Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Aguillon, Arlette] L'assassin est à la plage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Que pensez-vous de ce livre ?

33% 33% 
[ 1 ]
67% 67% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 3

[Aguillon, Arlette] L'assassin est à la plage

Message par shamash le Lun 30 Juin 2014 - 16:19



L’assassin est à la plage
Arlette Aguillon
Éditions Archipel (18 juin 2014)
430 pages


L’enfant adoptif de Pagnol et San Antonio...

Je viens de découvrir Arlette Aguillon avec ce livre, alors qu’elle a pourtant écrit une dizaine de romans, dont huit qui ont été publiés par les éditions de l’Archipel sont, pour l’essentiel, des romans historiques ou « de terroir ».

L’assassin est à la plage, comme son titre le laisse entendre, est un polar... et un polar qui pourrait être l’enfant adoptif d’un couple improbable : Pagnol et San Antonio.

Car il y a bien du Pagnol chez Arlette Aguillon. Comme lui, elle sait trouver les mots justes pour décrire la vie d’un village provençal tout en nous faisant côtoyer pendant 450 pages des personnages hauts en couleur, attachants, sur lesquels elle pose un regard aigu, caustique, mais sans méchanceté. Tout comme Pagnol, elle alimente son humour par une observation fine et une analyse subtile de l’âme humaine... et cet humour est revigorant, par ces temps moroses !

L’intrigue policière n’est là que pour servir de fil conducteur au récit, dans lequel trois personnages se détachent : Maxime, Jasmine et Madeleine.

Maxime, le narrateur, aspire à devenir journaliste et espère obtenir une place de stagiaire au Réveil, le journal local. Il a déjà essuyé un refus et se console en se lançant dans l’écriture d’un roman. Contrairement à beaucoup d’auteurs, il a compris l’essentiel : « quand tu veux écrire un bouquin, le plus dur c’est la page 1 ». Celle-ci doit donc être accrocheuse, inoubliable. Comme ce n’est pas si facile, il décide finalement de commencer son livre... par la page 2 !

En attendant la notoriété littéraire ou la réussite professionnelle, il vit de petits boulots et loge dans un blockhaus du mur de la Méditerranée avec son copain Manu, pompier volontaire.

Maxime va croiser la route de Jasmine, une ado de quatorze ans qui tient à la fois de la Lolita de Nabokov et de la Zazie de Queneau. Elle aime prendre des photos et va bientôt travailler en duo avec Maxime, lui comme journaliste stagiaire (il a finalement été accepté), elle comme photographe de presse amateur. Leur rencontre donne la tonalité du livre, très éloignée de celle d’un polar noir glaçant et pathétique :

« – Jasmine ! Descends ! Le monsieur du journal veut te parler de la photo !

L’effet est magique. Une cavalcade là-haut sur le plancher, puis l’escalier qui tremble jusqu’à la cellulose, et je dois faire un bond en arrière pour éviter le bolide. Jasmine. L’ado dans toute son insolente verdeur : des jambes, des cheveux et un œil. Un seul. Noirs les cheveux. Avec une mèche violette. Noir l’œil. Et barbouillé de noir gothique tout autour. Des jambes jusqu’aux oreilles. Elle a quatorze ans à tout casser.

– C’est toi qui as pris cette photo ?

D’un coup de tête, elle balance sa tignasse en arrière pour dégager son deuxième œil, mais la mèche retombe et elle est toujours borgne. Elle fait passer son chewing-gum d’une joue à l’autre avant de répondre :

– Ouais ! – Tu es drôlement douée, tu sais ?

– Ouais !

– Tu en prends souvent des photos ?

– Ouais !

En parlant, elle n’arrête pas de se tortiller et finit par dire :

– J’ai envie de faire pipi !

Proriol me glisse un regard navré. Elle part comme une fusée dans l’escalier. Tonton en profite pour m’affranchir.

– Jasmine est la fille de ma sœur. Elle est un peu... difficile. Très brillante, mais difficile. On parle d’un QI de 140...

Il a une grimace de prof qui en est revenu des hyperactifs et des surdoués. (...) Mais voilà Jasmine qui revient en tentant de transformer l’escalier en buchettes pour le barbecue. Elle boutonne à grand-peine un minuscule short en jean qui découvre son nombril, le dessus et le dessous des fesses, enfin à peu près tout, mis à part trois centimètres carrés de foufoune et une moitié de la raie duc »... »

C’est sa rencontre fortuite avec Madeleine qui va être déterminante pour Maxime. Madeleine est une légende vivante. Propriétaire du journal « Le Réveil » et de plusieurs sociétés multinationales héritées de son mari (décédé quelques années plus tôt), elle est aussi écrivaine et Académicienne. Si Georges Duroy (!) est le directeur du journal, c’est Maxime qui va être le « Bel ami » de Madeleine, sans l’avoir cherché. Elle va lui permettre d’obtenir ce fameux poste de stagiaire au Réveil qu’il convoitait tant, au moment où le corps de la première victime est retrouvé, celui d’Anne-Laure, femme de Georges Duroy et belle-fille de Madeleine. Anne-Laure a été pendue dans un des nombreux ronds-points aménagés par le sénateur Duroy, le père de Georges. C’est l’été, Maxime a assisté à la découverte du corps et au carambolage qui s’en est suivi, et comme de nombreux journalistes sont en vacance, c’est lui qui va suivre l’enquête pour le journal.

Trois autres corps seront bientôt retrouvés ; le tueur en série semble agir de façon erratique, mais un point commun caché relie tous ces crimes. Maxime, qui collabore avec la gendarmerie locale, parviendra-t-il à le trouver ?

Le cœur du livre réside dans la description des relations entre Maxime et Madeleine. Même si celle-ci ne fait pas son âge, elle a tout de même quatre-vingts ans et Maxime en a vingt-cinq. Pourtant, une étrange amitié amoureuse va se nouer entre eux, décrite avec finesse et drôlerie. Madeleine, fascinée par le charme et la décontraction du jeune homme, va embarquer celui-ci dans un monde de people qui n’est pas le sien. De son côté, Maxime est subjugué par l’intelligence, la culture et l’expérience de Madeleine, toujours séduisante malgré son âge. Va-t-il profiter de son ascendant sur elle pour jouer un rôle de gigolo pour lequel il ne se sent pas spécialement prédisposé ? Madeleine va-t-elle profiter des sentiments troubles que Maxime semble éprouver pour s’amuser avec lui et le rejeter ensuite quand elle se sera lassée de cette expérience rafraichissante ? L’auteur parvient avec habileté à surprendre le lecteur jusqu’à la fin du roman, tout en évitant les clichés et la vulgarité.

Une pléiade de personnages secondaires, tous originaux, donnent du tonus et du rythme à ce polar. Le médecin légiste Carbonel, séduisant quinquagénaire qui va succomber aux charmes du coiffeur Christopher et laisser tomber son épouse acariâtre pour vivre une histoire d’amour assumée devant tout le village ; Josiane et Jean-Louis, licenciés de Florange par Mital, qui ont décidé de faire une folie en passant quelques jours dans le midi avec une partie de leurs indemnités de licenciement et vont finir par s’abandonner aux charmes du lieu ; le major Desroses, Martiniquais fraichement nommé pour diriger la gendarmerie, qui s’adapte très vite aux mœurs étranges de ce microcosme... et tant d’autres que l’auteur nous décrit en les effleurant d’un clavier allègre et d’un regard amusé.

Il reste l’enquête sur le tueur en série, puisqu’il s’agit d’un polar. Arlette Aguillon nous donne suffisamment de pistes pour que nous puissions trouver la solution de l’énigme, ce qui est toujours valorisant... Mais de toute façon, comme vous l’avez compris, là n’est pas l’essentiel de ce roman enlevé, drôle, nourri de galéjades, de faconde et de bonne humeur provençale : une réussite !


Dernière édition par alexielle63 le Mar 1 Juil 2014 - 11:40, édité 1 fois (Raison : suppression image non hébergée)
avatar
shamash
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 106
Age : 15
Localisation : Cévennes
Emploi/loisirs : jeu d'échecs, écriture, astronomie, chasser les souris, grimper aux arbres
Genre littéraire préféré : romans, avec un goût particulier pour les polars
Date d'inscription : 23/05/2010

http://www.un-polar.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Aguillon, Arlette] L'assassin est à la plage

Message par kély le Lun 30 Juin 2014 - 19:13

Salut shamash,
Toujours, pour moi, un immense plaisir de lire tes critiques!
En revanche, j'aime Marcel Pagnol (c'est du vécu), mais n'aime vraiment pas San Antonio! Pour le coup, quel est le style prédominant? Je passe ou je tente?
avatar
kély
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2462
Localisation : marseille
Genre littéraire préféré : Tous à priori. Je lis autant que mon emploi du temps me le permet. Je lis aussi beaucoup d'articles de presse magazine sur les sujets d'actualités (économie, société, religion, politique..). Très heureuse donc de faire partie de cette communauté de lecture, et espère pouvoir apporter ma contribution à chacune et chacun. Cordialement à tous.
Date d'inscription : 03/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Aguillon, Arlette] L'assassin est à la plage

Message par shamash le Lun 30 Juin 2014 - 20:18

Bonjour kély ! Heureux de te retrouver après une si longue absence. Arlette Aguillon est plus proche de Pagnol que de San Antonio, dont elle a seulement la verve. Mais si tu aimes l'humour, n'hésite pas, tu devrais te régaler.
avatar
shamash
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 106
Age : 15
Localisation : Cévennes
Emploi/loisirs : jeu d'échecs, écriture, astronomie, chasser les souris, grimper aux arbres
Genre littéraire préféré : romans, avec un goût particulier pour les polars
Date d'inscription : 23/05/2010

http://www.un-polar.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Aguillon, Arlette] L'assassin est à la plage

Message par kély le Lun 30 Juin 2014 - 22:08

shamash a écrit:Bonjour kély ! Heureux de te retrouver après une si longue absence. Arlette Aguillon est plus proche de Pagnol que de San Antonio, dont elle a seulement la verve. Mais si tu aimes l'humour, n'hésite pas, tu devrais te régaler.
Merci shamah Very Happy 
C'est noté!
avatar
kély
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2462
Localisation : marseille
Genre littéraire préféré : Tous à priori. Je lis autant que mon emploi du temps me le permet. Je lis aussi beaucoup d'articles de presse magazine sur les sujets d'actualités (économie, société, religion, politique..). Très heureuse donc de faire partie de cette communauté de lecture, et espère pouvoir apporter ma contribution à chacune et chacun. Cordialement à tous.
Date d'inscription : 03/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Aguillon, Arlette] L'assassin est à la plage

Message par Cassiopée le Dim 21 Sep 2014 - 17:46

Mon avis

L’écriture, c’est de l’image et de l’émotion en conserve : tu ouvres la boîte et le parfum intact te saute à la figure.*

Ne me demandez pas pourquoi, je ne sais pas… Mais lorsque je serai en retraite, j’ai bien envie de commencer une collection de photos de ronds-points …
Certains sont très originaux et racontent presque une histoire…
Mais, maintenant que j’ai lu le roman d’Arlette Aguillon, je me demande si je ne vais pas changer mon fusil (ou plutôt mon Canon (excusez le mauvais jeu de mots)) d’épaule.
Bref, tout est histoire de regards, finalement…. Si je photographie de loin, je ne m’expose pas à de mauvaises surprises…



Désopilant et décapant, ce roman est une véritable bouffée d’oxygène. C’est un savoureux cocktail d’enquête policière et de description d’un coin du Sud habité de personnages truculents, se trouvant dans des situations multiples, plus ou moins cocasses, mais toutes retranscrites avec un langage qui sent bon la vie et un à propos de bon aloi. Car avouons-le, on rit, on jubile au contact de Maxime qui raconte (en italiques dans le texte) en commençant par la page deux (les romans, c’est comme les chroniques de livres, le plus difficile, c’est le début). Donc, on suit les réflexions et l’intrigue vues par le jeune journaliste et en parallèle, on lit également le récit, plus conventionnel d’un narrateur extérieur. L’alternance des deux est un régal à consommer sans modération.

Les protagonistes sont surprenants et restent tout à fait crédibles, ce qui est le fait d’un enchainement des scènes et des rôles de chacun tout à fait justifiés. Et pourtant, vu de l’extérieur, ce n’est pas si simple. Maxime, jeune chômeur, lettré (les références littéraires sont nombreuses et bien amenées) qui aimerait être embauché au journal « Le Réveil », pourrait donner l’impression d’être le plus facile à « camper ». Mais que dire de Madeleine, cette femme âgée, fortunée, qui a le sens de la répartie et ce cette très jeune Jasmine, surdouée dans un corps de bébé ? Laquelle des deux va faire son « quatre heures » de Maxime ? Et puis, est-ce bien raisonnable ? C’est là que tout l’art de l’auteur se fera sentir. Elle décortique à travers des regards croisés les relations de Maxime avec ces deux femmes (bien que Jasmine n’en soit pas totalement une) et tout cela est intéressant et réel, bien analysé (sans excès de psychologie ouf, Freud n’a pas débarqué…)
Ceux qui sont en second plan n’en sont pas moins captivants et ne sont pas aussi « lisses » qu’il y paraît. C’est avec bonheur que le lecteur découvrir quelques secrets d’alcôve….plus ou moins nets….
« Pour  conserver sa saveur, un secret crapuleux doit se distiller de bouche à oreille, goutte à goutte, comme une essence aromatique. »

Je pense qu’Arlette Aguillon a dû avoir beaucoup de plaisir à écrire ce roman décoiffant. Il est bien sûr classé en collection « suspense » chez Archipel mais il mérite une mention spéciale pour le bon moment qu’il fait passer au lecteur.

* page 43
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9138
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Aguillon, Arlette] L'assassin est à la plage

Message par la grande astrance le Dim 11 Oct 2015 - 18:18

pas loin d'être un coup de cœur , sur les dernières pages j'ai été un peu déçue : j''aurais préféré une fin moins explicite ....ou alors c'est le regret de quitter ces personnages si attachants décrits avec tendresse,une moquerie mais sans méchanceté
J'ai ri à certains passages, beaucoup souri , fière de trouver - il y avait beaucoup d'indices lol! - qui était le(les) "méchant(s)", même si cela n'est pas le plus important dans ce livre
Une belle surprise et un excellent moment de lecture
avatar
la grande astrance
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 353
Age : 61
Localisation : isere
Emploi/loisirs : psychomotricienne //le scrabble en ligne- astrance chez Word Biz
Genre littéraire préféré : les auteurs nordiques surtout les policiers
Date d'inscription : 15/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Aguillon, Arlette] L'assassin est à la plage

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum