Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Ginzburg, Natalia] La route qui mène à la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

vos avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Ginzburg, Natalia] La route qui mène à la ville

Message par joëlle le Dim 22 Fév 2015 - 20:52



Titre : La route qui mène à la ville
Auteur : Natalia GINZBURG
Éditions : Denoël
Nombre de pages : 112
ISBN : 978-2-207-11800-9
Date de parution Septembre 2014

Quatrième de couverture:

En Italie dans les années 40, Delia grandit entourée de ses frères et sœurs. Dans la maison crasseuse et trop étroite, où le gramophone joue en boucle le même air entêtant, il n’y a que le vide et l’absence de désir. Alors, pour tromper l’ennui ou pour s’inventer des rêves, Delia emprunte chaque jour la route qui mène à la ville.
L’Italienne Natalia Ginzburg compose un court roman au cordeau, qui se niche au plus près des sentiments humains.
"– Qui donc s’ennuie? Moi, je ne m’ennuie pas du tout, dit-il, et il se mit à rire en me prenant par le bras. Donc tu t’ennuies? Et pourquoi? Tout est si beau."
Traduit de l'italien par Georges Piroué.

Mon avis

Que dire d'un roman qu'on a pas aimé? J'ai donc cherché sur le web quelques avis, on en trouve par-ci, par-là… Ils ne m'ont pas convaincue que j'avais raté l'essentiel.
Délia s'ennuie, et moi avec elle.
Elle n'a qu'une seule envie, quitter son milieu, quitter son village en faisant un mariage. Elle n'aime rien, personne, elle est négative sur tout, et surtout d'une paresse, d'une fainéantise sans nom.
Pauvreté n'est pas vice, pauvreté n'est pas crasse… c'est pourtant ce qui ressort de ce petit texte, la saleté du foyer, la laideur de la mère, le mépris que la narratrice (Délia) ressent pour les siens. Elle parle souvent de honte…Ne pas être vue en compagnie de ses frères!
Le paysage, les villages, tout semble laid et triste. Et Délia ne se complet que dans l'oisiveté. Son grand rêve c'est de pouvoir paresser toute la journée, avoir une domestique à demeure, et si un enfant lui permet de forcer un mari, que surtout il ne l'encombre pas.
Bien sûr ce roman a été écrit en 1941 et édité en 1942. Alors je n'ai peut-être pas su cerner l'époque, l'Italie fasciste, mais nulle part dans le roman on ne parle d'évènements ou de politique. Délia est enfermé dans une bulle, n'est jamais sérieuse dans son travail, (quand elle en a un!!!).
Je n'ai pas non plus apprécié le style de l'auteur, j'avais aimé le titre qui m'avait fait espérer un chemin vers la liberté, un chemin qui aurait pu grandir l'héroïne, mais l'auteur nous dit "Le titre —La route qui mène à la ville—, ce n'est pas moi qui l'ai trouvé, mais mon mari".

_________________
Ma PAL

Mes lectures communes:

Mes challenges:  
"Suivi d' auteurs"
avatar
joëlle
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 4335
Localisation : Gard
Date d'inscription : 30/09/2013

http://leslecturesdejoelle.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum