Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Azmayesh, Suzanne] Meurtres à Sciences-Po

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Azmayesh, Suzanne] Meurtres à Sciences-Po

Message par Sharon le Jeu 18 Déc - 8:14



Titre : Meurtres à Sciences Po
Auteur : Suzanne Azmayesh
Editeur : édition l’Age d’homme
Nombre de pages : 186 pages.

Présentation de l’éditeur :

Un huis clos, une partie de cache-cache, une porte entrouverte et cinq coupables potentiels : Sciences Po, le vénérable institut de la rue Saint Guillaume est tourmentée par le meurtre d’une de ses élèves. Dans un univers brillant mais faussement lisse, où se mêlent petites combines et grands destins, se débattent une poignée de jeunes gens, tous appelés à faire carrière dans la finance, la politique internationale, les médias. Cette année, le sujet du fameux « grand O », redoutable oral de fin d’études, est donné à l’avance : qui est l’assassin de Nadège Ramz?

L’auteur : Parisienne d’origine iranienne, Suzanne Azmayesh a vingt-trois ans. Ancienne élève de l’IEP de Paris, elle vient d’obtenir le barreau. Meurtre à Sciences Po est son premier roman.

Mon avis :

Pour ne pas perdre mes bonnes habitudes, j’ai du mal à rédiger cet avis.
Tout allait pourtant pour le mieux dans le meilleur des mondes, à savoir Sciences-Po. De gentils étudiants organisaient une soirée pour se détendre, avec forces macarons au menu. Problème : ils n’ont rapidement plus rien à se dire et se mettent à jouer. Attention, je ne vous parle pas d’une partie d’échec ou de dames, non, je vous parle d’une joyeuse partie de cache-cache dans un appartement. Puérils, nos étudiants ? Un peu.
Pas de chance, au lieu de retrouver leurs camarades à peine judicieusement cachés, c’est sur leur hôtesse à l’état de cadavre qu’ils mettent la main ! Ce n’est pas parce qu’elle avait à moitié brûlé le dîner qu’il fallait lui planter un couteau dans le dos. Ah, non, ce n’est pas pour cela ? Pourtant, avec la vogue des émissions culinaires, cela aurait été possible.
Sciences-Po mène à tout, y compris à devenir commissaire de police. C’est un ancien de la maison qui enquête – on reste entre nous, pas de soucis. Il mène son enquête de manière traditionnelle, interrogeant un à un, sans les brusquer, dans leur milieu naturel, chacun des protagonistes du drame. Les étudiants de Sciences-Po sont des êtres précieux, fragiles. Je ne vous parle même pas du directeur, qui affronte vaillamment la presse et la puanteur de leurs questions.
Les thèmes principaux de ce roman sont la famille et le double. Le commissaire a lui-même un double physique, un jumeau, avec lequel il s’entend peu et qui n’a de cesse de lui présenter …. un double de sa femme, afin de le caser une bonne fois pour toute. Un des suspects est lui-même doté d’un gentil frangin philosophe, égaré au beau milieu du XXIe siècle, qui a la bonté de faire passer la Justice avant la Famille – ou comment se venger de son frère en gardant les mains propres.
Serait-ce lui, le coupable, cet angélique Séraphin ? Ah ! Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Je ne vous dévoilerai pas le nom du sombre individu ou de la ténébreuse traîtresse  qui a occis Nadège. Je ne vous dirai pas non plus qu’un des convives n’en était pas à son coup d’essai : on ne tue bien que ceux qu’on aime. Alors, Nadège, Nadège la gourmande, Nadège la bavarde, Nadège, la fausse amie de confiance, incapable de garder un secret…. Non (bis), je ne vous dévoilerai pas le nom du coupable (bis) et c’est bien dommage, parce que c’est là que le bas blesse. Je n’ai pas aimé le choix de ce tueur, encore moins celui de son mobile. Peut-être ai-je l’esprit aussi large que je le pensai, après tout.
Meurtres à Sciences-Po est un premier roman à lire pour tout ceux qui veulent découvrir ou re-découvrir l’univers estudiantin, tout en lisant un roman policier assez léger.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7244
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 31/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum