Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Solomons, Natasha] La galerie des maris disparus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Solomons, Natasha] La galerie des maris disparus

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Solomons, Natasha] La galerie des maris disparus

Message par lalyre le Ven 2 Mai 2014 - 15:51

La galerie des maris disparus
Natasha Solomons
Calmann-Lévy 2 mai 2014
ISBN 978 2 7021 5396 3
347 pages
Quatrième de couverture
Quand son mari se volatilise, Juliet Montague disparaît à son tour. Ni veuve ni divorcée, elle n’a pas le droit de refaire sa vie selon les règles de la communauté juive à laquelle elle appartient. Juliet s’efforce pourtant de son mieux d’assumer le quotidien et d’élever ses deux enfants. Mais le jour de ses trente ans, un matin de l’hiver 1958, elle prend une décision tout sauf raisonnable : au lieu de consacrer ses économies à l’achat d’un réfrigérateur, elle s’offre un portrait à son effigie. Ce tableau, premier d’une longue série, signe le début de son émancipation : passionnée de peinture, Juliet va peu à peu repérer les talents émergents, frayer avec le gotha artistique de Londres et ouvrir sa propre galerie. Ses nouvelles amitiés et, plus tard, son amour pour un brillant peintre reclus dans sa maison du Dorset l’aideront à affronter les commérages et la réprobation des siens. Mais Juliet reste enchaînée et, pour se sentir tout à fait libre, il lui reste un mystère à élucider…

Mon avis
Dans le Londres des années 1960, ce roman nous fait découvrir un beau portrait de femme dont le mari a disparu, la laissant seule avec deux enfants. J’ai aimé le titre de chaque chapitre, il me semble d’ailleurs que certains font penser à des noms de tableaux de quelques peintres célèbres dont le premier (Femme au compotier de pommes) se rapproche de Renoir, pas le temps de faire d’autres recherches sur ce thème..Cependant il est beaucoup question d’art, puisque l’héroïne s’occupe d’une galerie, elle a des amis artistes-peintres, j’ai imaginé que son jeune fils qui adore dessiner, pourrait un jour devenir peintre. Mais revenant au mari disparu, de ce cas dont Juliet, l’héroïne, toujours liée au disparu, née d’une famille juive, ne peut être vue seule en compagnie d’un homme serait considérée comme une femme perdue. Elle ne veut pas continuer sa vie comme cela et décide de partir à sa recherche pour l’obliger à divorcer, pour cela elle entreprend un long voyage pour Las Vegas avec ses deux enfants, le retrouvera t-elle ? Personnellement la suite m’a franchement surprise, qu’elle soit agréable ou non . La très raisonnable Juliet, dont chaque étape de sa vie est associée à une œuvre d’art, va-t-elle trouver dans son amour pour la peinture la clé de sa liberté ? Merci à Natasha Solomons d’avoir réussi à camper avec un très beau style des personnages inoubliables qui m’ont souvent émue. 4,5/5.
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5844
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum