Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Berenboom, Alain] Monsieur Optimiste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Berenboom, Alain] Monsieur Optimiste

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Berenboom, Alain] Monsieur Optimiste

Message par zazy le Mar 29 Avr 2014 - 19:25


Monsieur Optimiste
Alain Berenboom
Editions Genèse
Octobre 2013
248 pages
ISBN : 9782930585161


4ème de couverture :
À la mort de ses parents, le narrateur décide de ranger, non sans réticence, les archives familiales empilées depuis des lustres dans une armoire. Il redoute ce travail fastidieux, tant il est persuadé que son père, un petit pharmacien de quartier, a eu une vie « sans histoires ». Or, au fil des découvertes, se dessine le portrait d’un Don Quichotte original et aventureux qui, sous couvert de patronymes différents, a vécu plusieurs vies avec l’indéfectible optimisme des vrais héros. Ayant quitté son shtetl de Pologne, il est venu en Belgique à la fin des années vingt étudier la pharmacie à Liège. Comme il ne parle pas français, il trouve le job idéal auprès d’un prestidigitateur à la recherche d’un « étranger » prêt à monter sur scène à chaque représentation pour confirmer au public que la femme à couper en deux est bien dans son écrin. C’est ainsi que commence une vraie de magicien qui va lui permettre de surmonter les épreuves qui se succèdent, l’entrée en guerre, le voyage de noces avec sa jeune épouse, la belle Rebecca, à Boulogne-sur-Mer sous les bombardements, une amitié imprudente avec un Allemand qui se révèle espion du IIIe Reich. Il lui faut déployer beaucoup d’imagination pour éviter l’arrestation par les nazis mais aussi par la Sûreté de l’État, à l’affût de ses amitiés communistes. Mauvais juif mais lecteur assidu de la Bible, mauvais Polonais qui résiste aux appels au retour de sa mère dont les lettres lui racontent mois après mois une vision idyllique de son village, tenté d’immigrer en Israël, défenseur forcené de son pays d’accueil : voilà quelques-unes des facettes contradictoires de Monsieur Optimiste. À travers ce récit, tantôt burlesque, tantôt poignant et nostalgique, inspiré de la vie du père de l’auteur, c’est l’histoire du XXe siècle qui se dessine en filigranes mais c'est surtout pour l'auteur une façon de tendre la main à ses origines et de cerner sa propre identité. Comment deux immigrés de l’Est ont fabriqué un « Belge de souche »…


===========

Ranger les archives fut, pour l’auteur, une révélation totale, lui qui pensait que la vie de ses parents fut un long fleuve tranquille.

Ce ne fut pas la boîte de Pandore, mais une porte ouverte sur le passé de ses parents et par la-même, sur son ascendance. De ses boîtes sortent des lettres écrites en polonais et ou Yiddish. Comme ses parents n’ont jamais voulu lui apprendre ses deux langues, il a recours à des traducteurs pour pouvoir avancer à l’envers de la vie de ses parents. Son père a tout fait pour « belgiser » son fils. Après avoir survécu à la seconde guerre mondiale, il flamandise son propre nom qui de Berenbaum devient Berenboom.

Avant d’être ce pharmacien sans histoire qu’il a connu, Chaïm Berenbaum a parcouru un chemin semé de surprises, d’embuches depuis shtetl polonais natal. Cet homme surnommé Monsieur Optimiste l’est vraiment. Ses aventures furent rocambolesques, émouvantes. Il fut à ses débuts belges, aide d’un magicien coupeur de femme en deux !

Alain Berenboom nous offre un livre optimiste, empli de pudeurs, d’amour pour ses parents, plein de notre histoire européenne et plus particulièrement de l’histoire belge. Son écriture dense, est parsemée de traits d’humour et d’autodérision qui lui permettent de cacher l’émotion que l’on ressent à la lecture certaines phrases.

Oui, vraiment, un très bon livre ; je comprends qu’il ait obtenu le prix Rossel, souvent qualifié de "Goncourt belge". Une lecture vivifiante et un coup de cœur tant pour l’écriture que la profondeur du sujet, bien qu’affaibli par les dernières pages inutiles à mon sens, mais ce n’est que le mien.

Merci Diane pour ce beau cadeau de Noël


Quelques extraits :

Qui se soucie de la vie de ses parents ? Qui a eu la curiosité, la force ou simplement l’idée de percer leurs secrets, de violer leur jardin personnel ? Pour un enfant, les parents n’ont pas d’âge, pas d’histoire, pas de passé et surtout pas de mystère. A l’adolescence, on ne s’intéresse qu’à soi. Plus tard, après avoir quitté le nid, on ne les voit plus qu’un dimanche de temps en temps, puis aux fêtes d’anniversaire, à la nouvelle année. Et que reste-t-il de nos parents quand la tentation nous prend enfin d’ouvrir la boîte de Pandore ? Des morceaux d’histoires qui leur ont échappé et qu’on a miraculeusement retenus, on ne sait pourquoi : le nom d’un ancien ami –ou d’un ennemi- à qui ils n’ont jamais pardonné, des rancœurs familiales à l’origine obscure.

Toute personne de race juive doit s’inscrire dans sa commune de résidence, décrète l’ordonnance d’octobre 1940. Si les Allemands avaient obligé, disons tous les myopes, les goitreux, les unijambistes, les bègues ou les maladroits à s’inscrire dans un registre, imagine-t-on qu’ils auraient obtempéré ? Et si une ordonnance avait décrété qu’il fallait dresser un inventaire des maisons envahies par les mouches, quel propriétaire aurait été assez candide pour tomber dans le panneau ? Faudrait avoir eu une araignée dans le plafond ! ! Alors, pourquoi diable mon père s’est-il empressé de se déclarer juif et d’inscrire son nom et celui de ma mère dans ce foutu registre ? Voulait-il prouver que lui aussi respectait la loi comme tous ses chers voisins ? Qu’il était aussi bon juif Belge qu’eux ?

Pour expliquer son travail pour la Résistance, les risques qu’il prît, mon père n’a jamais évoqué le sort de ses coreligionnaires. Il en avait juste assez de voir les allemands tenir le haut du pavé, dicter leur loi, l’obliger à vivre dans la clandestinité, lui qui voulait tout simplement retrouver sa pharmacie, ses clients et rouler entre ses doigts habiles les petits pilules qui lui donnaient la réputation méritée de meilleur magicien de l’Est (de Bruxelles).

Pendant que les nazis effacent la famille Berenbaum à l’est de l’Europe, que deviennent Chaïm et Esther à l’Ouest ? Raconter leurs relations n’est pas une promenade de santé. Si on a la curiosité de plonger en dessous des nuages, on tombe sur des failles redoutables. A ceux qui souffrent de vertige, la faculté déconseille formellement l’alpinisme. C’est mon cas. Dès que je me suis lancé dans l’exploration de la face cachée de mon père, j’ai découvert le glacier de ses relations avec sa sœur Esther. Alors, accrochez-vous au risque de glisser !
avatar
zazy
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1926
Age : 68
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : lecture, broderie, sport
Genre littéraire préféré : A peu près tout sauf la S.F.
Date d'inscription : 05/04/2010

http://zazymut.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum