Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Mankell, Henning] Les ombres grandissent au crépuscule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mon avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Mankell, Henning] Les ombres grandissent au crépuscule

Message par Sharon le Mar 25 Fév 2014 - 22:41



Titre : les ombres grandissent au crépuscule.
Auteur : Henning Mankell
Editeur : Seuil Jeunesse
Nombre de pages : 229.

Mon résumé :

Nous sommes en Suède, en 1957. Le climat est rude, les gens le sont plus encore. Joël, douze ans, vit seul avec son père bucheron depuis sa mère les a abandonnés. Un jour, il manque de se faire renverser par un bus. Il est miraculé. Il décide alors d’accomplir une bonne action, en remerciement de ce miracle.

Mon avis :


Je n’avais jamais été déçue par un roman d’Henning Mankell. Il y a un début à tout.
J’ai aimé certains aspects du récit, comme la peinture de la vie rude, dans ce coin perdu de la Suède. A cette époque, une opératrice téléphonique opérait encore, de jour comme de nuit, pour mettre en communication les bienheureux (et rares) possesseurs du téléphone. A cette époque, les institutrices pouvaient pincer les oreilles jusqu’à arracher des larmes à leurs élèves. A cette époque, un homme qui fait la vaisselle n’est pas vraiment un homme, et ne fait donc pas un compagnon possible.
Joël, lui, veut rendre l’une de ses seules amies heureuse, en lui trouvant un compagnon. Las ! Gertrude, défigurée par une opération ratée, se retrouve encore plus isolée, encore plus en but à la moquerie des personnes normales après l’intervention de Joël. Et sa "vengeance" est extrêmement puérile, digne d’un enfant de douze ans immature. J’avais presque envie de lui donner des gifles tant sa naïveté est flagrante. Est-ce parce que son père, si bourru soit-il, a toujours cherché à le protéger ? Est-ce parce qu’il trouve trop souvent refuge dans l’imaginaire, face à une réalité hostile ? Il exprime souvent son désir de quitter le monde de l’enfance pour celui des adultes, cependant il ne comprend pas les émotions, les réactions des adultes qui l’entourent, perdu qu’il est dans son monde. Et le roman de s’arrêter presque là où il avait commencé.
Ce roman de littérature jeunesse a peut-être trouvé son public en Suède. Je me demande ce qu’il en est en France : sa rudesse, son décalage, séduirait-il de jeunes lecteurs ?
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7003
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum