Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Lecaye, Alexis] les dames - tome 3: Dame de carreau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Lecaye, Alexis] les dames - tome 3: Dame de carreau

Message par Sharon le Ven 17 Jan 2014 - 21:11



Titre : les dames, tomes  3 : Dame de carreau.
Auteur : Alexis Lecaye.
Editeur :  Le masque.
Nombre de pages : 423 pages.

Présentation de l’éditeur :            

À Paris, une jeune femme est agressée dans la cour de son immeuble. Bâillonnée et jetée dans le coffre d’une voiture, elle se retrouve attachée sur un lit, nue, à la merci d’un cinglé cagoulé qui lui fait écouter du Mozart. Elle croit sa dernière heure arrivée et pourtant, au milieu de la nuit, elle est libérée, saine et sauve et n’a subi aucun sévice. C’est avec une perplexité grandissante que le commissaire Martin écoute le récit de cette jeune femme, qui, bien que fragilisée nerveusement, n’a rien de l’affabulatrice type. Jeannette, l’adjointe du commissaire, part rapidement sur la piste de disparitions de jeunes femmes jamais élucidées. Les similitudes entre les différentes affaires sont minces mais Jeannette a maintes fois prouvé que son instinct était infaillible. Martin et elle partent alors sur la trace d’un criminel récidiviste. Malgré le manque d’indices, ils ont l’avantage d’avoir un témoin de premier choix en la personne de la victime qu’ils espèrent bien être la dernière.

Mon avis :

J’écris mon avis presque aussitôt après avoir terminé sa lecture, non parce que ce fut un coup de cœur, mais parce que je sens que si je ne l’écris pas tout de suite, les qualités que j’ai trouvées à ce roman risquent de s’effacer au profit de ses défauts.
Je commencerai par ces qualités, donc. Dame de carreau est un polar qui se lit tout seul. Le style est fluide, l’intrigue est prenante, et j’ai tourné les pages très rapidement car j’avais envie de connaître la suite. Bien que nous ayons à faire à un tueur en série, le récit n’est jamais exagérément violente, ou sanguinolent. Les victimes sont avant tout des personnes, qui manquent (ou pas) à leurs proches, et c’est le vide crée par leur disparition qui est évoqué, non leur autopsie. Certes, il reste quelques scènes sanglantes ou éprouvantes mais leur rareté leur permet de faire sens à l’intérieur de cette intrigue.
Le récit s’étale sur presque une année entière – et c’est tant mieux. Résoudre en un épisode télévisée ou deux jours des disparitions qui s’échelonnent sur huit ans n’auraient pas été crédibles. J’aime aussi que l’auteur passe au présent de narration au moment le plus intense (la traque ultime du meurtrier), lui qui a toujours scrupuleusement utilisé l’imparfait et le passé simple jusqu’ici. La technique pour rendre un récit plus vivant, déjà utilisé dans les Fables de La Fontaine, fonctionne toujours.
Je passerai maintenant à ce qui m’a gêné dans le récit, et comme toujours, cela touche à un point de mon histoire familiale. Je ne crains pas tant de le révéler (ce n’est pas un secret de famille) que de m’entendre répondre : "et, oh, je m’y connais en blessure par balles dans le cerveau, et l’on peut très bien se remettre sans séquelles et très rapidement d’une balle prise en pleine tête". Soit. Néanmoins, je trouve que Véronique, l’un des personnages, se remet fort bien de cette blessure par balles à la tête. J’aimerai que ce soit le cas pour tout le monde.
Ensuite, je n’ai pas aimé l’une des enquêteurs. Passe pour Martin, je le rencontrai seulement dans ce volume, et son passé explique peut-être son comportement dans le présent (même si un jour son fils lui demandera des comptes). Quant à Jeannette… non, je n’ai aucune sympathie pour elle, je ne suis pas assez midinette pour cela.
Dame de carreau m’a apporté un bon moment de lecture, mais c'est tout.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7225
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum