Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Edwardson, Ake] Je voudrais que cela ne finisse jamais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Edwardson, Ake] Je voudrais que cela ne finisse jamais

Message par Sharon le Ven 27 Fév 2015 - 23:32


Titre : Je voudrais que cela ne finisse jamais.
Auteur : Ake Edwardson.
Edition Jean-Claude Lattès
Nombre de pages : 392 pages.

Présentation de l'éditeur :


Il fait une chaleur inhabituelle à Göteborg cet été-là et une jeune femme est retrouvée morte dans l’un des parcs de la ville. Ce décès aurait-il à voir avec un autre du même genre, non élucidé, cinq ans plus tôt ? Tout en travaillant sur cette enquête, le commissaire Erik Winter reprend l’ancienne pas à pas. La tâche semble presque désespérée mais Winter convaincu d’une chose : tôt ou tard le meurtrier reviendra sur le lieu du crime. Il s’agira d’être sur place, à ce moment-là.
Je voudrais que cela ne finisse jamais est un thriller dans lequel les apparences sont trompeuses et l’on ne peut se fier à personne. Une sombre histoire de secrets, de solitude et d’exclusion, narrée avec beaucoup de force de persuasion.

Mon avis :

Ma dernière lecture d’un roman policier suédois a été un échec, et je n’aime pas rester sur un échec. J’ai donc emprunté et lu un autre roman policier suédois. Bien m’en a pris.
Cinq ans plus tôt, une jeune fille a été violée et assassinée. Le dossier est toujours ouvert, terme choisi pour dire que rien n’a été découvert. Un autre crime est commis, exactement au même endroit. Un copycat ? Erik Winter déteste ce terme, pourtant force est de se demander si les deux crimes ne sont pas liés. La seconde victime a survécu, elle a plus de chance : elle n »est pas d’accord avec ce point de vue. Deux autres jeunes femmes sont tuées, et la police se heurte à un mur.
Pas ou peu de témoins, des parents, des proches qui s’aperçoivent qu’ils ne connaissent pas leurs filles aussi bien qu’ils le pensaient, et qui sont à deux doigts de sombrer. On ne peut dire à la police ce que soi-même on ignore. Mais les policiers doivent littéralement se confronter à une famille en particulier – celle de la survivante. Il n’est jamais facile d’interroger une victime, il l’est plus encore quand ses proches se montrent hostiles.
Les policiers ont des vies privées – lapalissades. Ce ne sont pas des vies privées qui interfèrent miraculeusement avec l’enquête, non des vies privées des plus ordinaires, avec ses joies et ses drames.
Après un départ assez lent, dû à tous les blocages que rencontrent les enquêteurs, le rythme s’accélère dès que les recherches portent sur leurs fruits. Erik Winter est un policier très droit, mais… gare à ceux qui chercheraient à entraver l’enquête. La fin justifie les moyens.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7226
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum