Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Ono-Dit-Biot, Christophe] Plonger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

0% 0% 
[ 0 ]
33% 33% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
67% 67% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 3

[Ono-Dit-Biot, Christophe] Plonger

Message par Cassiopée le Dim 27 Oct 2013 - 23:38



Titre: Plonger
Auteur: Christophe Ono-Dit-Biot
Éditions: Gallimard (Août 2013)
Collection: Blanche
Nombre de pages: 448
ISBN: 978 2 07 013427 4

Quatrième de couverture


« Ils l ont retrouvée comme ça. Nue et morte. Sur la plage d un pays arabe. Avec le sel qui faisait des cristaux sur sa peau. Une provocation. Une invocation. À écrire ce livre, pour toi, mon fils. » Un homme enquête sur la femme qu il a passionnément aimée. Elle est partie il y a plusieurs mois, pour une destination inconnue, le laissant seul avec leur petit garçon. Quand le roman s ouvre, on l appelle pour lui dire qu on l a retrouvée morte, sur une plage, près des vagues, vraisemblablement noyée, dans un pays lointain au paysage minéral qui pourrait être l Arabie. Elle était artiste, elle s appelait Paz. Elle était solaire, inquiète, incroyablement douée. Elle étouffait en Europe. Pour son fils, à qui il doit la vérité sur sa mère, il remonte le fil de leur amour - leur rencontre, les débuts puis l ascension de Paz dans le monde de l art, la naissance de l enfant et essaie d élucider les raisons qui ont précipité sa fin. Des trésors de la vieille Europe aux mégapoles du nouveau monde, du marbre des musées au sable des rivages sensuels où l on se lave de tout, « Plonger » est l itinéraire d une héroïne de notre temps. En quête de liberté, de profondeur, et de pureté dans un monde de plus en plus étouffant.


Mon avis

“Dans la vie, n’attends pas que le destin te prenne en charge.”


C'est pour son fils, Hector, que César écrit, enfin, c'est ce qu'il dit. Il veut lui raconter sa mère, lui expliquer comment ils se sont connu, aimé ... Peut-être est-ce aussi pour lui, une façon, de comprendre pourquoi ils se sont perdu, un moyen pour apprivoiser l'absence, de faire son deuil ...

J'ai lu, je ne sais plus où, je ne sais plus quand, qu'on ne doit pas mettre l'amour en cage... même si elle est dorée, douce et adaptée... On n'enferme pas l'amour, pas plus qu'on enferme un oiseau ...

Paz, la mère d'Hector, aimait la vie par dessus tout mais la vie qu'elle choisissait, qu'elle célébrait à sa manière quand elle le souhaitait... Une artiste dans toutes les fibres de son corps, une artiste qui demandait à être comprise mais comme beaucoup de personnes du milieu de l'art .... un être tourmenté, indécis, fragile et solide à la fois, ambivalent, capable d'actes “déraisonnés”, de se terrer dans de longs silences, surprenante, déroutante... Mais forcément captivante....

César aime Paz, elle le fascine, il pense qu'elle l'équilibre alors qu'elle le désarçonne et le déstabilise. Il essaie de s'approcher, de la " caresser" mais elle étouffe, elle s'isole, elle s'enfuit dans sa tête ....

C'est un long monologue auquel nous allons être confrontés, cheminement de César vers l'acceptation de la situation qu'il n'a ni choisie, ni souhaitée mais peut-être provoquée sans en être conscient....

A-t-il aimé Paz, une image de Paz, ou la vitalité qu'elle dégageait?

On peut reprocher à ce livre un côté “cliché” avec une artiste insaisissable et un journaliste désabusé d’avoir trop vécu. Si l’on met en exergue quelques phrases comme celles que l’on peut lire sur le temps qui passe (ce n’est pas nouveau: “tempus fugit”...) ou sur l’amour...quelques esprits chagrins diront que l’auteur n’a rien inventé dans son roman d’amour mais ...

Il y a un “je ne sais quoi” dans l’écriture qui porte, emporte, comme une houle à l’intérieur de nous-mêmes; comme une vague qui enveloppe et apporte parfois douceur, parfois fraîcheur....
Et toute cette eau que ce soit pour Paz ou pour nous, n’est ce pas comme une matrice? Un moyen de se retrouver?

Il est si difficile d'aimer... Quelquefois on aime trop et ainsi on aime mal... Qu'il est délicat ce dosage à trouver pour que chacun soit épanoui....
C’est tout cela que Christophe Ono-Dit-Biot essaie de comprendre à travers l’histoire de César et de Paz....
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9130
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ono-Dit-Biot, Christophe] Plonger

Message par creuse le Mer 6 Nov 2013 - 16:14

Quelle belle écriture CASSIOPE merci
avatar
creuse
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2476
Age : 68
Localisation : berry
Genre littéraire préféré : Classiques ,Romans historiques, régionaux, contemporains ,littérature de jeunesse
Date d'inscription : 15/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ono-Dit-Biot, Christophe] Plonger

Message par la grande astrance le Ven 21 Fév 2014 - 17:59

cela n'est que mon avis :
cela aurait pu faire une belle histoire ...
Un père écrit  à son fils , il veut lui faire connaitre sa mère, laquelle les a quittés sans préavis ...

César croise Paz dans une épicerie, séduit il la recherche ; trouvée, il fait un papier élogieux sur les photos de plage qu'expose la belle ...
Et il se plante complétement !

Et pour moi, c'est de là que viennent les difficultés de ce couple, ils ne se comprennent pas, n'échangent pas, ils sont aussi égocentriques l'un que l'autre , et pas sympathiques du tout.Il raconte, culpabilise puis se place en victime ...peu sincère à chaque fois.

Il refuse de quitter l'Europe après une ou deux expériences traumatisantes, elle rêve de déserts, adopte un requin ...
Il lui planque sa plaquette de pilules ...elle portera son enfant et voilà Hector mal désiré, mal aimé.

Le style d'écriture m'a profondément agacée ,le roman se noie par moments dans des élans lyriques  prétentieux où l'auteur se fait fort de placer de jolis mots - çà fait un peu composition française

Il décrit les expositions, les statues, les sites ... cela a au moins le mérite de nous enseigner un peu de culture (je ne connaissais pas les ampoules de Lorenzini !)
La fin est décevante et encore plus improbable que le reste de l'histoire

J'ajouterai qu'il me laisse un vague sentiment qu'il y a de le xénophobie voire d'islamophobie exprimée par petites touches  et c'est assez dérangeant
avatar
la grande astrance
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 353
Age : 61
Localisation : isere
Emploi/loisirs : psychomotricienne //le scrabble en ligne- astrance chez Word Biz
Genre littéraire préféré : les auteurs nordiques surtout les policiers
Date d'inscription : 15/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ono-Dit-Biot, Christophe] Plonger

Message par marief le Mar 12 Aoû 2014 - 18:06

moi aussi ce livre m a agacée..alors que l auteur est si sympathique quand il présente son livre !

marief
Apprenti
Apprenti

Féminin
Nombre de messages : 48
Age : 62
Localisation : BELGIQUE
Genre littéraire préféré : romans
Date d'inscription : 20/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ono-Dit-Biot, Christophe] Plonger

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum