit Russe », dont il se revendique pourtant.
Il a vision assez noire de la vie, et de sa vie à Moscou. Pourtant il aime cette ville, cela se ressent dans ce récit. Il y est à sa place, et cherche à y rester.

Quant au meurtre dont on parle dans le résumé, si vous lisez ce livre simplement pour y voir un côté « policier », passez votre chemin.
Le meurtre arrive, mais il germe petit à petit, lentement dans l’esprit de Roman. Ce n’est pas le moment le plus spectaculaire du roman, mais le pays et la ville ont tellement changé Roman que le meurtre ne semble être qu’une étape de plus.
« En Russie, j'ai aimé et j'ai tué. Et j'ai découvert que, des deux, c'est l'amour qui est le plus terrible. »
L’amour il va le trouver, en la personne de Sonia, une jeune Russe qui va changer sa vie. Mais leur relation est autant créatrice que destructrice. Sonia est un joli portrait d’une jeune femme Russe, un peu perdue parfois, mais tellement dure et lucide.
Le passage dans lequel elle explique à Roman ce qu’est l’esprit Russe est tout simplement magnifique. C’est ce que j’ai préféré dans ce roman.

Même si je ne connais pas beaucoup la Russie ni les Russes, j’ai aimé me plonger dans ce Moscou, celui de Roman, qu’il nous décrit peut-être de façon biaisée puisqu’il est un œil extérieur, occidental qui plus est, mais c’est aussi un récit prenant de la vie de ce jeune homme.
Quant à la Babylone présente dans le titre, je ne sais pas si cela annonce la chute de Roman ou de ce Moscou des années 1990, mais on ne peut être que pris au piège dans cette ville.

Je me demande comment j’aurais survécu dans cette ville à la place de Roman…
Je ne sais pas si j’aurai été assez forte, cette ville et ce pays semblant vraiment retourner les gens et les changer radicalement.

En tous cas j’ai très envie de découvrir « Les enfants de Staline » premier roman d’Owen MATTHEWS. J’ai vraiment été séduite et envoûtée par cette histoire, et sa plume.

Ma note: 3.75 /5 Very Happy
avatar
Yunali
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1170
Age : 33
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 18/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum