Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Guillaume, Laurent] Black Cocaïne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Guillaume, Laurent] Black Cocaïne

Message par Cassiopée le Lun 25 Nov 2013 - 0:51



Titre : Black Cocaïne
Auteur : Laurent Guillaume
Éditions : Denoël (Novembre 2013)
Collection : Sueurs froides
Nombre de pages : 256
ISBN : 978-2207114926

Quatrième de couverture

«Au Mali, tout est possible et rien n’est certain», ainsi parle Solo, ce Franco-Malien recherché par la police française qui a laissé derrière lui un passé obscur pour recommencer une nouvelle vie sur le continent noir. Ancien des stups respecté de la profession, Solo est devenu à Bamako un détective privé populaire. Même si les souvenirs douloureux le hantent souvent, Solo les noie avec application dans l’alcool. Jusqu’au jour où une belle avocate française l’engage pour faire libérer sa sœur arrêtée à l’aéroport avec de la cocaïne. Un dossier en apparence simple pour Solo, mais cette banale histoire de mule va prendre une tournure inquiétante. Ses vieux démons réveillés, l’ex-flic se lance dans cette affaire dangereuse, entre tradition et corruption, avec la détermination de celui qui n'a rien à perdre.

Mon avis

« J’avais mal, mais j’étais en vie. »


Il a mal, il a été cabossé par la vie, il a reçu des coups au corps, au cœur, il a des bleus à l’âme….
Il s’appelle Solo, il est métis et sa vie, qui a été autrefois en France, est maintenant à Bamako.
Il fume, il boit, il sniffe de la cocaïne parfois et il ne rechigne pas, non plus, sur une rencontre purement sexuel avec une prostituée ou même plusieurs… Il est détective mais n’aspire qu’à une chose « qu’on le laisse tranquille »… Vu comme ça, on va dire que cet individu n’a rien d’attirant…et autant qu’il passe son chemin…

Touchez à quelqu’un qu’il aime et il ira jusqu’au bout, au péril de sa vie, pour venger celui qui a souffert. C’est un homme d’honneur. Et en cela, même s’il fait justice lui-même, il est attachant, car pour lui, les liens du cœur sont les plus forts.
Et c’est ce qu’il s’est passé, je me suis attachée à ses pas, j’ai retenu mon souffle de conserve avec lui, serré les poings, réfléchi, observé, pris fait et cause pour ses choix même s’ils s’avéraient dangereux et risqués.

En effet, Solo se retrouve à enquêter sur la mort d’une jeune femme à la demande de la sœur de cette dernière. Il n’est pas motivé et se contenterait bien de sa petite routine paisible mais un événement va l’obliger à sortir de sa réserve.

C’est, sous un soleil de plomb, dans un Mali à la latérite poussiéreuse, qui s’infiltre partout, que nous retrouvons Solo. Dans un pays où la justice est de temps à autre « un 320 » (le prix d’un bidon et d’une allumette) acté par les habitants, car ceux qui doivent trancher face aux fautes, se laissent quelquefois « graisser la patte » pour fermer les yeux ou oublier…
Lorsque la chaleur se calme, c’est une pluie lourde, insidieuse qui envahit, noyant le paysage sous des trombes d’eau, suffoquant le lecteur qui ne sait plus que penser de cette contrée aux multiples contrastes….

L’écriture de Laurent Guillaume est sèche, précise, cinglante, sans développement inutile. Les mots, les faits se succèdent à un rythme élevé, saccadé mais empreint de réalisme. Il arrive que Solo se pose devant un coucher de soleil sur une plage, regardant le paysage… C’est comme un havre de repos au milieu du tumulte. Nous en profitons pour reprendre notre respiration pendant quelques lignes, sentant que l’étau sur notre poitrine se desserre… mais cette accalmie ne dure pas, Solo repart et nous avec…
C’est un homme, un vrai, de ceux qui ont des tripes (et autre chose aussi ;-), de ceux qui veulent, s’ils restent en vie, s’ils survivent, pouvoir dire « j’ai fait ce qu’il fallait pour essayer (car il n’y arrivera jamais) d’être en paix avec moi-même… »
Ce personnage pourrait devenir un héros récurrent mais je déconseillerais à l’auteur de sombrer dans cette « facilité ». Pour avoir lu « Doux comme la mort », un autre de ses romans, je préfère qu’il continue de se renouveler et de nous entraîner dans différents univers.

C’est une communauté très masculine que nous côtoyons, des hommes durs, à qui la violence ne fait pas peur. Les scènes sont parfois difficiles car très visuelles. Il arrive que le verbe soit cru, presque choquant mais c’est en phase avec le récit, quand Solo agit avec l’énergie du désespoir que ce soit pour s’oublier dans un plaisir hypothétique ou dans un déluge de cruauté… Dans ces moments là, il n’existe plus que pour sa quête quelle qu’elle soit …

C’est un roman marquant, avec des protagonistes qu’on ne peut pas oublier même s’ils ont « un petit rôle ». De plus, le Mali ne se contente pas d’être un décor en toile de fond, il est « présence » et nous le découvrons sous un autre angle.

J’ai énormément apprécié ce livre, il a de la consistance, une ambiance particulière et le style de l’auteur me convient tout à fait !
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8806
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum