Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Naimski, Laure] En Kit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 0

[Naimski, Laure] En Kit

Message par la grande astrance le Mer 8 Oct 2014 - 10:50

Editions Belfond
Février 2014
Domaine Français - Littérature
17 € - 176 p.



présentation par l'éditeur
Une critique sociale virevoltante et désespérée sur le non-sens de la vie au début du XXIe siècle.


Parce que Samuel l'a quittée, Hélène plante sa tente au milieu de son salon et s'y met à l'abri avec son chat d'Artagnan. Mais elle n'est pas au bout de ses peines : double toit ou pas, l'extérieur s'incruste...

Entre une mère hôtesse de l'air qui change d'amant comme de coiffeuse, un père juif rescapé de la Shoah, très pratiquant mais pas toujours moralement nickel, et les ouvriers sans papiers qui circulent devant ses fenêtres, Hélène n'a pas une seconde à elle.

Par touches cocasses ou graves, Laure Naimski dessine le monde un peu piqué d'une femme au bord de la crise de nerfs. Une fable tendue, caustique et désopilante sur la précarité et l'incohérence contemporaines.

Laure Naimski est née en région parisienne en 1971, En Kit est son premier roman.


Après lecture :
que dire de ce roman étrange et dérangeant ?
Hélène se terre sous sa tente, dérisoire cocon,  dans un besoin d'enveloppe tant elle  souffre de manque d'amour,  de tendresse. Pour qu'on lui tienne simplement la main elle va jusqu’à  se taillader les veines, attendant le secours de  pompiers bienveillants .
Elle considère avec cruauté les personnes qui l'entourent , sa mère préoccupée par l'état de son vernis à ongles, Samuel alcoolique et tout aussi paumé, sa cousine Aldegonde, ses voisines,  les ouvriers de l'échafaudage dont la carnation laissait à penser qu'ils étaient d'origine africaine...
Quelques pistes pour comprendre ce qui l'a amenée : ses origines  religieuses,  le jour de  sa naissance ;elle est désespérée et rien se semble pouvoir changer son marasme
C'est parfois cocasse , je n'ai pas trouvé cela "désopilant" et ces situations à la limite de l'absurde , si elles font sourire renforcent le  ton désespéré du roman
j'ajouterai que c'est remarquablement bien écrit

à lire quand on a vraiment le moral
avatar
la grande astrance
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 353
Age : 61
Localisation : isere
Emploi/loisirs : psychomotricienne //le scrabble en ligne- astrance chez Word Biz
Genre littéraire préféré : les auteurs nordiques surtout les policiers
Date d'inscription : 15/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum