Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Puccino, Oxmo] Mines de cristal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Puccino, Oxmo] Mines de cristal

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Puccino, Oxmo] Mines de cristal

Message par Moulin-à-Vent le Ven 6 Déc 2013 - 3:37


Puccino, Oxmo
Mines de cristal
Chansons
Époque contemporaine
Éditeur: Au diable vauvert
127 pages
ISBN 978-2-84626-198-2

Quatrième de couverture

J'ai choisi d'imaginer
ce que nous aurions pu
Pour ne jamais réaliser
que nous ne rions plus
Si on avait su ne plus se déchirer
Aurions-nous pu sauver
ce qu'on a perdu

Mes impressions

L'auteur est un chanteur hip hop.  Ce petit livre, qui m'a été prêté par Pepil, petit livre auquel il tient comme à la prunelle de ses yeux, contient les paroles des chansons de l'auteur.
C'est une atmosphère sombre et l'amour est le problème numéro un.
Comme il fallait s'y attendre, il y a quelques beautés et j'ai spécialement aimé les paroles de «Demain peut-être».
Ma cote: 6/10.

Citations

"Même si le froid éclate nos neurones
C'est rien car rien c'est tout ce qu'on a"
(tiré de la chanson "Les jeunes du hall")

"Ils ne soupirent plus, quand ils vont en taule ils y
    sont déjà dehors..."
(tiré de la chanson "Les jeunes du hall")

"...Quand on sait ce que l'homme vaut, on ne se
    fatigue pas à prêcher..."
(tiré de la chanson "Nirvana")

    "DEMAIN PEUT-ÊTRE"
Est-ce un signe de la fin des temps?
La Terre est ronde mais ne tourne pas comme
Les hommes et les femmes, victimes d'eux-mêmes
    constamment ivres
Saoulés par la vie qu'ils mènent, subir des choix pris
    trop vite
Les esprits philosophes soupirent
Les autres s'excusent: «je ne savais pas, je ne
    pouvais
J'avais peur» ou «j'étais trop jeune»
Les regrets ne riment à rien, faut pas rêver, on ne
    revient pas en arrière

Justifier un mal pour le bien, ou par manque de
    principe
Tirer la couverture sur soi, quand il n'y a ni froid ni
    sommeil
En plus, au lieu de dormir, on fait l'amour ou on y croit
Mais au réveil il faut se nourrir, à peine debout c'est
    déjà la course
Et dans le métro, le discours des SDF ne touche plus
La vie est difficile, on a tous le même speech aux
    Assedic:
Mais oui!
Ta femme te quitte, t'as plus de taf, tes mômes sont
    horribles
Désolé d'être si cru
Mais on a tous les mêmes problèmes


Demain peut-être
Mais aujourd'hui...

V'là que le temps nous dépasse à la vitesse de la
    lumière noire
Les saisons se dérèglent
Les femmes veulent des couilles, les mecs des règles
À mon humble avis, la peine est une trop simple
    raison
Pour répandre des cendres

Sous prétexte d'un peu de chaleur humaine,
Même c'est la merde hein?  Ben, nique tout
Mais qu'est-ce que tu vas faire quand tu seras tout seul
    et que t'auras tout?
Comme avoir rien et être plein
Le dilemme c'est que l'homme n'aime pas
    tellement partager
Et si nous étions tous riches, eh bien on se
    jalouserait
Ici on dort sur des polochons
On fait la grève quand on n'a pas l'eau chaude
Là-bas c'est la guerre, ici on s'en fout
Toujours à se plaindre et les autres sont fous
Enfermons-nous dans une coquille, envoyons-nous
    des e-mails
À travers mes décibels, des milliers de fidèles
    aiment
Je traîne avec les esprits, les astres mes balustrades
Cinq lustres une taffe de plus m'évitent le désastre


L'amusant dans ce morceau, c'est que le monde va
l'aimer
La musique si plaisante et personne ne s'est senti
visé
T'as raison! c'est de ma faute, maintenant ils lèvent
Le pif

Et vivons nos erreurs, y a pas sinon
Nos enfants payeront pour
Inconscience ou manque de frousse?
Nous ne sommes que des nombres espé-rêvant se
coter en bourse
À peine posé le lait s'évapore, nos corps partent
avec
On paye par le web, ouaiiis
On de dématérialise, devenons matérialistes
Et on ne réalise pas que tout va si vite
Mais la vitesse n'emmène pas loin, à quoi bon
S'élever pour tourner en rond?
Moi je reste au centre, nous nous verrons
Demain peut-être...


Demain peut-être
Mais aujourd'hui
Ce monde est mien
Je n'y peux rien
Je ne m'y fais pas, mais
Je l'aime bien

(Chanson «Demain peut-être»)

"«Carabine à air déprimé cherche tempe libre»"(Tiré de la chanson "J'ai mal au mic")

"Mes thèmes me viennent de la sous-France même."(Tiré de la chanson "J'ai mal au mic")

"De partir, je m'en fous, je ne crains que la manière"(Tiré de la chanson "J'ai mal au mic")

"... tu m'rappelles ce jour où tu partiras"(Tiré de la chanson "Le jour où tu partiras")

(Oxmo Puccino, "Mines de cristal")

avatar
Moulin-à-Vent
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 1952
Age : 65
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Retraité
Genre littéraire préféré : Roman historique
Date d'inscription : 07/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum