Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Grainville, Patrick] Bison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Grainville, Patrick] Bison

25% 25% 
[ 1 ]
75% 75% 
[ 3 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 4

[Grainville, Patrick] Bison

Message par lalyre le Ven 3 Jan 2014 - 20:32

[Grainville, Patrick]
Bison
Editions du Seuil 2 janvier 2014
ISBN 978 2 02 113889 4
Exergue
« M. Catlin est parti seul, sana amis et sa conseils, armé de ses pinceaux et de sa palette, pour fixer sur la toile et sauver de l’oubli, les traits, les mœurs et les costumes de ces peuplades, dites sauvages, et qu’i faudrait plutôt désigner par le nom d’hommes primitifs. Il a consacré huit années à cette exploration, et visité, au péril de sa vie, les divers établissements d’une population d’environ cinq cent mille âmes, aujourd’hui déjà réduites de plus de la moitié, par l’envahissement du territoire, l’eau-de-vie, la poudre à canon, la petite vérole et autres bienfaits de la civilisation »
Georges Sand (Relation d’un voyage chez les sauvages de Paris)

Quatrième de couverture
Philadelphie, 1828. Promis à une belle carrière d'avocat et de peintre mondain, George Catlin voit une délégation d'Indiens se rendre à Washington pour négocier des traités. Il est ébloui par la superbe des cavaliers. Bientôt, le peintre renonce à ses portraits de citadins huppés, il quitte sa femme, sa ville, son confort, enfourche son cheval pour galoper le long du Missouri et du Mississippi à la rencontre de dizaines de tribus. La grande prairie est vierge. Nuls colons, nuls cow-boys. Des millions de bisons. Catlin est le premier à saisir sur le vif, armé de sa palette et de son pinceau, l'épopée des Indiens. Il réalise d'inoubliables portraits, recueille une incroyable moisson d'objets, son fameux « musée indien » qui fascinera quelques années plus tard George Sand et Baudelaire.
Bison raconte le séjour de Catlin chez les Sioux, les aventures d'un village et de ses héros singuliers. L'imagination vient volontiers à la rescousse du document pour recréer, incarner le grand rêve de cet Américain sans préjugés, de ce fou d'Indiens, luttant pour sauvegarder leurs visages magnifiques et condamnés.
En plein soleil, l’eau jaillissait d’un amoncelle-ment rocheux piqueté de saules et de pins. Il s’approcha pour se rafraîchir. Il atteignait le pied de la cascade quand il vit la robe étalée sur une roche. Il recula, regarda autour de lui : nul signe particulier, nul village alentour.

Petite chronique
Ce livre étant très difficile à raconter, je dirai tout de même qu’il est certain que le peintre M. Catlin a existé. Ce que j’ai aimé dans ce livre, ce sont les noms des Sioux, tels que Louve, Graisse de Bison, Tonnerre Riant et bien d’autres descriptions des rites, ils enlèvent leurs vêtements, ils ont des cheveux longs d’un côté du crâne et rasés de l’autre côté. Leurs torses sont couverts de peinture verte, ornés de zig-zag représentant la foudre, car ils ont eu des visions de oiseaux-tonnerre, ils adressent des prières aux quatre directions, Ils dansent en gesticulant, comme désarticulés, Ils disent n’importe quoi, Ils glapissent. L’homme noir fait de grands gestes et des signes de conjuration, se met à déclamer une prière. Le chamane Oiseau Deux Couleurs et Louve s’étaient enfuis mais très vite rattrapés, ils savent qu’il est trop tard pour fuir, qu’ils ne peuvent le faire ainsi à l’infini

Mon avis
Et bien je pensais ne pas faire le résumé de ce roman qui conviendra parfaitement à des lecteurs férus d’aventures et de coutumes des ethnies indiennes. Ce livre ma paraît intéressant sous bien des aspects. Quand au XXème siècle, les descendants des vieux chefs ayant appris le langage des blancs écriront leurs souvenirs des jours précédant la christianisation, l’école forcée, la séparation d’avec leurs parents et l’interdiction de parler leur langue, Tous raconteront en anglais la même chose, l’exil. Tous devenus très vieux , entrés dans l’époque des gratte-ciel et des avions se souviendront de leur première chasse au bison qui fut aussi la dernière. Quand les tableaux de Catlin seront enfin reconnus et que ces indiens ressuscités occuperont les cimaises des vieux musées américains, dont celui de Petit Loup que Baudelaire aimait, Louves et Oiseau apparaîtront entourés de bisons, le long des rivières sioux, dans la ronde du soleil. Un livre que j’ai beaucoup aimé pour son dépaysement total et l’écriture limpide, un très bon roman ou l’on ne s’ennuie jamais.
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5932
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grainville, Patrick] Bison

Message par joëlle le Sam 5 Sep 2015 - 15:53

Je remercie Partage lecture et les éditions Points pour ce partenariat.

En lisant "Bison", j'ai découvert un peintre, George Catlin. Ce n'est pas une biographie que Grainville nous offre, nous sommes en 1831. Dans un style plein de poésie, dans une langue riche il nous décrit les tableaux de celui qui essayât d'immortaliser la vie des peuples indiens. Collectionneurs de tous les objets faisant la vie quotidienne de ses peuplades, amateur de leur rite, parfois choqué par les scarifications, par l'abandon des vieillards, et le traitement des femmes qui sont, à quelques rares exceptions près, destinées aux travaux les plus durs. Catlin a laissé des écrits, certainement plus pudiques que ce que nous livre Grainville.
Entre Louve, la jolie crow enlevée par Aigle rouge, Oiseau Deux Couleurs, chaman androgyne, Cuisse, mais aussi Genou boiteux ou Elan noir, dont les visions sont pour le moins étranges, et tant d'autres Catlin et son aide de camp, vont vivre les rites des amérindiens, les amours et les jalousies.

Venant en France pour l'exposition de 1846, il rencontrera entre autre George Sand et Baudelaire. On peut regretter l'exhibition d’indiens. Les humanistes de l’époque posent le problème moral de ce « cirque ethnographique ». George Sand parle d’un peuple libre, sincère dans « leur soucis de communiquer leur culture ».
Avec ce roman, dans un style poétique que j’ai beaucoup aimé, décrivant de façon tellement vivante les tableaux, Grainville permet un autre regard, non seulement sur les indiens et la grande prairie américaine, mais aussi sur l’histoire que peut raconter un peintre à travers tableau.

Je ne résiste pas au plaisir d'ajouter la critique de Baudelaire sur l'oeuvre de Catlin:
source: Œuvres complètes de Charles Baudelaire
Michel Lévy frères, 1868 (II. Curiosités esthétiques, pp. 77-198).
"Il y a au Salon deux curiosités assez importantes : ce sont les portraits de Petit Loup et de Graisse du dos de buffle, peints par M. Catlin, le cornac des sauvages. Quand M. Catlin vint à Paris, avec ses Ioways et son musée, le bruit se répandit que c’était un brave homme qui ne savait ni peindre ni dessiner, et que s’il avait fait quelques ébauches passables, c’était grâce à son courage et à sa patience. Était-ce ruse innocente de M. Catlin ou bêtise des journalistes ? — Il est aujourd’hui avéré que M. Catlin sait fort bien peindre et fort bien dessiner. Ces deux portraits suffiraient pour me le prouver, si ma mémoire ne me rappelait beaucoup d’autres morceaux également beaux. Ses ciels surtout m’avaient frappé à cause de leur transparence et de leur légèreté.
M. Catlin a supérieurement rendu le caractère fier et libre, et l’expression noble de ces braves gens ; la construction de leur tête est parfaitement bien comprise. Par leurs belles attitudes et l’aisance de leurs mouvements, ces sauvages font comprendre la sculpture antique. Quant à la couleur, elle a quelque chose de mystérieux qui me plaît plus que je ne saurais dire. Le rouge, la couleur du sang, la couleur de la vie, abondait tellement dans ce sombre musée, que c’était une ivresse ; quant aux paysages, — montagnes boisées, savanes immenses, rivières désertes, — ils étaient monotonement, éternellement verts ; le rouge, cette couleur si obscure, si épaisse, plus difficile à pénétrer que les yeux d’un serpent, — le vert, cette couleur calme et gaie et souriante de la nature, je les retrouve chantant leur antithèse mélodique jusque sur le visage de ces deux héros. — Ce qu’il y a de certain, c’est que tous leurs tatouages et coloriages étaient fait selon les gammes naturelles et harmoniques.
Je crois que ce qui a induit en erreur le public et les journalistes à l’endroit de M. Catlin, c’est qu’il ne fait pas de peinture crâne, à laquelle tous nos jeunes gens les ont si bien accoutumés, que c’est maintenant la peinture classique."


Buffalo Bull Grazing George Catlin 1845

La chasse au bison selon Catlin

_________________
Ma PAL

Mes lectures communes:

Mes challenges:  
"Suivi d' auteurs"
avatar
joëlle
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 4560
Localisation : Gard
Date d'inscription : 30/09/2013

http://leslecturesdejoelle.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grainville, Patrick] Bison

Message par Pinky le Dim 6 Sep 2015 - 10:27

merci Lalyre et Joëlle pour ces présentations intéressantes
avatar
Pinky
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5886
Age : 54
Localisation : Les Sables d'Olonne (85)
Emploi/loisirs : Educatrice spécialisée, peinture, dessin, bricolage, ballade, baignade, tricot, couture
Genre littéraire préféré : Je lis de tout en littérature mais j'ai beaucoup de mal avec les policiers... j'en lis 1 ou 2 dans l
Date d'inscription : 04/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grainville, Patrick] Bison

Message par Elo le Mer 9 Sep 2015 - 16:16

Titre : Bison
Auteur : Patrick Grainville
Editions : Points
Date de parution : Janvier 2015
Nombre de pages : 300 pages
ISBN : 9782757849538



La 4ème de couverture :

Enfin, les bisons sont arrivés. Armés d'arcs, parés d'amulettes et de plumes, les Sioux s'élancent et l'épopée commence. Sur la colline, George Catlin peint à toute vitesse pour garder la mémoire de ces peuples. Il le pressent : bientôt il n'y aura plus de bisons, plus d'Indiens libres. Les Blancs vont détruire leur vie nomade en harmonie avec la prairie, leurs fêtes, leur religion, leurs chasses…

Patrick Grainville est né en 1947 à Villers. En 1976, il a obtenu le prix Goncourt pour Les Flamboyants. Il est l’auteur de plus de vingt romans. En 2012, il s’est vu décerner le Grand Prix Paul-Morand de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.

« Une fresque flamboyante. L'apothéose, c'est quand s'ouvre une chasse au bison. Ça meugle, se bouscule, mugit, se chevauche et se tue dans un déluge de phrases. C'est magnifique. »
Paris Match

Grand Prix Palatine du Roman historique 2014

Mon avis :

« Il peint contre la disparition, l'oubli. Il sait qu'il agit en historien. Il est joyeux. A sa place dans la prairie sioux. »
Ces quatre phrases, glissées sur la 4ème de couverture, suffisent à saisir tout l'intérêt de ce roman, toute sa force d'attraction, de séduction.
Je suis, depuis quelques années, fascinée par les récits sur la vie des Esquimaux et les explorations du Grand Nord ; mais les Indiens et les vastes plaines me sont inconnus. Le voyage que nous propose Patrick Grainville est pourtant magnifique. A l'instar du travail de Catlin, personnage qui nous sert de guide au sein des tribus indiennes, c'est un tableau, une fresque littéraire.
Cette fresque, Patrick Grainville nous la livre en nous racontant l'oeuvre de George Catlin, célèbre peintre fasciné par les Indiens et ayant décidé de  consacrer son travail à faire vivre leur souvenir. Catlin, accompagné de Bogard, sillonnera les vastes plaines américaines dans les années 1830 afin de peindre portraits et tableaux d'Indiens, et de récolter divers objets permettant d'alimenter son musée indien car il pressent la perte de ces tribus face à « l'homme blanc ».
L'écriture est détaillée, minutieuse et poétique. Le rythme est lent, obligeant le lecteur à savourer la lecture ! C'est un régal !
Que dire des personnages Indiens ? Louve Blanche, Oiseau Deux couleurs, Genou Boiteux, Aigle Rouge, Elan noir, Cuisses,... Tous sont plus fascinants et énigmatiques les uns que les autres, tout comme les rites et les croyances qu'ils pratiquent.
Je tiens à faire une mention spéciale pour les scènes d'ouverture et de clôture du roman ; il y a comme un effet miroir, c'est très (très) intéressant à lire.

En bref, j'ai découvert « un monde perdu » avec grand plaisir et intérêt, et à l'instar de mon opinion concernant les Esquimaux, je déplore que nous n'ayons pas su empêcher cette perte.

Je remercie vivement les éditions Points et le forum Partage Lecture pour ce partenariat.

_________________
Et puis, de toute façon je m'en fiche, je suis une princesse ! king
avatar
Elo
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1798
Age : 28
Localisation : 92
Emploi/loisirs : Cuisine, cause animale, jardinage, loisirs créatifs
Genre littéraire préféré : Les romans contemporains. Et beaucoup d'autres !
Date d'inscription : 27/11/2014

http://elo-lit.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grainville, Patrick] Bison

Message par Pinky le Mer 9 Sep 2015 - 20:24

merci Elo pour cette présentation
avatar
Pinky
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5886
Age : 54
Localisation : Les Sables d'Olonne (85)
Emploi/loisirs : Educatrice spécialisée, peinture, dessin, bricolage, ballade, baignade, tricot, couture
Genre littéraire préféré : Je lis de tout en littérature mais j'ai beaucoup de mal avec les policiers... j'en lis 1 ou 2 dans l
Date d'inscription : 04/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grainville, Patrick] Bison

Message par Ancalina le Mer 9 Sep 2015 - 21:12

Merci pour ton avis!
avatar
Ancalina
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1702
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 29/04/2015

http://www.thepearloflight.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grainville, Patrick] Bison

Message par Cassiopée le Mer 16 Sep 2015 - 14:11

Mon avis


Ce livre est une fresque, une immense peinture où la main de l’écrivain fait vivre ce que voit l’œil du peintre.
Les scènes décrites sont comme autant de tableaux qui se construisent sous nos yeux. Le décor se met en place, l’atmosphère s’installe puis apparaissent les personnages donnant vie à l’ensemble. A ce moment là tout s’anime : sons et lumières …

« Les enfants se chamaillent, se poursuivent, galopinent, jouent à la guerre. On entend le fleuve. Des canards étincelants filent au ras de l’eau. Les saules et les bouleaux bruissent dans une passe du vent. La masse des feuillages ploie, saisie d’un frétillement infini, miroitant. On pourrait rester là , se confondre avec la vie. S’il n’y avait sur la colline ce marcheur obstiné dans sa quête. Alors que la vision semble immédiate, déployée partout, épanouie dans tous les éléments, les sons, couleurs, mouvements accordés, que tout le monde finalement le sent. »

L’écriture est d’une poésie infinie, une musique rythmée par les phrases longues ou courtes telles des mélopées ou des cris lorsqu’il le faut. De temps à autre, les scènes sont plus viriles, plus dures mais toujours se dégage la sérénité de celui qui peint, qui est le « témoin » vivant de ce qui se déroule sous ses yeux.
Peindre contre l’oubli….

On peut se demander ce qui a poussé cet homme en 1832 à abandonner une carrière d’avocat et de portraitiste, ainsi que femme et enfants pour aller à la rencontre de ces peuples indiens qu’il a choisi de représenter.
« Il rayonne » est une des explications… Je pense que Catlin s’est accompli dans cette œuvre gigantesque de «devoir de  mémoire ». Expliquant ses premiers contacts  (entre autres avec la langue des signes), ses premières approches (en faisant des dons),  ses échecs (les indiens qui ne veulent pas être peints) , les cadeaux reçus (comme preuve de confiance d’une parole donnée)…… l’auteur nous fait découvrir le quotidien de l’artiste.

« Catlin travaille bien. Il est solide. Il sait ce qu’il aime, où il va. Depuis Philadelphie, il a tout quitté : position sociale, femme, aisance, il a accompli plus de quatre mille kilomètres précisément pour jouir de ce moment de capture et de création. »


Est-ce que le peintre aime les indiens ? Où est-ce qu’il aime poser ses pinceaux sur la toile pour inscrire leur histoire quelque part, laisser une trace ? En lisant ce roman, la réponse transpire entre les lignes …..

Ce livre est pour moi un coup de coeur.
Pour le sujet traité et ma tendresse particulière pour ses « oublié s ».
Pour l’écriture qui m’a transportée.
Pour le plaisir de cette lecture dont je me suis délectée, la faisant durer pour rester encore un peu avec chacun de ceux qui étaient évoqués….

Ecureuil agile *

* nom indien que m’ont choisi mes élèves lorsque nous avons lu « Petit Arbre ».
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9131
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grainville, Patrick] Bison

Message par Pinky le Jeu 17 Sep 2015 - 8:48

merci Ecureuil agile pour cette belle présentation
avatar
Pinky
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5886
Age : 54
Localisation : Les Sables d'Olonne (85)
Emploi/loisirs : Educatrice spécialisée, peinture, dessin, bricolage, ballade, baignade, tricot, couture
Genre littéraire préféré : Je lis de tout en littérature mais j'ai beaucoup de mal avec les policiers... j'en lis 1 ou 2 dans l
Date d'inscription : 04/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grainville, Patrick] Bison

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum