Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Gaige, Amity] Schroder

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur Schroder d'Amity Gaige

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Gaige, Amity] Schroder

Message par Sharon le Dim 30 Mar 2014 - 21:22



Titre : Schroder.
Auteur : Amity Gaige.
Editeur : Belfond.
Nombre de pages : 340

Mon résumé :

Erik écrit une longue lettre confession pour son ex-femme, Laura, sur les conseils de son avocat. Il est en prison, pour enlèvement, ou pour non-présentation d’enfants, selon le point de vue avec lequel on considère ce qui s’est passé. Au fil de ses pages, il se confie, et révèle ce qui l’a conduit à devenir Erik Kennedy, et non plus Erik Schroder.

Mon avis :

J’ai terminé ce livre depuis une semaine déjà et je ne parviens pas à rédiger mon avis. Rien à faire. Blocage. Cette lecture fut très intéressante, je ne peux pourtant pas dire que j’ai pleinement apprécié ce livre.

Sa lecture ne pose pourtant pas de problèmes particuliers, encore que j’ai eu du mal à croire à cette longue lettre confession. J’ai eu l’impression, à certains moments, notamment quand le narrateur parle de ses méthodes éducatives avec sa fille de trois ans, qu’il cherchait l’approbation non de sa femme, mais d’un public bien plus vaste.

Il faut dire que l’affaire Erik Schroder est sorti du cadre des affaires familiales du moment où Erik n’a pas ramené sa fille bien aimée en tant et en heure à sa mère. Enlèvement, disent les uns. Pour moi, volonté de rester le plus longtemps possible avec sa fille, hors des contraintes légales, hors des carcans imposés – voir la surveillance pas très discrète de son beau-père. Désir aussi d’être enfin sincère avec quelqu’un.

Car Erik ment, et depuis des années. Il ment sur son identité, sur ses origines, et moi de me dire qu’Erik a eu une chance folle le jour où, adolescent, à l’insu de son père, il modifie son identité pour s’inscrire dans un camp de vacances (n’y a-t-il que moi qui trouve ce coup de chance initial très tiré par les cheveux ?). Au fur et à mesure de sa confession, de ses retours en arrière entre moments de complicité avec sa fille (un peu trop mûre pour son âge) et souvenirs de ce passé enseveli, enfoui, se dessine le portrait d’un autre Erik, celui qu’il ne voulait surtout pas être, enfant déraciné, aimé sans doute, mais sevré de tendresse. La question n’est plus tant alors si l’on peut construire sa vie sur des mensonges, mais si l’on peut la construire en reniant en profondeur ce qui a fait de nous ce que l’on est.

Shroder est un roman très intéressant par l’analyse qu’il propose. Cependant, je n’ai jamais ressenti d’empathie pour les personnages, je n’ai pas été émue, sauf à la fin du roman, quand l’heure de la séparation définitive sonne, quand Erik ne peut plus faire face à la réalité qui l’entoure et qu’il ne maîtrise plus.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7506
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum